Pour en savoir plus sur les «insensés»

Accompagnés de professionnels de l'archéologie, quatre étudiants du... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Accompagnés de professionnels de l'archéologie, quatre étudiants du programme Histoire et civilisation du Collège Laflèche réaliseront des fouilles archéologiques dans la cour du monastère des Ursulines jusqu'au 25 septembre.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La cour du monastère des Ursulines livrera d'autres de ses secrets aux étudiants du Collège Laflèche qui l'exploreront dans le cadre de leur cours «Profession archéologue: reconstruire le passé». Un troisième chantier de fouilles archéologiques en autant d'années s'est ouvert lundi dans le jardin du monastère. Guidés par des professeurs et des archéologues, les jeunes tenteront d'en savoir plus sur les loges des insensés, érigées sur le terrain des religieuses en 1808.

En 2013, les étudiants du programme Histoire et civilisation avaient découvert les vestiges confirmant l'emplacement de ces loges. En septembre 2014, ils ont concentré leurs recherches dans les aires où se trouvaient une boulangerie datant de 1699 et une cuisine. Les jeunes y ont entre autres trouvé des ossements témoignant des habitudes alimentaires, des pièces de céramique couvrant plusieurs périodes, des pièces de monnaie, des décorations religieuses et quelque 1600 clous qui aident à dater les constructions.

Cette année, les étudiants de l'archéologue et professeur Louis Gilbert reviendront au site des loges des insensés pour tenter d'en savoir plus sur les conditions de vie des gens qui y étaient envoyés. Rappelons que ces loges accueillaient - ou plutôt internaient - les personnes aux prises avec des problèmes de santé mentale, alors appelés «aliénés» ou «insensés». Leur charge a été confiée aux communautés religieuses au début du XIXe siècle, et à Trois-Rivières, ce sont les Ursulines qui ont hérité du mandat.

Six loges de huit pieds sur six, éclairées par un petit grillage, ont été aménagées dans un bâtiment en pierre dans la cour du monastère. «On en connaît peu sur la vie de ceux qu'on appelait les «pensionnaires du Roy». Il semble qu'ils étaient généralement confinés à leur cellule jour et nuit, parfois pendant de longues années. Si les Ursulines tentaient de leur apporter les soins avec le plus de délicatesse possible, l'usage de chaînes et de camisoles de force était parfois nécessaire», explique Louis Gilbert.

En 2013, l'archéologue et ses élèves avaient mis au jour deux pans de murs de la bâtisse des loges. Cette année, ils espèrent découvrir des traces d'aménagement de ces cellules et trouver des objets qui pourraient documenter les conditions de vie des «insensés».

«Présentement, on a des descriptions selon deux versions: celle des religieuses et celle des aliénistes, qui étaient critiques envers la pratique. Nous avons deux témoignages différents. Nous voudrions trouver des indices qui nous aideraient à comprendre comment vivaient les insensés»», détaille M. Gilbert. Les loges des Ursulines furent occupées pendant 37 ans, soit jusqu'à l'ouverture de l'Asile de Beauport, où les patients de Québec, Montréal et Trois-Rivières furent transférés. Par la suite, le bâtiment des loges servit d'entrepôt.

Les fouilles des étudiants se poursuivront jusqu'au 25 septembre dans le jardin des religieuses, accessible par le Musée des Ursulines. «Pour tous les visiteurs, que ce soit les visiteurs individuels ou les groupes scolaires, la visite des fouilles est incluse dans la visite de la chapelle. La cour du monastère n'est pas accessible aux visiteurs habituellement. Les guides ou les étudiants pourront répondre à leurs questions», précise la directrice du musée, Josée Grandmont.

Les quatre étudiants du collège seront aussi initiés au nettoyage et à l'emballage des artéfacts recueillis. La collection réunie depuis 2013 est actuellement au laboratoire d'archéologie du Collège Laflèche, mais sera remise aux Ursulines.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer