CS du Chemin-du-Roy: un bilan positif malgré les difficultés

Un budget de 217 millions $ a été adopté... (Émilie O'Connor)

Agrandir

Un budget de 217 millions $ a été adopté pour l'année 2016-2017 alors que le taux de taxation demeurera à 0,35 $ des 100 $ d'évaluation.

Émilie O'Connor

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La Commission scolaire du Chemin-du-Roy a dressé, mercredi, un bilan somme toute positif de son année 2015-2016 malgré les difficultés imposées par les restrictions budgétaires de Québec et le dossier du CSAD qui l'a obligée, avec l'autorisation du ministère de l'Éducation, à faire un déficit de 1 537 746 $ pour cet exercice financier.

Claude Lessard, président de la Commission scolaire du... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Claude Lessard, président de la Commission scolaire du Chemin-du-Roy, a fait la présentation du bilan de l'année scolaire 2015-2016 à la presse mercredi.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Le président de la Commission scolaire, Claude Lessard, a tenu à signifier que seulement 3,41 % du budget 2015-16 est axé sur les dépenses administratives alors que la moyenne au Québec est de 4,1 %. D'ailleurs, la Commission scolaire termine aussi l'année avec un surplus accumulé de 10 5583 188 $ en date du 30 juin 2015.

C'est un budget de 217 millions $ qui a été adopté pour l'année 2016-2017 alors que le taux de taxation demeurera à 0,35 $ des 100 $ d'évaluation.

La Commission scolaire triplera presque son budget d'immobilisation, pour l'année qui vient. Pas moins de 16 millions $ sont en effet prévus pour le maintien des actifs immobiliers tandis que l'école Marie-Leneuf fera l'objet d'un important investissement de quelque 12 millions $ tel qu'annoncé l'automne dernier.

M. Lessard indique qu'il n'y a toutefois pas, dans le budget de la prochaine année, d'agrandissement prévu pour l'école primaire de Saint-Maurice comme le souhaite la municipalité.

«Le ministre a dit que la question du transport sur 20 kilomètres n'était pas unilatérale», précise toutefois M. Lessard à titre d'encouragement. «Ce sont eux (les gens du ministère de l'Éducation) qui vont décider. Nous, on achemine le dossier et c'est le ministère qui décide», fait-il valoir.

Malgré les restrictions budgétaires imposées en 2015-2016, «nous avons réussi à passer au travers», se réjouit le président. «Près d'un milliard $ de coupes dans le domaine de l'éducation, c'était une chose à ne pas faire et même un échec monumental. Avec le nouveau ministre, les coupes budgétaires sont terminées et nous avons eu une augmentation de nos budgets pour développer le monde de l'éducation», dit-il.

Quelque 10 millions $ ont été injectés dans le maintien des bâtiments. «Nous avons continué à travailler sur un plan d'action à la suite des recommandations du Vérificateur général concernant son rapport de 2014», indique M. Lessard.

Ce dernier précise que le VGQ reviendra à la Commission scolaire, en 2017, pour examiner la progression du dossier.

Toutes les opérations courantes du Centre sportif Alphonse-Desjardins sont toujours sous analyse, précise le président. «Au cours de la dernière année, on a refait tout le service de garde, tout l'aspect des finances», dit-il. «Nous allons regarder le plan d'action dans son ensemble et voir si on peut l'améliorer.»

Notons que près de 1000 jeunes ont reçu un diplôme des centres de formation professionnelle de la Commission scolaire, soit 455 pour Bel-Avenir et 537 à Qualitech. La directrice générale, Hélène Corneau, indique que 100 % des écoles de la Commission scolaire sont aussi engagées dans la lutte contre la violence et l'intimidation. En 2015-16, 486 interventions ont été rapportées, principalement au niveau primaire.

La Riveraine: le taux de taxation maintenu à 0,35 $

La Commission scolaire de la Riveraine maintiendra son taux de taxation à 0,35 $ par 100 $ d'évaluation pour 2016-2017.

Toutefois, un taux de réduction de 0,014 $ a été accordé à Sainte-Marie-de-Blandford, Manseau, Saint-Léonard-d'Aston, Saint-François-du-Lac et Saint-Célestin qui bénéficiaient auparavant d'un taux de réduction supérieur à 0,05 $ / 100 $.

La Commission scolaire indique que cet ajustement ne lui donne aucun revenu supplémentaire, mais lui permet d'accorder aux contribuables un montant de réductions correspondant au financement reçu par le ministère, financement qui est le même depuis 2013-14.

Les revenus de la Commission scolaire de la Riveraine provenaient, en 2015-16, à 16,37 % des taxes scolaires, à 75,66 % de subventions du MÉES et à 7,97 % d'autres sources diverses.

Les salaires, provisions et contributions des employeurs ont compté pour 71,08 % des dépenses.

La Commission scolaire avait réalisé des surplus de 130 677 $ à la fin de l'année scolaire, au 30 juin 2016. Elle détient un surplus accumulé de 6 339 870 $. 

Si on en retire la valeur nette comptable des terrains, les amortissements futurs à la charge de la municipalité et la provision pour les avantages sociaux, ce surplus se chiffre à 2 225 020 $. 

De ce montant, il faut aussi retirer les allocations ciblées et conventionnées, ce qui porte à 1 792 588 $ le surplus accumulé réel.

Le ministère a autorisé la municipalité à s'approprier 283 350 $ afin d'équilibrer son budget 2016-2017.

Il est à noter que, de son côté, la Commission scolaire de l'Énergie n'adoptera son rapport annuel que le 20 décembre, en soirée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer