Les employés dénoncent les conséquences des coupes budgétaires

Le Collège Shawinigan... (Photo: Archives, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le Collège Shawinigan

Photo: Archives, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Au lendemain de l'annonce d'un déficit dans le budget provisoire de fonctionnement 2015-2016 du Collège Shawinigan, les syndicats de différents ordres de métiers et professions de l'établissement dénoncent les coupes budgétaires en enseignement supérieur imposées par le gouvernement.

Un déficit de 395 000 $ est déjà prévu pour l'année à venir. Les compressions se sont traduites par une réduction des dépenses, qui elle, se concrétise par des coupes dans certains services, activités et achats, ainsi que dans certains postes.

Le président du Syndicat des professionnelles et professionnels, Jean-François Chandonnet, a confiance en la bonne foi de la direction du collège qui assure que la qualité des services aux étudiants ne sera pas touchée. Par contre, il considère que «des façons de faire différentes et des changements de tâches annoncés pourraient affecter plusieurs services, dont les services adaptés, l'alternance travail-études et le placement».

M. Chandonnet prévient qu'un suivi devra être fait régulièrement pour constater les conséquences des changements.

De son côté, la présidente du Syndicat du personnel de soutien, Renée Pouliot, dénonce les pertes d'emploi et les surcharges de travail. «Deux personnes ont perdu leur emploi, leur poste étant aboli. Un autre poste n'a pas été comblé après un départ à la retraite et 12 autres personnes verront leurs tâches modifiées à l'automne», énumère-t-elle entre autres, en craignant une diminution des services aux étudiants.

Solidaire des deux syndicats les plus affectés, le président de celui des enseignantes et enseignants, Luc Vandal, indique que la décision de la direction de mettre un terme à quelques projets à caractère éducatif provoquera des diminutions de tâches pour l'équivalent d'un enseignant à temps complet. Il croit aussi que les fermetures de postes et de charges chez les professionnels et le personnel de soutien engendreront une diminution des services aux étudiants, «certains de ces services étant directement liés à l'enseignement».

«Les heures d'ouverture de la bibliothèque et du centre sportif seront diminuées, les services adaptés pour les étudiants en situation de handicap aussi», déplore-t-il, en concluant que «nous osons croire que le départ à la retraite du côté du personnel d'encadrement ne sera pas comblé. C'est une question d'équité!» Les trois syndicats cités regroupent plus de 250 membres.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer