Nouvelle école alternative au Faubourg Mont-Bénilde

Le Faubourg Mont-Bénilde à Bécancour.... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le Faubourg Mont-Bénilde à Bécancour.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Bécancour) Une nouvelle école alternative publique verra le jour au Faubourg Mont-Bénilde où la Commission scolaire de la Riveraine louera un étage complet.

Une soirée d'information s'est tenue mardi soir pour les parents des élèves de la Commission scolaire intéressés par ce projet et «une centaine de formulaires d'inscription ont été remplis», indique la présidente, Marjolaine Arsenault.

«On est très content», dit-elle, d'autant plus qu'il s'agira de la première école alternative de la Commission scolaire et même du Centre-du-Québec, dit-elle.

L'école, que beaucoup de parents réclament depuis deux ans sur ce territoire, s'amorcera avec une classe de préscolaire, une de première année et une de deuxième. Les autres niveaux suivront avec le temps.

Il existe une quarantaine de ces écoles (primaires et secondaires) au Québec. Ces dernières s'inspirent de différents courants d'éducation et offrent aux enfants des approches et un environnement adaptés à leurs intérêts. Chaque parent doit donner 25 heures de temps bénévoles à l'école chaque année.

La seule ombre au tableau de ce projet, c'est la question du transport.

Même si les gens se sont inscrits à cette école, peut-être que le transport va moins leur convenir», soupçonne Mme Arsenault.

«Quand on aura vu la provenance de tous ces élèves-là et qu'on aura vu comment organiser le transport, ces gens-là vont tous être rappelés et on va voir si ça leur convient», dit-elle. Peut-être que certains devront aller mener leur enfant tous les matins à un endroit où l'autobus les récupérera.

«Il faut regarder les heures, aussi. Il ne faut pas que les enfants soient deux heures dans l'autobus», plaide la présidente. N'empêche que l'édifice Faubourg Mont-Bénilde compte de nombreux avantages, pour une école primaire. «On y trouve un grand gymnase, une palestre, une piscine et une salle d'entraînement. Il y a de belles infrastructures», résume-t-elle.

«Et ce qui est bien, c'est que c'est centralisé sur le territoire de la Commission scolaire.»

Une école alternative, «c'est un moyen de rétention pour nos élèves», fait valoir Mme Arsenault.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer