Exclusif

Chemin-du-Roy dans le rouge de 1,4 M$ à cause du CSAD

La directrice générale de la Commission scolaire du... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

Agrandir

La directrice générale de la Commission scolaire du Chemin-du-Roy, Hélène Corneau.

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La Commission scolaire du Chemin-du-Roy a adopté, mercredi, ses états financiers pour la période du 1er juillet 2013 au 30 juin 2014. Il en ressort que le Centre sportif Alphonse-Desjardins lui occasionne des dépassements de coûts de 1,4 million $ pour l'année.

Le Complexe sportif Alphonse-Desjardins (CSAD) coûte cher à... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Le Complexe sportif Alphonse-Desjardins (CSAD) coûte cher à la Commission scolaire du Chemin-du-Roy.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

N'eût été de cet épineux dossier qui est loin d'être réglé, la commission scolaire aurait pu présenter un budget parfait avec un déficit zéro malgré les sévères compressions budgétaires imposées par Québec, déplore la directrice générale, Hélène Corneau.

Les commissions scolaires n'ayant pas le droit de faire un déficit, Chemin-du-Roy a donc dû demander au ministre de l'Éducation la permission d'en produire un, le tout premier de son histoire et présenter un plan de redressement prévoyant la récupération de la somme manquante sur un horizon de deux ans, dit-elle.

Mme Corneau précise que la page est loin d'être tournée dans ce dossier.

«Il faut que ce soit clair», dit-elle. «On n'oublie pas 1,5 million $. On ne fait pas table rase de ça et on continue en s'imaginant que ça va aller mieux la semaine prochaine. Non. On va faire la lumière sur toute la situation pour être sûr aussi qu'en avançant dans la gestion du CSAD on applique les bonnes pratiques», dit-elle.

La commission scolaire «a toujours des travaux en cours avec la firme en juricomptabilité Accuracy. Il y a encore la conclusion de ces travaux à venir», indique la directrice.

Ces travaux portent sur les activités financières du CSAD. Mme Corneau précise qu'il est encore trop tôt, toutefois, pour dire s'il y aura des suites pour les administrateurs précédents du CSAD qui ont plongé la commission scolaire dans cette situation.

«On va faire la lumière sur tout ça», promet-elle toutefois. «S'il y a des suites, ce sera à convenir avec nos commissaires», dit-elle.

Pourparlers avec la Ville

En attendant, la commission scolaire est en pourparlers avec la Ville de Trois-Rivières afin de modifier le contenu de ses ententes relatives aux phases 1, 2, 3 et 4 du CSAD. C'est que la dernière entente, rappelle Mme Corneau, incluait la construction du fameux colisée de 5000 places, un projet auquel la commission scolaire a dû mettre fin, rappelons-le. Comme il n'y a plus de colisée dans le décor, l'entente doit être modifiée, explique-t-elle.

«Est-ce que la Ville, dans nos négociations, finira par reconnaître qu'elle avait aussi 50 % de cet engagement-là dans le projet?», se questionne Mme Corneau en rappelant que le tout a été fait en partenariat.

«Les phases 1, 2 et 3, il y a des hypothèques attachées à ça», fait-elle valoir. «Nous avons 30 millions $ d'emprunts à long terme. La Ville était engagée avec nous dans ça et elle utilise le CSAD. Nous avons réalisé un projet extraordinaire, mais nous sommes liées.»

Pour ce qui est de récupérer les dépassements de coûts de 1,4 million $, la commission scolaire entend travailler sur un plan d'effectifs. Il y aura donc élimination de certains postes en plus des 21 qui ont déjà été fermés au centre administratif. La gestion sera encore plus serrée sur tous les aspects de l'administration, un exercice d'autant plus difficile pour Chemin-du-Roy qu'elle est une des trois commissions scolaires au Québec dont les coûts de gestion sont les plus bas, dit-elle.

«L'année 2014-15 sera déterminante pour faire en sorte de voir quel est le véritable seuil de rentabilité du CSAD. Il y a un plan de redressement en cours», dit-elle.

La directrice rappelle qu'avant que «le Vérificateur général vienne faire ses travaux avec son équipe de la vérification de l'optimisation des ressources, la Commission scolaire du Chemin-du-Roy, en février 2013, avait fait valoir à son conseil des commissaires qu'il y avait des dépassements de coûts des phases antérieures, soit le pavillon de tennis, la glace, l'aréna olympique et le soccer intérieur», rappelle Mme Corneau.

Coûts annuels salés

«On nous a toujours dit qu'il n'y avait pas de dépassements de coûts et que ça ne coûtait rien à la commission scolaire», rappelle la directrice.

En février 2013, toutefois, la commission scolaire découvre que le complexe sportif lui coûte de 400 000 $ à 600 000 $ par année, coûts qu'elle doit toujours assumer aujourd'hui.

Mme Corneau signale que l'administration qui oeuvrait avant elle avait donné son aval dès 2010 pour la construction d'un colisée. Le montage financier avait été présenté en 2012 au conseil des commissaires par Jean-François Picard, directeur du CSAD et Michel Morin, ancien directeur général de la commission scolaire. Le conseil des commissaires avait alors confirmé à nouveau son engagement, raconte Mme Corneau qui est arrivée en poste en 2012.

Dans les entrefaites, de nouvelles normes comptables ont été imposées par Québec aux commissions scolaires. «Et là, ça ne marche plus. Les montages financiers qui étaient recevables en 2003 ou en 2007, aujourd'hui, on n'est plus dans cette réalité là. Et c'est là que le ministère de l'Éducation nous autorise un prêt de 53 millions $, mais s'attend à ce qu'on ait un montage financier qui vienne assurer l'autofinancement. Et le prêt est conditionnel à ce que ce soit à coût nul pour la commission scolaire», raconte Mme Corneau.

Avec des coûts de 400 000 $ à 600 000 $, rien ne va plus. «On fait le constat qu'on ne peut pas continuer à aller de l'avant dans ça» du moins pas pour le colisée, dit-elle, confiante que la nouvelle gestion du CSAD permettra un redressement de la situation.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer