Colloque sur l'eau et les municipalités

De gauche à droite: Patrick Simard du CREM,... (Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

De gauche à droite: Patrick Simard du CREM, Nathalie Sarrault de l'OBVRLY, Mathieu Gingras du BVSM et Sébastien Duchesne de la SAMBBA.

Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Shawinigan) La deuxième édition du Colloque Eau et municipalités s'est amorcée, jeudi, à Shawinigan.

Organisée par les trois organismes de bassins versants de la région ainsi que le Conseil régional en environnement de la Mauricie, cette activité vise à éclairer et à soutenir les municipalités de la région face aux nombreuses responsabilités que leur impose la gestion de l'eau potable, des eaux usées, des plans d'eau, des cours d'eau, voire de la neige usée.

«On s'est aperçu que les municipalités avaient de plus en plus de mandats et qu'elles n'avaient pas nécessairement de plus en plus de connaissances. Et ce sont elles qui vont faire les règlements», indique Sébastien Duchesne, directeur de la Société d'aménagement et de mise en valeur du bassin de la Batiscan.

Le colloque réunit des élus et fonctionnaires municipaux responsables de l'environnement.

Des outils fort intéressants ont été présentés, jeudi, aux participants, notamment une toute nouvelle façon d'analyser la gestion de l'eau de chaque municipalité que l'INRS et le Centre Eau Terre et Environnement veulent répandre partout dans le monde: l'aquaresponsabilité. Le mot est aussi nouveau que l'idée qu'il renferme.

L'INRS a en effet créé une grille sophistiquée et très concrète qui permet aux municipalité de dresser un portrait extrêmement détaillé, en collaboration avec des experts, de l'ensemble des activités municipales reliées de près ou de loin avec l'eau, que ce soit la localisation des fuites sur les réseaux, la gestion de la neige usée, la qualité de l'eau potable ou la protection des berges, pour ne citer que quelques exemples.

Le colloque aborde aussi l'épineux problème des cyanobactéries et l'impact des changements climatiques sur la gestion de l'eau.

«L'aspect réseautage est aussi intéressant. Il permet de mettre ensemble des gens pour échanger et trouver des façons de faire qui sont efficaces aussi», indique Mathieu Gingras, directeur général du Bassin versant Saint-Maurice.

La question de la fluoration a à peine été effleurée par une question provenant de la salle. C'est que «c'est une préoccupation de santé publique», dit M. Duchesne. «C'est un élément, mais est-ce que c'est le pire?», s'interroge-t-il en indiquant que la question des médicaments qui se retrouvent dans les eaux usées représente un problème de taille tant pour les humains que pour la faune. «On voit les populations changer de sexe à cause des hormones dans l'eau», signale Patrick Simard, directeur général du CREM, un phénomène qui a été observé chez les poissons dans le fleuve Saint-Laurent. «L'objectif de notre colloque, c'est d'avoir moins d'impact sur les plans d'eau et les cours d'eau, donc une eutrophisation moins grande», résume M. Duchesne.

Le colloque est présidé par l'ancien ministre de l'Environnement, Yves-François Blanchet.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer