Keranna veut nettoyer les débris de l'espace

De gauche à droite: Juan Jose Aguirre, Guillaume... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

De gauche à droite: Juan Jose Aguirre, Guillaume Chartier, Mégane Jacques, Louis-Collin Magny, Félix-Antoine Diamond, Gabriel Avila, Charles Arsenault, Maxime Leroux et Raphaël Paquin.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) De vieux satellites, des outils échappés par les astronautes, des parties de fusées, des fragments de toutes sortes. L'espace autour de la Terre est devenu une sorte de dépotoir de l'exploration spatiale humaine.

Environ 100 tonnes de ces débris en orbite, soit l'équivalent du poids de 14 éléphants, retombent sur terre chaque année. Ces déchets représentent des dangers de collision avec les satellites en activité, des risques de dommages pour les navettes et pour les astronautes. S'il fallait entreprendre un nettoyage, les coûts seraient très élevés. Et si les élèves de l'école Keranna de Trois-Rivières avaient trouvé la solution?

Un groupe d'élèves de cette école prenant part à la compétition de la Ligue Lego First intitulée, cette année, «Sur la trace des déchets», propose rien de moins que le «Space-Bac».

Il s'agit d'un filet en graphène ayant la forme d'un entonnoir. À son extrémité, un bac en titane peut contenir les débris. Le bac doit pouvoir voyager à une vitesse légèrement supérieure à celle des débris pour les capturer. Un bras robotisé pousse et comprime les débris à l'intérieur du bac. Le Space-Bac peut même revenir sur terre pour ramener les débris qui pourront alors être recyclés.

L'idée provient entièrement des élèves de 12, 13 et 14 ans qui sont en première, deuxième et troisième années du secondaire de Keranna.

Ce n'est toutefois qu'un projet de recherche, on l'aura compris, «mais il relève des missions avec les robots Lego», explique Sonia Carrier, l'enseignante responsable de ce projet.

«Les élèves vont créer une maquette en carton, juste pour démontrer de quoi ça pourrait avoir l'air», dit-elle.

Le projet va être présenté le 25 février à l'Université Laval, où se tiendra une compétition des équipes du Québec.

Qu'ils gagnent ou non, les jeunes participants auront eu au moins l'avantage d'être sensibilisés à cette problématique compliquée des débris de l'espace.

L'an dernier, Keranna s'était distinguée dans la compétition First Robotics dans la catégorie 14 à 18 ans. L'école avait gagné le prix Recrue de l'année à la compétition de Montréal, qui regroupe des équipes de partout en Amérique du Nord, ainsi que le prix Alliance Gagnante. Elle s'est rendue jusqu'à St-Louis pour la compétition internationale.

Notons que deux autres écoles, dans la région, participent à ces compétitions.

Les élèvent de 3e secondaire, 4e secondaire et 5e secondaire du Séminaire Saint-Joseph de même que les élèves du Séminaire Sainte-Marie de Shawinigan prennent part à First Robotics dont le thème, cette année, est en lien avec les forteresses du Moyen-Âge. Il s'agit notamment pour les jeunes participants de créer un appareil capable de tirer des boulets pour conquérir une forteresse. À Saint-Joseph, en 1ère et 2e secondaires, une deuxième équipe de la ligue de Lego First s'ajoute pour relever le défi intitulé «Sur la trace des déchets».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer