CS de l'Énergie: renouvellement de 50 M$ pour le transport

La Commission scolaire de l'Énergie signera en août... (Sylvain Mayer)

Agrandir

La Commission scolaire de l'Énergie signera en août un contrat de 50 millions $ sur 5 ans avec des transporteurs scolaires locaux.

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Le directeur général de la Commission scolaire de l'Énergie, Denis Lemaire, n'a pas hésité à employer le mot «historique» pour qualifier le budget que vient d'adopter le conseil des commissaires pour l'année scolaire 2017-2018.

C'est qu'en plus d'importants investissements à venir, le conseil des commissaires a ratifié une entente de principe avec les transporteurs scolaires, dont les contrats venaient à échéance le 30 juin, afin de renouveler ces derniers pour 5 ans. Ces contrats voisinent les 50 millions $ sur 5 ans.

«Ce qui est intéressant, c'est qu'on renouvelle avec des entreprises de la région», explique-t-il.

«Il y a plusieurs régions au Québec où, de plus en plus, ce sont des entreprises multinationales qui viennent d'Europe ou des États-Unis. Nous aimons mieux encourager les transporteurs locaux», indique le directeur.

«Tout est attaché», dit-il. Le contrat devrait être signé en août.

«Nous avons aussi une nouveauté. Nous nous sommes entendus avec eux pour que tous les conducteurs d'autobus suivent obligatoirement une formation en secourisme», indique M. Lemaire. «On pense que c'est un pas de plus dans la sécurité de nos jeunes dans les autobus», fait-il valoir.

Le budget équilibré de 153 167 144 $ (par rapport à 142 millions $ l'an dernier) adopté cette semaine par le conseil des commissaires, comporte d'importants investissements très attendus par la population.

En termes d'investissements strictement sur les bâtiments «on est passé de 7 millions $ à 14 millions $», signale M. Lemaire.

Tout d'abord, il y a ce fameux agrandissement de l'école de Saint-Boniface. Les appels d'offres pour ce projet devraient se faire dès septembre, signale le directeur général. Les fondations devraient être coulées dès le mois de novembre. «Ça a été long parce que le projet a presque doublé depuis le début», rappelle-t-il. «Il a fallu refaire les dessins de A à Z.»

Du côté du gymnase de l'école de Saint-Élie-de-Caxton on prévoit également aller en appel d'offres, cet automne pour l'embauche des professionnels. Les nouvelles installations seraient inaugurées à temps pour la rentrée de 2019, dans 2 ans.

Le budget 2017-2018 présente aussi une très légère baisse du taux de la taxe scolaire qui passe de 0,35 $ du 100 $ d'évaluation à 0,34839 $. «Ce qu'il y a d'intéressant, c'est qu'il y a une uniformisation sur tout le territoire. Peu importe où vous allez habiter sur le territoire de la Commission scolaire de l'Énergie, ça va être le même taux. Dans le passé, il y avait de petites fluctuations», rappelle-t-il.

Si certains citoyens venaient à constater une hausse de leurs taxes scolaires, ce serait plutôt attribuable à une hausse de l'évaluation foncière», précise M. Lemaire.

Rappelons qu'à partir de cette année, les commissions scolaires ne recevront plus de subventions du gouvernement pour transporter les élèves du privé. Ces coupes se sont échelonnées à raison du tiers par année depuis 2014. Or, la Commission scolaire de l'Énergie a accepté de desservir le Séminaire Sainte-Marie quand même. Le coût moyen pour transporter un élève est de 1408 $, mais avec la subvention que recevra le SSM du ministère, il en reviendra à 600 $ pour l'année par élève, précise la directrice, Stéphanie Plante. «Il s'agit d'un simple changement administratif. Pour la clientèle, ça ne change rien», précise-t-elle.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer