CSAD: la Commission scolaire envisage d'intenter des recours judiciaires

La Commission scolaire du Chemin-du-Roy pourrait intenter des... (Photo: Émilie O'Connor)

Agrandir

La Commission scolaire du Chemin-du-Roy pourrait intenter des poursuites concernant la gestion du Complexe sportif Alphonse-Desjardins.

Photo: Émilie O'Connor

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La Commission scolaire du Chemin-du-Roy vient de mandater la firme Morency avocats afin d'analyser ses possibilités de recours à la suite des rapports préliminaires présentés par la firme Accuracy, experts en juricomptabilité, sur la gestion du Complexe sportif Alphonse-Desjardins.

Il y a un an, le Vérificateur général du Québec avait enquêté sur cette gestion, rappelons-le. Il en était ressorti que le CSAD avait engendré des déficits annuels à la Commission scolaire variant de 700 000 $ à 1,2 million $ au cours des  années précédentes.

Peu avant la sortie du rapport du VGQ, le directeur général du CSAD, Jean-François Picard, avait donné sa démission en faisant part de sa frustration concernant la phase 5 du projet de développement du CSAD, soit le fameux Colisée de 5000 places.

Le président du conseil d'administration du CSAD, Michel Byette, avait lui aussi démissionné de son poste peu après le dépôt du rapport du VGQ.

Au moment de sa publication, M. Byette et M. Picard, s'étaient défendus d'être à l'origine des irrégularités soulevées par le VGQ. La Commission scolaire elle même était blâmée pour son laxisme dans la gestion de l'organisme confiée à un organisme sans but lucratif.

Le ministère de l'Éducation avait par la suite commandé une enquête sur la gestion du CSAD en juillet de la même année.

Les rapports préliminaires déposés à l'attention du Conseil des commissaires cette semaine ne sont pas disponibles pour consultation publique et la Commission scolaire a indiqué, jeudi, qu'elle ne commentera pas le dossier.

Dans un communiqué de presse émis en septembre de la même année, la Commission scolaire révélait qu'elle avait versé en moyenne 600 000 $ par année au CSAD alors que le projet devait se faire à coût nul.

Depuis, des efforts ont été mis pour éliminer des déficits chroniques provenant des services alimentaires, du service de garde ainsi que de la location de locaux et de plateaux.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer