Poursuite de 3 millions $: la Commission scolaire accepte une entente hors cour

Le Centre sportif Alphonse-Desjardins.... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le Centre sportif Alphonse-Desjardins.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La Commission scolaire du Chemin-du-Roy vient de régler, par le biais d'une entente hors cour, un litige en lien avec la phase 2 du Complexe sportif Alphonse-Desjardins, celle qui contient la glace olympique.

Rappelons qu'en 2011, la Commission scolaire annonçait en conférence de presse qu'elle intentait une poursuite contre les Consultants VFP inc., Génivar, Construction Gagné et fils, Lucien tLaurendeau inc., REGULVAR inc., le Centre électrique Mauricien, Les Assurances Federated, assureur de Plomberie René Gilbert Ltée, et les Produits chimiques Magnus Ltée.

C'est avec ces parties ou leurs assureurs que l'entente hors cour a été convenue et entérinée à l'occasion de la dernière réunion du conseil des commissaires, le 12 avril dernier.

Le président de la Commission scolaire, Claude Lessard, n'a pas accepté de dévoiler la nature ou le contenu de cette entente. Il est donc impossible de savoir si la Commission scolaire a été entièrement remboursée, dans ce litige ou si elle a dû débourser un montant quelconque pour réparer les défauts de construction qui se trouvaient dans cette partie du complexe.

Rappelons qu'en 2011, la Commission scolaire avait dû procéder à des travaux à l'aréna pour le rendre opérationnel.

À cause de la nature juridique des démarches entreprises par la Commission scolaire, à la suite de ces travaux, très peu de détails avaient été donnés sur le litige.

La phase 2 avait été construite sans subvention avec des ententes scolaires et municipales.

On sait qu'en décembre 2007, soit à peine trois mois après l'ouverture du complexe, des problèmes de réfrigération de la glace ont commencé à se manifester. Le CSAD éprouvait aussi des problèmes de corrosion dans sa tuyauterie d'eau domestique.

En 2011, les procureurs de la Commission scolaire ont amendé ce recours judiciaire en y ajoutant la présence d'un problème de pyrrhotite.

Une quarantaine de forages exploratoires avaient été faits dans tous les pavillons pour estimer la présence de la pierre gonflante.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer