CCIS: un nouvel élan après une année de turbulences

Jonathan St-Jean, président, et Martin St-Pierre, directeur général,... (Photo: Sylvain Mayer Le Nouvelliste)

Agrandir

Jonathan St-Jean, président, et Martin St-Pierre, directeur général, souhaitent une communauté des affaires plus mobilisée que jamais autour de la CCIS.

Photo: Sylvain Mayer Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Personne ne pourra prétendre que l'année financière 2014-2015 s'est écoulée comme un long fleuve tranquille pour la Chambre de commerce et d'industrie de Shawinigan. Malgré tout, l'organisme réussit à attirer toujours plus de membres, ce qui n'empêchera pas les nouveaux dirigeants de réfléchir sur les façons d'impliquer encore davantage les gens d'affaires.

Une quarantaine de personnes étaient réunies à l'Auberge Escapade, mercredi soir, pour l'assemblée générale annuelle de la CCIS. Jonathan St-Jean a accepté de terminer son mandat à titre de président pour la prochaine année, une décision qui n'allait pas de soi.

Il faut rappeler que le conseil d'administration de l'organisme a connu pas moins de quatre présidents au cours des douze derniers mois: Stéphane Mongeau, qui a tenté sa chance en politique avec la Coalition avenir Québec dans le comté de Saint-Maurice, Donald Angers, Stéphane Daoust et finalement, Jonathan St-Jean.

Ce dernier a accepté de relever le défi à l'automne et il ne s'est pas lancé sur la pointe des pieds. Au début 2015, le conseil d'administration décidait de briser le contrat avec son directeur général, Philippe Roy. Martin St-Pierre lui a succédé à la fin mars.

«C'est sûr que pendant la période de transition, sans direction générale, c'était très prenant», confie M. St-Jean. «Je n'étais pas sûr que je pouvais donner les heures dont la CCIS avait besoin. Mais depuis l'arrivée de Martin, ça a tombé plus réaliste en terme d'attentes envers les administrateurs. Je pense que j'ai le temps nécessaire pour accomplir ce mandat.»

Outre ce jeu de chaises musicales au conseil d'administration, la CCIS a aussi été plongée dans la controverse en raison de son choix de traiteur pour le Gala Distinction Desjardins. Certains membres de la communauté des affaires estimaient que le choix du Rouge Vin ne respectait pas la politique d'achat local, qui constitue l'une des priorités de l'organisation.

Par contre, la CCIS affiche un solde positif de 19 membres en 2014, portant son total à 606. De plus, 1459 personnes ont participé aux activités, une hausse de 30 % par rapport à 2013.

Mais M. St-Jean vise encore plus haut.

«Il faut devenir la voix officielle des PME», explique-t-il. «Je trouve important que les entrepreneurs aient une place pour émettre des idées qui font du chemin. Si Shawinigan peut bénéficier de ces idées, ça peut provoquer un développement économique important. La CCIS peut se donner ce rôle et cette vision. On va le sentir dans la prochaine programmation.»

Les membres seront assurément consultés au cours des prochaines semaines pour justement répondre aux attentes.

«Nous avons une bonne affluence aux activités, mais je voudrais qu'on sente que nous sommes vraiment essentiels», partage M. St-Jean. «J'aimerais entendre qu'un entrepreneur dise qu'il a pris ses nouvelles idées à la chambre de commerce.»

De son côté, même s'il n'est en poste que depuis un peu plus de deux semaines, Martin St-Pierre laisse déjà une impression favorable dans l'organisation.

«Je sens une énorme volonté d'entreprendre, de mobiliser la communauté d'affaires», observe-t-il. «On fête notre 15e année et je souhaite que cette chambre poursuive sa croissance au même rythme que se fera le développement de l'entrepreneuriat. Nous avons une organisation en bonne santé. Nous demandons seulement une attraction encore plus grande et ce sont les membres qui nous donneront cela.»

M. St-Pierre semble enchanté de ses premiers pas à Shawinigan.

«C'est ma quatrième chambre de commerce et humblement, sans vouloir lancer des fleurs ou des pots aux autres, c'est assurément le meilleur accueil que j'ai reçu.»

Les administrateurs ont choisi de reconduire le même conseil exécutif pour la prochaine année. M. St-Jean sera donc appuyé par Richard Gaudreault à la vice-présidence, Mario Lamontagne comme trésorier, tandis que Martin Dumont agira à nouveau à titre de secrétaire.

Le conseil d'administration est complété par Martine Chrétien, Carole Lampron, Stéphane Béraud, ainsi que les nouveaux venus Philippe Brunelle, Jean-François Laforme, Geneviève Trudel et Frédérik Malenfant.

Notons enfin qu'un comité spécial a été formé pour réviser les règlements généraux de la CCIS, particulièrement la partie qui concerne la composition du conseil d'administration. Depuis la fusion qui a entraîné la création de la CCIS en 2000, des sièges sont réservés à des zones, une formule qui mérite d'être revue, selon M. St-Jean.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer