Chemin-du-Roy: six jours de grève pour les professeurs

Ils étaient près de 3000 en provenance des... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

Agrandir

Ils étaient près de 3000 en provenance des quatre coins du Québec, dimanche, sur le parvis de l'église de Saint-Tite. Ils étaient venus pour signaler au gouvernement du Québec qu'ils portaient l'école «à bout de bras».

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Olivier Gamelin
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Ils étaient près de 3000 en provenance des quatre coins du Québec, dimanche, sur le parvis de l'église de Saint-Tite. Ils étaient venus pour signaler au gouvernement du Québec qu'ils portaient l'école «à bout de bras». Lundi, les professeurs de la Commission scolaire Chemin-du-Roy ont joint leur voix à celle de leurs camarades, offrant à leur syndicat un mandat de grève de six jours tournants à être déclenché au moment opportun.

Exactement 764 membres du Syndicat de l'enseignement des Vieilles-Forges (SEVF) ont ainsi donné à leur porte-parole syndical un mandat de grève à 82 %, un taux participation à la hauteur de leur insatisfaction et qui fait dire à la présidente du Syndicat, Claudia Cousin, que les enseignants en ont «ras le bol des offres du gouvernement et ne toléreront plus son mépris.»

«On n'acceptera pas tout le mépris et la condescendance que le gouvernement a envers nous. À 82 %, c'est un message qui est assez clair. À mon avis, le gouvernement devrait saisir le message de la majorité des gens qui tiennent leur assemblée générale», renchérit Mme Cousin.

Les six jours de grève seront utilisés «selon la conjoncture», note Mme Cousin, et de manière rotative, tant au niveau régional que national. Évidemment, les journées de grève seront exercées durant les heures de classe.

Les administrations scolaires seront averties une semaine à l'avance et pourront ainsi informer les parents concernés. «Pour l'instant, je ne peux pas dire quand ces journées de grève auront lieu, si elles ont lieu», précise la présidente.

Le SEVF estime que ce mandat de grève donnera du poids à ses négociations.

Du même souffle, Mme Cousin avoue qu'elle souhaiterait ne pas avoir à l'utiliser, trouvant plutôt un terrain d'entente avec le gouvernement à la satisfaction de tous.

«Les discussions se poursuivent toujours [avec le gouvernement], les rencontres ont lieu, et ce que les enseignants espèrent, c'est un règlement négocié. On veut en arriver à un règlement qui va favoriser les conditions d'apprentissage des élèves et des conditions de travail décentes pour les enseignants», conclut Mme Cousin.

Vendredi dernier, les membres du Syndicat du personnel professionnel de l'éducation du Coeur et du Centre-du-Québec s'offraient, à 97 %, un mandat de grève de six jours, également sur une base rotative.

Le Syndicat des enseignants de la Riveraine et le Syndicat de l'enseignement de la Mauricie tiendront un vote de grève au cours de la prochaine semaine.

Notons enfin que plusieurs groupes syndicaux du milieu de l'éducation et organisations communautaires régionales rouleront vers Montréal, le 3 octobre prochain, dans le cadre de la grande manifestation organisée par le Front commun 2015. Plusieurs autobus seront nolisés un peu partout en Mauricie et au Centre-du-Québec.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer