École d'éducation internationale: la croissance déborde vers l'est

Julie Grenier (au tableau), enseignante de deuxième année... (Photo: Émilie O'Connor Le Nouvelliste)

Agrandir

Julie Grenier (au tableau), enseignante de deuxième année à l'École primaire d'éducation internationale du secteur Est, a accueilli dans sa classe Claude Lessard, président du conseil de la Commission scolaire du Chemin-du-Roy, Stéphane Ayotte, directeur de l'école, et Hélène Corneau, directrice générale de la commission scolaire.

Photo: Émilie O'Connor Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(TROIS-RIVIÈRES) La croissance fulgurante de la demande pour l'accès à une éducation internationale au niveau primaire est à l'origine de l'ouverture d'une deuxième école avec cette vocation au sein du territoire de la Commission scolaire du Chemin-du-Roy.

La commission scolaire inaugurait lundi l'École primaire d'éducation internationale, secteur Est, dans l'ancienne école Point-Tournant du secteur Cap-de-la-Madeleine. Quelque 80 enfants de la maternelle à la deuxième année arriveront à cette école ce matin. Avec les 445 élèves de l'École internationale du secteur de Trois-Rivières, soit une cinquantaine de plus que l'an dernier, la commission scolaire ne pouvait pas ignorer une telle demande.

«Dans ce dossier, on a vu la valeur ajoutée du programme pour les élèves. Ce sont des méthodes de travail qu'on donne à l'élève, des méthodes qui seront établies pour leur avenir», constate Claude Lessard, le président du conseil des commissaires.

Stéphane Ayotte, directeur de l'École primaire d'éducation internationale de Trois-Rivières, dirigera également les destinées de cette école du secteur Cap-de-la-Madeleine. Selon lui, les parents sont charmés par ce modèle pédagogique basé sur la recherche afin de développer la sensibilité des enfants face au monde.

«On parle d'ouverture, de tolérance. Ce sont des valeurs universelles», explique M. Ayotte, qui sera secondé par Claire Lanouette à la direction de cette école.

Le Point-Tournant était un établissement qui offrait des ateliers exploratoires en formation professionnelle. Près de 600 000 $ ont été investis pour réaménager cette bâtisse. Les scies électriques font maintenant place à des locaux lumineux où tout a été pensé pour bien accueillir de jeunes enfants qui profiteront d'ici peu de tableaux interactifs dans les classes et d'un premier module de jeux dans la cour extérieure.

Cette école internationale sera en mesure de s'adapter à la croissance scolaire de sa clientèle. La troisième année sera offerte en 2016-2017, et ainsi de suite jusqu'à la sixième année.

Il resterait quelques places disponibles en deuxième année.

Austérité dénoncée

D'autre part, Claude Lessard a profité de la tribune qui lui était offerte pour saluer l'effervescence d'un début d'année qui s'annonce mouvementé en terme de revendications du secteur scolaire auprès du gouvernement du Québec. Le président du conseil des commissaires se dit heureux de voir des gens décrier le régime minceur imposé par le gouvernement Couillard.

«On a reçu une coupe de deux millions de dollars dans le budget. On a réduit les frais administratifs à 3,5 %, alors qu'ils sont à 4,2 % au Québec, on a adopté des mesures d'optimisation dans les écoles, on loue des espaces au centre administratif de la commission scolaire et on a un maintien des services aux élèves. Cela témoigne que les commissaires sont centrés sur un élément: la réussite de l'élève.»

martin.lafreniere@lenouvelliste.qc.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer