Commissions scolaires: ouverture à tout, même au statu quo

Le scénario du rédécoupage des territoires des deux... (Photo: Émilie O'Connor Le Nouvelliste)

Agrandir

Le scénario du rédécoupage des territoires des deux commissions scolaires de la Mauricie pourrait être modifié de nouveau, le gouvernement Couillard se montrant ouvert à différentes solutions, incluant le statu quo.

Photo: Émilie O'Connor Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Le gouvernement du Québec pourrait faire marche arrière avec le scénario proposé la semaine dernière, concernant le redécoupage des territoires des deux commissions scolaires de la Mauricie. C'est du moins ce qui ressort d'une rencontre tenue mardi matin entre le ministre de l'Éducation Yves Bolduc et le caucus libéral des cinq députés de la Mauricie, rencontre au cours de laquelle le ministre s'est dit prêt à envisager différents scénarios, y compris celui du statu quo, pour répondre aux inquiétudes manifestées par plusieurs personnes depuis la semaine dernière.

«Nous avons eu une belle rencontre et le ministre s'est montré très ouvert à nos commentaires», confirme le député de Champlain, Pierre Michel Auger, qui ajoute que les députés ont profité de la rencontre pour faire part des inquiétudes qui ont été soulevées par plusieurs intervenants du milieu devant ce scénario de redécoupage. Selon M. Auger, il semblait d'ailleurs clair aux yeux du ministre qu'une fusion des deux commissions scolaires n'était pas envisageable et que la Mauricie continuerait de compter deux commissions scolaires, peu importe le scénario retenu.

Les députés ont depuis demandé aux directions des deux commissions scolaires de se réunir et d'établir un scénario idéal pour eux, en tenant compte de l'importance des services aux élèves, des scénarios qui devront être livrés aux députés lundi matin. «Nous souhaitons une proposition commune qui tient aussi compte de l'intérêt des élèves. On sait bien que la question du respect des territoires et des préférences de la population préoccupent les différents intervenants, et il faudra en tenir compte», ajoute le député de Maskinongé, Marc H. Plante.

Déjà, les directions et les commissaires sont au travail pour plancher sur ces scénarios, et une rencontre entre les deux conseils des commissaires aura lieu dès ce soir pour en arriver à une suggestion qui sera soumise aux députés dès lundi. Difficile toutefois de savoir quel scénario pourrait se dégager, mais il semble déjà acquis que le scénario proposé par le gouvernement la semaine passée ne devrait pas être priorisé.

«Nous n'avions reçu qu'un projet de carte, mais aucun document administratif justifiant les coûts et les économies de ce redécoupage. Il faut maintenant évaluer les impacts auprès des élèves, spécialement ceux du secteur Des Chenaux qui fréquentent les écoles de Trois-Rivières. Nous allons regarder dans tous les sens, mais je me réjouis déjà de voir qu'on compte maintenir deux commissions scolaires, car on pourra continuer de compter sur un service de proximité pour les écoles et la clientèle du territoire», souligne Hélène Corneau, directrice générale de la Commission scolaire du Chemin-du-Roy.

Ouverture

On se souviendra que le scénario présenté par Québec modifiait passablement les territoires des commissions scolaires, rattachant les municipalités de la MRC de Maskinongé à la Commission scolaire Chemin-du-Roy et celles de la MRC des Chenaux à la Commission scolaire de l'Énergie. Un transfert de 1009 élèves d'un côté contre 1052 de l'autre. Une proposition qui avait soulevé la grogne des élus de plusieurs municipalités, étant donné la distance à parcourir et le chambardement des habitudes de vie des élèves et des familles.

«Les premiers travaux qui nous ont été présentés ne représentaient aucun avantage pour l'une ou l'autre des commissions scolaires. On avait du mal à voir de quelle façon ça pouvait générer des économies. Maintenant, il y a un travail qui va se faire de notre bord et plusieurs calculs seront réalisés. On verra ce que ça va donner», a souligné Claude Lessard, président de la Commission scolaire du Chemin-du-Roy.

De son côté, le député de Saint-Maurice, Pierre Giguère, s'est dit très satisfait de l'ouverture démontrée par le ministre Bolduc, et attendra avec impatience les scénarios proposés par les commissions scolaires, qui pourraient aussi consulter les conseils d'établissements et les élus municipaux des MRC concernées.

M. Giguère, qui s'était montré particulièrement agacé de voir des municipalités de sa circonscription comme Saint-Boniface et Saint-Mathieu-du-Parc être redirigées vers la Commission scolaire du Chemin-du-Roy, se dit maintenant confiant que ce scénario ne se produira pas. «D'emblée, si on respecte la volonté du milieu, je tiens pour acquis que ça devrait demeurer avec de l'Énergie. Maintenant, les directions vont nous soumettre un plan qui peut aller jusqu'au statu quo. C'est aussi à eux d'évaluer ce qui serait le plus profitable et qui respecterait les besoins des élèves», mentionne-t-il.

Il n'a pas été possible, hier, d'obtenir les commentaires de la direction de la Commission scolaire de l'Énergie, qui préfère attendre que la position commune soit présentée aux députés.

Du côté de la Commission scolaire de la Riveraine, dont on annonçait la disparition la semaine dernière et l'intégration aux commissions scolaires des Bois-Francs et des Chênes, il n'a pas été possible de savoir si Québec envisageait aussi revoir ce scénario, au même titre que les commissions scolaires de la Mauricie.

Un déficit de 2,6 M$ pour 2013-2014

(Vincent Gauthier) - La Commission scolaire du Chemin-du-Roy aura finalement bouclé l'année financière 2013-2014 avec un déficit de 2,6 millions $.

Le Conseil des commissaires prendra connaissance des états financiers, le 10 décembre à l'occasion d'une séance ordinaire.

Au même moment, les commissaires vont pouvoir consulter l'opinion, assortie d'une réserve, émise par le Vérificateur général du Québec.

L'exercice financier fait également état d'un surplus d'un peu plus de 14 millions $.

À titre de comparaison, c'est un déficit de 1,7 million $ qui s'était dégagé de l'exercice au terme de l'année 2012-2013.

Partager

À lire aussi

  • La Riveraine va bel et bien disparaître

    Éducation

    La Riveraine va bel et bien disparaître

    La Commission scolaire de la Riveraine va disparaître. «C'est sûr qu'on ne sera plus là comme entité Commission scolaire», indique la présidente du... »

  • Quand on fusionne pour fusionner

    La Griffe à Beaudoin

    Quand on fusionne pour fusionner

    Avec la proposition sur la redéfinition des territoires des commissions scolaires du Chemin-du-Roy et de l'Énergie, on mesure toute l'improvisation,... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer