Plus de place pour bouger à l'école Sainte-Marie de Saint-Boniface

À l'avant, David Doré, capitaine de l'équipe composée... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

À l'avant, David Doré, capitaine de l'équipe composée de Luc Arseneaut, Annie Masson, François Lamy et Éric Grenier.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Saint-Boniface) Des enfants, il y en a de plus en plus à Saint-Boniface. Même si Québec refuse l'agrandissement de l'école primaire Sainte-Marie, le milieu, lui, s'organise et se mobilise.

Alors que des locaux seront cédés par la Municipalité pour aménager trois classes d'élèves dès l'an prochain, une équipe de citoyens a annoncé, mercredi, qu'elle relèvera le fameux Défi Pierre Lavoie dans le but d'amasser 10 000 $ pour combler une partie des besoins grandissants de l'école en matière d'éducation physique.

C'est que l'unique gymnase de l'école sera occupé à 192 % dès l'an prochain. Présentement, on doit donc séparer le gymnase en deux sections parce qu'il faut chaque jour accommoder deux classes d'éducation physique en même temps. L'an prochain, on prévoit qu'il pourrait même y avoir jusqu'à trois groupes en même temps.

Enseignant en éducation physique à l'école Sainte-Marie, Guy Loranger, raconte que le gymnase dessert 22 groupes, cette année et devra accommoder 24 groupes l'an prochain. «Ça veut dire qu'il y a toujours deux groupes, ici, au gymnase», dit-il.

Avec les tout-petits, il y a toujours moyen de s'organiser, même si ce n'est pas l'idéal. Mais les choses se compliquent quand vient le temps d'y faire bouger les grands de 6e année, dit-il.

Inutile de dire que la directrice de l'école, Josée Cossette, était fort contente de voir arriver David Doré avec la perspective de récolter de lui et de son équipe de cyclistes, un don de 10 000 $.

David Doré, c'est un citoyen de Saint-Boniface qui a gagné, grâce à un concours organisé par Desjardins, une inscription gratuite, d'une valeur de 11 000 $, permettant à une équipe de prendre part au Grand Défi Pierre Lavoie.

Cela signifie que tout l'argent qui sera récolté par les diverses activités de collecte de fonds qui se tiendront pour le Défi, à Saint-Boniface, d'ici le mois de juin, sera versé directement à l'école.

«On veut faire l'achat de nouveau matériel pour inciter les élèves à faire plus d'activité physique et également, aménager notre cour d'école», indique la directrice. «On serait intéressé à faire un terrain de soccer ou bien à aménager des terrains gazonnés autour de notre cour d'école qui est présentement asphaltée.»

Ces nouveaux aménagements permettraient de partager les enfants entre le gymnase, devenu trop exigu et une zone de jeu extérieure adaptée aux besoins.

David Doré sera le capitaine de l'équipe de cyclistes composée de sa conjointe, Annie Masson ainsi que de Luc Arseneault, Éric Grenier et François Lamy qui relèveront le grand marathon cycliste à relais de 1000 km qui se déroulera du 16 au 19 juin entre le Saguenay-Lac-Saint-Jean et Montréal.

Si David Doré a été choisi par Desjardins parmi plus de 200 candidatures, il y a quelques très bonnes raisons.

«J'ai un parcours de vie un peu particulier», dit-il. «Je suis né avec une malformation cardiaque et j'ai dû subir une opération à un jeune âge. Par la suite, on m'a installé un pacemaker (stimulateur cardiaque) et je suis toujours porteur d'un pacemaker aujourd'hui», raconte le jeune père de trois enfants.

«Ça ne m'a pas empêché de devenir prof d'éducation physique et ça ne m'a pas empêché de faire tous les sports que j'ai voulu faire au cours de ma vie. Je me suis adapté à ça», dit-il.

Mais l'histoire de David Doré ne s'arrête pas là. «Quand j'ai vu Pierre Lavoie venir dans mon école, il y a quatre ans, pour faire une conférence, ça m'a marqué», raconte-t-il.

Deux des enfants de Pierre Lavoie sont décédés d'acidose lactique. «J'avais un point en commun avec Pierre Lavoie. Mon fils Isaac a la dystrophie musculaire de Duchenne», raconte-t-il.

Cette maladie génétique rare fera en sorte que dans quelques années, l'enfant sera confiné dans un fauteuil roulant, explique son père. «La Fondation du Grand Défi aide les maladies orphelines. J'ai vraiment été touché par ça», dit-il.

«Je n'en croyais pas mes yeux, au départ, quand ils m'ont dit que je gagnais pour de vrai. Moi, je voulais vraiment en faire profiter la communauté, ici, à Saint-Boniface. Je sais qu'il va y avoir des besoins, dans les prochaines années, à cause de l'accroissement du nombre d'élèves et du fait que l'agrandissement de l'école n'a toujours pas été acceptée», dit-il.

«En attendant que ça se fasse, on veut donner un coup de pouce à l'école pour que les jeunes puissent bouger dans un environnement qui a plus de bon sens que ça», espère-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer