Sel dans l'eau potable: rencontre avec les citoyens

La Pépinière 55 est située près de l'autoroute... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

La Pépinière 55 est située près de l'autoroute 55.

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Une rencontre avec un premier groupe de propriétaires de huit résidences à Saint-Étienne-des-Grès possiblement affectées par la présence de sel dans leur eau potable sera tenue le 16 ou le 17 février. La date n'était pas encore choisie au moment d'écrire ces lignes.

Les citoyens en question pourront rencontrer des représentants du ministère des Transports, de même que le maire, Robert Landry et des représentants du bureau du député de Maskinongé, Marc H. Plante.

Le propriétaire de la Pépinière 55, Réjean Lapointe, celui qui semble le plus affecté par le phénomène, sera aussi convoqué à cette rencontre, mais à titre de propriétaire d'une maison privée susceptible d'être affectée et non comme propriétaire de la Pépinière 55 puisque le MTQ et l'entreprise sont présentement devant les tribunaux dans ce dossier. Le MTQ, rappelons-le, est poursuivi pour 4 millions $ par la Pépinière 55 selon laquelle les sels de déglaçage contaminent son eau potable.

Quant au fait que des citoyens semblent vivre le même problème que la Pépinière 55, le maire Landry indique que «jamais personne ne m'a interpellé à savoir qu'il y avait un problème d'eau. Selon M. Lapointe, il y aurait 70 résidences touchées. Je ne veux pas convoquer les 70 résidences. On a déterminé qu'on allait diviser ça par secteurs», dit-il, à commencer par «tous les résidents qui sont compris entre l'autoroute et le rang des Grès, soit huit résidences qui sont susceptibles d'être les plus affectées», explique le maire.

Pour ce qui est des autres, «on va faire d'autres réunions, s'il y a lieu, avec d'autres secteurs. Si l'on peut rassurer ou démontrer à ces gens-là qu'ils ne sont pas affectés, peut-être qu'on n'a pas besoin d'aller plus loin, suggère le maire. Les seuls appels que nous avons eus provenaient de deux résidents nous disant qu'ils n'avaient aucun problème», raconte le maire.

Au cours d'une réunion à laquelle il a pris part avec trois représentants du MTQ et deux représentants du bureau du député Plante, mardi, Robert Landry a appris que «déjà, le MTQ avait fait beaucoup d'échantillonnages dans ces résidences-là. À la réunion qu'on va avoir prochainement, on va dévoiler la teneur des chiffres», dit-il. Selon les informations préliminaires obtenues par le maire Landry, «du sel, il y en a, mais c'est à l'intérieur de la norme.»

Des spécialistes devraient être présents à la rencontre. Ils pourront notamment faire la différence entre les sels de déglaçage et les sels minéraux marins.

Selon Robert Landry, il se pourrait en effet que la nappe phréatique à laquelle s'alimentent les pointes d'eau des résidents du secteur soit naturellement salée puisqu'il s'agit de l'ancienne mer de Champlain. «On va tout expliquer ça aux résidents», dit-il en ajoutant que le MTQ est ouvert à prendre d'autres échantillons, s'il y a lieu. Le propriétaire de la Pépinière 55, de son côté, entend convoquer tous les résidents potentiellement touchés, le 18 février, pour faire le point avec eux. Réjean Lapointe espère toujours que le MTQ négocie avec lui au lieu de laisser la cour trancher.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer