Quand la rive sud vire au vert...

Dans l'ordre habituel, on retrouve Carolyne Aubin, conseillère... (Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Dans l'ordre habituel, on retrouve Carolyne Aubin, conseillère en développement durable à la SADC de Nicolet-Bécancour, Julie Fournier, copropriétaire du commerce Les délices du boucher, Sara Dubé, conseillère en communication à l'Aluminerie de Bécancour et représentante de la Fondation Alcoa, et Daniel Lambert, conseiller en gestion des matières résiduelles à la CCICQ.

Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Bécancour) «On veut devenir la première boucherie la plus écolo». Et de toute évidence, Julie Fournier, et son conjoint, Stéphane Thériault, se donnent les moyens de leurs ambitions en impliquant leur commerce, Les Délices du boucher, dans les deux grandes démarches de développement durable en cours sur la rive sud.

D'ailleurs, la conférence de presse organisée dans leurs nouveaux locaux du Mont-Bénilde, à Bécancour, visait à faire connaître le projet «Défi, on recycle» et le programme Leadership en développement durable. Sur le point de compléter ce dernier, la copropriétaire des Délices du boucher vient de s'inscrire au premier.

«Devant la quantité de déchets que l'on produit, on avait le goût de faire une différence», raconte celle qui envisage différents moyens pour limiter l'empreinte environnementale.

Et ce ne sont pas les outils qui manquent sur le territoire pour accompagner les entreprises et les organisations dans l'implantation de bonnes pratiques d'affaires en développement durable. Ceux-ci sont offerts gratuitement.

D'abord, la Chambre de commerce et d'industrie du Coeur-du-Québec (CCICQ) n'est pas peu fière des résultats depuis qu'elle gère le projet «Défi, on recycle» en 2007. En effet, plus de 400 institutions, commerces et industries des MRC de Bécancour et de Nicolet-Yamaska ont été sensibilisés ou accompagnés.

Selon la directrice générale Martine Pépin, le but est de favoriser la mise en place de mesures de gestion écoresponsable de leurs matières résiduelles et de viser l'obtention de l'attestation.

Ensuite, la SADC de Nicolet-Bécancour est derrière le programme Leadership en développement durable qui inclut la réalisation d'un diagnostic, l'accompagnement personnalisé, trois formations spécialisées et des déjeuners causeries. Depuis le début, une quarantaine de leaders ont été formés.

«Le recrutement est en cours jusqu'au 1er mars. Complémentaire du Défi, on recyle, le programme débutera le 1er avril 2015 et cinq places sont disponibles dans Nicolet-Bécancour», a expliqué la responsable à la SADC, Carolyne Aubin. Trois autres SADC (Maskinongé, Centre-de-la-Mauricie et Vallée-de-la-Batiscan) offrent le programme.

Or, la Fondation Alcoa est impliquée dans les deux initiatives. «Ça perdure grâce aux entrepreneurs qui s'engagent», a fait savoir la représentante, Sara Dubé, qui est aussi conseillère en communication à l'Aluminerie de Bécancour.

Au Mont-Bénilde, on retrouve donc la boucherie du couple Fournier-Thériault qui, en plus d'offrir des menus midi en semaine et un brunch le dimanche dans leur salle à manger, propose la vente au comptoir et un service de buffet traiteur.

Quant au complexe du Mont-Bénilde, l'offre d'achat par le Centre de la biodiversité du Québec est toujours en vigueur et ce, jusqu'au 18 mars. Jusqu'à présent, le montage financier est complété à 80 %.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer