Louiseville adopte un plan d'action concernant les fosses septiques

Le maire de Louiseville, Yvon Deshaies.... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le maire de Louiseville, Yvon Deshaies.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Louiseville) La Ville de Louiseville s'apprête à faire le ménage dans le dossier des installations septiques de certaines propriétés privées. Le conseil vient d'adopter un plan d'action ayant l'objectif de respecter la loi environnementale concernant le rejet des eaux usées sur l'ensemble de son territoire.

Une grande partie de Louiseville est desservie par le réseau d'égout public.

Il reste néanmoins environ 460 propriétés qui ne sont pas branchées au tuyau municipal en raison de leur éloignement du réseau.

Il est difficile de connaître actuellement le nombre de propriétés non conformes au règlement environnemental. On sait toutefois que des maisons situées en bordure de la rivière du Loup sont ciblées par ce plan d'action, car certaines d'entre elles déversent leurs eaux usées directement dans le cours d'eau.

La situation avait été rapportée en août dernier par Le Nouvelliste, ce qui a, semble-t-il, amené le gouvernement du Québec à insister auprès de Louiseville pour qu'il devance l'adoption de son plan d'action, initialement prévue en 2015.

Le plan d'action est échelonné sur quelques années. La première étape sera lancée dès le printemps 2015. Une firme externe sera embauchée pour faire le tour des propriétés hors réseau afin de vérifier si elles sont équipées d'une fosse septique.

«S'il n'y en a pas, on va obliger les propriétaires à en avoir une. S'il y a des installations septiques, mais qu'elles ne sont pas conformes, on va les obliger à se conformer en vertu du règlement provincial», explique Sonia Deslauniers, directrice générale de la Ville de Louiseville.

Lorsque le dossier est sorti sur la place publique l'été dernier, Yvon Deshaies se disait conscient des problèmes causés par des maisons dont les installations étaient non conformes ou absentes. Il voulait à ce moment trouver du financement public pour aider les gens à se conformer à la réglementation. Deux mois plus tard, il tient le même discours.

«Quand on est sur le bord d'une rivière, ça va prendre une fosse scellée. Ça peut aller jusqu'à 10 000 $. On travaille pour savoir s'il y a des budgets disponibles à Québec pour aider les gens. Et est-ce que la Ville va aider aussi? C'est ce qu'on va décider dans le prochain budget.»

L'ampleur des travaux pour certains citoyens est prévisible et la Ville a été indulgente dans le dossier depuis quelques années. Toutefois, il faut s'attendre à ce que la réglementation soit appliquée à moyen terme.

«Le ministère de l'Environnement nous oblige à respecter la réglementation et c'est bien normal, convient M. Deshaies. On est rendu là. D'ici la fin de mon terme, je prévois que toutes les maisons seront conformes.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer