De meilleurs services aux élèves à Keranna

Isabelle Frigon, neuropsychologue et associée au CÉNAM, Julie... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Isabelle Frigon, neuropsychologue et associée au CÉNAM, Julie L'Heureux, directrice générale de l'Institut secondaire Keranna, et Marie-Hélène Boucher, directrice des services pédagogiques.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Alors que les syndicats de l'enseignement décrient sur tous les toits que les offres gouvernementales pénaliseront les élèves, particulièrement les élèves en difficulté, l'Institut secondaire Keranna vient de parapher un partenariat de deux ans avec le Centre d'évaluation neuropsychologique et des apprentissages de la Mauricie (CÉNAM). L'objectif avoué: proposer aux élèves en difficulté un soutien optimal afin de mieux les intégrer en classe régulière.

Le CÉNAM est une clinique privée qui offre divers services à des enfants, à des adolescents et à des adultes de tous les âges. Dans l'entente signée avec Keranna, les professionnels du CÉNAM développeront deux volets spécifiques, l'un en orthopédagogie, l'autre en services professionnels.

Ainsi, depuis le début de l'année scolaire, les élèves peuvent compter sur une ressource supplémentaires afin de réaliser des évaluations individuelles (moyennant certains frais) et les suivis qui en découlent en rééducation ou autres.

«Grâce à ce nouveau partenariat, les élèves qui le souhaitent pourraient aussi bénéficier d'un accompagnement régulier, individuel, rapide et de grande qualité», se réjouit la directrice des services pédagogiques à Keranna, Marie-Hélène Boucher, ajoutant du même souffle que dans le réseau public, les délais d'attente pour ce genre de service peuvent atteindre jusqu'à 12 mois.

Quant aux autres bénéfices pour les élèves, le CÉNAM offrira des services professionnels d'évaluation et d'intervention multidisciplinaire en neuropsychologie, en psychologie, en psychoéducation et en orthophonie, cette fois dans un délai d'attente d'au maximum deux mois.

«Nous savons que la rapidité d'accès aux services, le soutien spécialisé ainsi que le travail multidisciplinaire sont des facteurs de protection dominants dans la réussite scolaire des élèves», conclut Isabelle Frigon, neuropsychologue associée au CÉNAM.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer