Keranna poursuit son virage

Marie-Hélène Boucher, directrice des services pédagogiques à Keranna,... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Marie-Hélène Boucher, directrice des services pédagogiques à Keranna, et Soeur Gisèle Lacerte, vice-provinciale de la communauté des Filles de Jésus, ont contribué à l'implantation des laboratoires iPad.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Photo: Francois Gervais14/09/16. TR, Journal. Bloc photo Felix St-Aubin
Félix St-Aubin
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Trois années après la création de la commission technopédagogique, l'Institut secondaire Keranna a enclenché, mardi, la troisième phase du projet des laboratoires iPad.

La communauté des Filles de Jésus, fondatrice de l'établissement privé, a octroyé un montant non divulgué à l'institution qui permettra de financer la continuité du programme technologique.

Cette aide financière s'inscrit dans la mission éducative de Keranna, qui désire, entre autres, offrir à ses quelque 600 élèves un environnement stimulant à l'ère du 2.0.

La contribution ouvre la voie à l'achat de 140 nouveaux appareils, soit la moitié durant l'année en cours et le reste avant la prochaine rentrée scolaire. Chaque niveau aura donc accès à son propre chariot de tablettes iPad (35 appareils), et le côté logistique en sera grandement amélioré.

La technologie se veut désormais un rouage important du volet pédagogique. Les bénéfices d'un tel apport au système académique sont indéniables et ont des répercussions à plusieurs niveaux, tout en fournissant aux étudiants les outils nécessaires afin d'augmenter leur compréhension de la matière.

«Les élèves sont très concentrés à la tâche, ils savent qu'ils ont l'appareil pour une soixantaine de minutes et sont donc très motivés et attentifs. On remarque souvent que les productions vont au-delà de ce qu'on leur a demandé. Au niveau des résultats, on voit vraiment un impact positif», note la directrice des services pédagogiques, Marie-Hélène Boucher.

«Le choix des tablettes est devenu une évidence pour nous en raison de la mobilité de cet outil qui offre l'avantage d'ouvrir des portes extraordinaires aux enseignants et, bien entendu, aux élèves en leur permettant la réalisation de projets pédagogiques uniques qui peuvent sortir des murs de la classe. La tablette peut être utilisée dans les corridors, durant les activités éducatives et même à l'extérieur de l'école», renchérit celle qui pilote le programme.

Ainsi, la réalisation de courts-métrages, le montage de séquences filmées, la création d'un cours pour l'enseignement, des projets de doublage et des schémas de concept, notamment, sont au coeur du virage technologique entrepris par Keranna.

Une étape à la fois

Le processus d'implantation du laboratoire iPad au sein de l'institution privée s'est échelonné sur quelques années afin que le tournant se fasse en bonne et due forme auprès des élèves et du corps professoral. En amorçant le tout à petite échelle, l'équipe des services pédagogiques a su parfaire ses méthodes et rectifier le tir en cas de besoin.

«C'est pour ça qu'on a pris le temps de faire les choses avec les professeurs. Il y a des enseignants qui ont fait partie de la commission technopédagogique depuis quelques années, on réfléchit et on fait des essais avec eux. On a des occasions de partager avec eux à savoir ce qui va bien, ce qui est difficile et ce qu'on peut améliorer, évoque Mme Boucher. 

«On a aussi formé les professeurs. Ils sont dynamiques, ouverts aux changements et veulent se lancer là-dedans, ce qui donne un projet qui est vraiment positif pour tous.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer