Daniel McMahon serait le prochain recteur de l'UQTR

Daniel McMahon...

Agrandir

Daniel McMahon

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La communauté universitaire est invitée à rencontrer le seul candidat au rectorat de l'Université du Québec à Trois-Rivières, à 9 h 30, mardi. Le processus se fait à huis clos, mais le candidat, Daniel McMahon, n'a pas hésité à faire part au Nouvelliste, lundi, de son enthousiasme à vouloir occuper ce poste.

M. McMahon est actuellement président et chef de la direction de l'Ordre des comptables professionnels agréés du Québec. Il a indiqué au Nouvelliste que «le processus pour trouver un successeur est déjà enclenché» à l'Ordre.

«Il n'est pas question de quitter une organisation comme celle où je travaille avec un vide sur cette chaise-là», explique-t-il. «Il y a eu une décision à prendre, à un moment donné, quand le processus a avancé. J'ai informé (l'Ordre) que quoi qu'il arrive, c'est certain que j'étais pour quitter. Alors on a enclenché la mécanique pour être capable de trouver un successeur.»

Peut-on en conclure que M. McMahon sera vraiment le prochain recteur de l'UQTR? «Je prends la chance que je vais être nommé parce que je ne peux pas prendre le risque de pénaliser l'organisation» (Ordre des CPA), dit-il.

«Je vais expliquer à la communauté (mardi matin à l'UQTR) comment j'ai joué mes cartes et qu'ils ne s'inquiètent pas s'ils ne veulent pas m'avoir, il n'y a aucun problème pour moi», confie-t-il bien humblement.

Mais à lire les critères qui ont guidé le comité de sélection pour trouver la perle rare, Daniel McMahon semble taillé sur mesure pour le poste.

L'homme est un diplômé de l'UQTR (1978). Il a été membre du conseil d'administration de l'UQTR (1998-2001 et 2002-2003) et professeur titulaire à l'UQTR (1988 à 2001). Auparavant, il a été professeur dans la même institution (1980-1987) où il aussi été membre de la commission des études, directeur du département des sciences comptables et même chargé de cours, à ses débuts (1979 à 1980).

M. McMahon a occupé le vice-rectorat à l'administration et aux finances de 2001 à 2003.

Il connaît aussi fort bien la région et ses réalités pour s'être impliqué dans une quantité impressionnante de conseils d'administration et avoir acquis une solide expérience politique. Il fut préfet de la MRC de Nicolet (1997-2001) et maire de la ville de Nicolet (1995-2001). Il s'est aussi impliqué comme commissaire d'école et fut même directeur des finances au Centre hospitalier Saint-Joseph de Trois-Rivières (1987-1988).

Depuis 2014, il est diacre permanent.

«Je pense que malgré les événements qui se sont passés à l'Université, je suis convaincu que cette université-là possède tous les atouts fondamentaux pour poursuivre son développement et réanimer les sentiments de fierté et d'appartenance du personnel, en plus de continuer à prendre une part active au développement régional», plaide Daniel McMahon.

«Il y a eu des problèmes. Les problèmes sont pour moi des occasions de se dépasser, de remettre la machine en marche et de jouer le rôle que l'Université doit jouer», estime le candidat.

M. McMahon raconte que tout au long de l'été dernier, «plein de gens» lui ont dit: «Tu la connais, l'Université. Tu devrais venir nous aider». «Et je réponds à cet appel-là», dit-il, en reconnaissant qu'il le fait d'un élan du coeur.

L'entrée en poste d'un futur recteur pour l'UQTR est une décision qui appartient au conseil des ministres, rappelle-t-il. Cela devrait se concrétiser en début d'année 2016, vers la fin janvier.

Le comité de sélection de la personne qui comblera le rectorat est composé de Sylvie Beauchamp, la présidente du siège social de l'Université du Québec, de Francine Ruest-Jutras, présidente du conseil d'administration de l'UQTR, d'Éliane Moreau, professeure et membre du CA, de Pierre R. Dumouchel, directeur de l'École de technologie supérieure, d'Annie Tremblay, membre socioéconomique de l'Assemblée des Gouverneurs et d'Élise Lacoursière, secrétaire générale par intérim de l'UQ.

Le rectorat de l'UQTR est assumé par intérim présentement par le secrétaire de l'UQ, André G. Roy.

M. Roy a pris l'intérim lorsque le ministre de l'Enseignement supérieur, François Blais, a demandé à la rectrice Nadia Ghazzali de démissionner de son poste en mai dernier. Elle n'avait pas terminé son premier mandat.

Cette décision avait fait suite à la publication d'un rapport dévastateur de la Vérificatrice générale du Québec concernant l'administration Ghazzali.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer