Un déficit projeté de 10,4 M$ à l'UQTR

L'Université du Québec à Trois-Rivières... (Olivier Croteau)

Agrandir

L'Université du Québec à Trois-Rivières

Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Depuis le 31 août 2015, l'Université du Québec à Trois-Rivières a fait un déficit de 4,2 millions $ sur ses prévisions. Au rythme où vont les choses, l'établissement prévoit terminer son exercice financier 2015-2016 avec un déficit de 10,4 million $.

L'information a été dévoilée au conseil d'administration au cours d'une assemblée extraordinaire tenue le 20 octobre dernier.

«Il devrait y avoir une mise à jour budgétaire lors du CA du 2 novembre. Avant cela, la direction ne souhaite pas faire de commentaires», a indiqué lundi le responsable des relations avec les médias, Jean-François Hinse.

Le Nouvelliste a obtenu copie d'un document remis au conseil d'administration, le 20 octobre dernier, dans lequel on peut lire que «le déficit au 30 avril 2015 a été de 5,7 M$». On y lit qu'un «effort de compressions récurrentes de 4,3 M$ a été effectué sur les compressions totales de 10 M$». Au début d'octobre, le recteur intérimaire, André G. Roy, indiquait plutôt au Nouvelliste que les états financiers 2014-15 étaient équilibrés et qu'on avait réussi à combler un déficit de 4,3 millions $ en utilisant des surplus et en profitant de changements apportés à une règle comptable portant sur l'annexe C des professeurs.

L'UQTR a subi des compressions sur son budget d'opérations 2014-2015 de 9 967 000 $. Pour l'année 2015-2016, Québec lui imposera de nouvelles compressions de 11 946 400 $.

En 2014-15, les revenus de l'UQTR étaient de 156 863 449 $, soit 2,3 M$ de moins qu'en 2013-2014 et sa masse salariale, la composante majeure de son budget de fonctionnement, était de 133 695 926 $.

En comparaison, les revenus projetés en 2015-16 sont inférieurs, soit 154 299 639 $ et la masse salariale, elle, devrait augmenter à 139 452 772 $, soit 6,4 M$ de plus que l'année précédente.

Le Nouvelliste a appris que le vice-recteur aux ressources humaines a rencontré les syndicats et associations afin de leur présenter le document budgétaire en question.

Le président du Syndicat des professeur(e)s, Ismaïl Biskri, indique «qu'aucune demande formelle de concession n'a été adressée au Syndicat», lors de cette rencontre.

Le SPPUQTR a toutefois «demandé une série de documents complémentaires sur la situation financière avant tout autre échange», précise-t-il. «Le Syndicat attend toujours ces documents», précise M. Biskri.

De son côté, la présidente du Syndicat des chargés de cours, Carole Neill, indique que dans les orientations budgétaires déposées en avril dernier, il était déjà prévu de mandater le vice-recteur aux ressources humaines «de rencontrer les différents syndicats et associations afin de commencer des discussions pour avoir un certain contrôle de la masse salariale», dit-elle.

«Aucune convention collective ne peut être modifiée sans l'accord des syndicats», tient-elle toutefois à préciser, à moins que le gouvernement impose une loi à cet effet.

Selon Mme Neill, la direction de l'UQTR pourra agir plus facilement avec certains syndicats que d'autres pour faire des économies sur la masse salariale. Du côté des chargés de cours, par exemple, il n'y a pas de permanents, donc la direction n'aurait qu'à annuler des cours pour faire des économies, si elle le souhaite. «Elle n'a pas de permission à demander», indique Mme Neill. «Mais ils ne peuvent pas le faire de manière déraisonnable», nuance-t-elle. L'UQTR est déjà dans un processus d'optimisation des cours donnés par les chargés de cours en annulant, par exemple, ceux qui n'attirent pas assez d'étudiants.

Pour ce qui est des employés permanents, l'UQTR «devra inévitablement passer par les syndicats», indique Mme Neill.

«Dans le budget qui avait été déposé pour 2015-2016, on avait évalué une coupe d'environ 5 % de la masse salariale des chargés de cours», indique Carole Neill.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer