Le CSAD, pas un projet à coûts nuls

La Commission scolaire du Chemin-du-Roy a déposé son... (François Gervais)

Agrandir

La Commission scolaire du Chemin-du-Roy a déposé son rapport annuel par l'entremise de son président Claude Lessard et de sa directrice générale Hélène Corneau mercredi soir.

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le conseil d'administration de la Commission scolaire du Chemin-du-Roy a accepté le dépôt de son rapport annuel de l'année 2014-2015, mercredi soir, qui se solde par un déficit de 2 millions $ sur les prévisions budgétaires de 214 millions $, déficit qui est principalement causé par la gestion du Centre sportif Alphonse-Desjardins.

Le Centre sportif Alphonse-Desjardins.... (Krystine Buisson) - image 1.0

Agrandir

Le Centre sportif Alphonse-Desjardins.

Krystine Buisson

Le vérificateur général du Québec avait annoncé son retour deux ans après le dépôt de son rapport. Il est donc attendu dans les murs de l'édifice de la rue Sainte-Marguerite en juin. La directrice, Hélène Corneau, estime que les travaux de redressement des finances du CSAD seront complétés d'ici là. Déjà, 54 des 61 actions à réaliser pour y parvenir ont été complétées avec succès, assure-t-elle.

La directrice estime qu'il est encore trop tôt pour sortir des prévisions claires de ce que coûtera la gestion de cet équipement tant que toutes ces mesures n'auront pas été déployées. C'est 2015-2016, toutefois, qui deviendra l'année de référence à ce chapitre, dit-elle. «Il faut se donner une année d'opération», explique-t-elle.

Cependant, la Commission scolaire sait déjà que le CSAD «ne sera pas un projet à coûts nuls», tel qu'il avait été présenté à l'origine aux commissaires.

Le président, Claude Lessard, indique que les montants à dépenser «ne seront toutefois pas à la même hauteur» que ce qu'il en coûtait avant que le VGQ constate l'ampleur du déficit de ce service.

Le conseil des commissaires a d'ailleurs demandé au ministère de l'Éducation, en octobre dernier, l'autorisation de faire un déficit accumulé avec le CSAD jusqu'en 2017, lequel déficit se chiffre entre 700 000 $ et 1,2 million $ par année. La réponse est toujours attendue. La Commission scolaire estime que cette permission lui permettrait de stabiliser sa situation et surtout, de protéger les services à l'élève.

Mme Corneau et M. Lessard étaient d'ailleurs très fiers d'annoncer que malgré des compressions de 12 millions $ depuis 5 ans, les services à l'élève n'ont pas encore été touchés.

N'eût été du déficit occasionné par le CSAD, la Commissions scolaire aurait même terminé l'exercice financier 2014-15 avec un déficit de 800 000 $ qu'elle aurait pu éponger avec ses surplus, explique Mme Corneau en mentionnant que «le CSAD demeure un très beau projet».

Claude Lessard indique que la Commission scolaire du Chemin-du-Roy peut garder la tête haute quant à sa performance administrative. Ses coûts de gestion, qui étaient de 3,7 % en 2014-15, baisseront à 3,5 % en 2015-16 «alors que la moyenne provinciale est de 4,2 %», dit-il.

L'année financière 2014-15 n'a pas été de tout repos pour les nouveaux commissaires qui, de 25, ne sont plus que 15. Lorsque le ministre avait indiqué, en cours d'année, qu'il fallait envisager des fusions, dans le cas présent avec la Commission scolaire de l'Énergie, «nous avons eu une réunion par semaine», indique M. Lessard. Tout le brassage a finalement révélé qu'il en coûterait la coquette somme de 1 million $ si le projet se réalisait.

Comme l'explique Mme Corneau, une fusion ou un redécoupage du territoire aurait impliqué des questions de propriété d'immeubles et de modifications du réseau de fibre optique, pour ne citer que quelques exemples. «Il n'y avait aucune valeur ajoutée pour les élèves», indique M. Lessard.

Malgré les difficultés causées par le dossier du CSAD au budget de fonctionnement de la Commission scolaire, des immobilisations de 9,3 millions $ ont pu être réalisées l'an dernier.

Une deuxième école dotée d'un programme d'éducation international a été aménagée sur la rue Saint-Alphonse, secteur Cap-de-la-Madeleine et ouverte en septembre dernier.

Une cafétéria a été aménagée pour les 400 élèves de l'école primaire de Pointe-du-Lac et un gymnase a été inauguré à l'école primaire de Louiseville. Des travaux extérieurs de toitures, portes et fenêtres ont été réalisés pour 2,5 millions $, de même que des travaux d'économie de chauffage et de ventilation pour 1,8 million $.

Les investissements sont d'autant plus intéressants que la clientèle au primaire a commencé à remonter, mettant un baume sur le creux démographique qui se fait sentir aujourd'hui jusqu'au niveau collégial. On compte 21 élèves de plus au primaire et secondaire, soit 15 271 en 2014. On est malgré tout loin du chiffre de 1998 avec 22 000 élèves, fait valoir Mme Corneau.

L'autre élément qui a gardé la Commission scolaire fort occupée, c'est le transport scolaire alors que les écoles privées de la région annonçaient, à la suite d'une hausse importante, leur retrait de ce dossier. Une optimisation des circuits a permis de s'en tirer sans hausse de coûts. Une facture de 100 $ a toutefois été refilée aux parents d'enfants qui ont deux adresses, comme le font les autres commissions scolaires.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer