École Sainte-Marie: le décompte est amorcé

Les parents de Saint-Boniface ont multiplié les initiatives... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Les parents de Saint-Boniface ont multiplié les initiatives de visibilité pour leur école au cours des derniers mois, comme cette randonnée à vélo organisée à la fin mai.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Saint-Boniface) Chaque sonnerie de téléphone provoquera une petite montée d'adrénaline chez Marie-Ève Landry, ces jours-ci.

La porte-parole du comité de parents de l'école Sainte-Marie de Saint-Boniface sait bien que le ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur fera connaître, plus tôt que tard, sa décision au sujet du projet d'agrandissement tant attendu. Grand jour à l'horizon ou autre amère déception?

«Je suis optimiste», sourit Pierre Giguère, député de Saint-Maurice. «Le vent est bon. Je m'attends à une réponse d'ici deux semaines.»

Les parents peuvent avoir l'impression de jouer dans le même film que l'an dernier, alors que M. Giguère prévoyait une confirmation avant la fin mai. La Commission scolaire de l'Énergie avait finalement communiqué la décision négative au mois d'août.

Plus tôt cette année, M. Giguère semblait convaincu d'obtenir une réponse avant le 15 juin. Il prévoyait ensuite le 17 et maintenant, il vise la fin du mois.

Encore une fois, les intervenants ne peuvent que se fier sur des impressions bien personnelles pour le moment.

«On sait qu'il y a une très grande mobilisation du côté de la population de Saint-Boniface, de la commission scolaire, de la Municipalité et du député», observe Denis Lemaire, directeur général à la CS de l'Énergie. «D'ici une quinzaine de jours, nous avons espoir d'avoir de bonnes nouvelles. C'est ce que je vois.»

«Si ce sont de mauvaises nouvelles, ça risque d'arriver comme l'an dernier, pendant les vacances», convient M. Lemaire.

«Mais d'ici quinze jours, je pense qu'on pourrait avoir de bonnes nouvelles. Du moins, je l'anticipe! Toutes les planètes sont alignées. Officiellement, nous n'avons aucun contact présentement, aucune information. Mais on voit que ça a l'air à bouger.»

Mme Landry attend la réponse avec le sentiment du devoir accompli. Après avoir témoigné d'une certaine lassitude en janvier, elle a repris la mobilisation avec d'autres parents pour finalement lancer une offensive encore plus intense que l'an dernier.

«Si c'est oui, il n'y aura pas de fuite pour que ce soit une belle annonce!», détecte-t-elle. «C'est sûr qu'on y pense. Je ne suis pas trop stressée; je suis peut-être un peu trop positive. J'espère que je ne serai pas déçue. J'ai l'impression qu'on ne pouvait pas faire grand-chose de plus.»

Solution temporaire

Pour la prochaine rentrée, le scénario est déjà arrêté. Le deuxième étage de l'édifice municipal de Saint-Boniface sera entièrement consacré aux 59 élèves de cinquième année et aux 46 de sixième, formant ainsi au moins quatre classes. En 2017-2018, le milieu souhaite intégrer une école bonifiée de six classes et d'un nouveau gymnase, un investissement de 2,8 millions de dollars.

Le facteur clé de cette réflexion touche la fameuse règle de la disponibilité de locaux dans un rayon de vingt kilomètres. Cette démonstration a été faite dans le cas de l'école Sainte-Marie, puisque plusieurs écoles primaires de Shawinigan pourraient accueillir ces enfants. 

Mais les parents sont braqués contre cette piste. Il reste à voir comment justifier cet investissement dans ce contexte et surtout, sans créer un précédent qui pourrait être invoquer aux quatre coins du Québec.

«Selon moi, la pression que nous avons mise en gardant les enfants chez nous, c'est une bonne chose», détecte le maire, Claude Caron. 

«Si la Municipalité avait décidé que ce dossier ne nous regardait pas, les enfants auraient été envoyés à Shawinigan et on n'en parlerait plus. En trouvant des solutions, ça met de la pression sur le ministère. J'ai confiance!»

Même si tous les projecteurs sont dirigés vers l'école Sainte-Marie, l'école Notre-Dame de Notre-Dame-du-Mont-Carmel vit sensiblement les mêmes défis. Pour le moment toutefois, M. Lemaire estime que cette croissance demeure gérable.

«On observe une certaine stabilité», fait-il remarquer. En 2016-2017, 404 élèves fréquentaient cette école primaire, alors que les prévisions pour la prochaine année atteignent 423 jeunes pour le moment.

«On est encore capable d'absorber ça», assure M. Lemaire. «On parle d'une classe de plus. On est proche, mais la pression n'est pas la même. Le dossier est criant à Saint-Boniface.»

À l'école Sainte-Marie, la capacité maximale de 408 élèves est déjà dépassée. Leur nombre passera de 429 en 2015-2016 à 457 à la prochaine rentrée, selon les dernières prévisions disponibles.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer