«Nos bibliothèques sont en santé»

Guylaine Deshaies est technicienne en documentation à la... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Guylaine Deshaies est technicienne en documentation à la bibliothèque de l'école secondaire les Seigneuries de Saint-Pierre-les-Becquets.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) «Nos bibliothèques sont en santé», n'hésite pas à affirmer Sophie Fortin, bibliothécaire à la Commission scolaire du Chemin-du-Roy. En plus de la qualité des documents proposés sur les rayons, Mme Fortin et plusieurs de ses collègues sont par ailleurs témoins de la grande fréquentation des bibliothèques en milieu scolaire.

Luce Grenier, technicienne en documentation à l'école secondaire Jean-Nicolet, illustre le constat: «Depuis la mesure 30270 (allocation pour l'acquisition de livres pour les bibliothèques), notre bibliothèque peut s'enorgueillir d'offrir une documentation variée et qui est au goût du jour. Nos jeunes n'ont jamais autant lu! En 2013-2014, nous avons fait 12 474 prêts à nos 789 élèves. En 1995-1996, nous en avions fait 8940 pour à peu près 1160 élèves!»

Sa collègue de l'école secondaire les Seigneuries Guylaine Deshaies témoigne aussi du même phénomène: «Depuis que je suis en poste, le taux de fréquentation de la bibliothèque a beaucoup augmenté. Même les enseignants sont surpris de voir autant d'élèves installés aux tables pour faire de la lecture ou des travaux personnels. Je ne fais pas d'animation comme telle, mais les portes sont toujours grandes ouvertes et tous sont les bienvenus».

Une augmentation du nombre de prêts est aussi observée par la technicienne de la troisième école secondaire de la Commissions scolaire de la Riveraine (La Découverte), Caroline Boucher: plus de 16 000 prêts ont été enregistrés en2013-2014 pour une école de moins de 600 élèves.

L'utilisation en 2014

Dans la plupart des écoles secondaires, des périodes de fréquentation de la bibliothèque sont intégrées à l'horaire. Mais les adolescents peuvent aussi s'y rendre de façon autonome avant le début des cours le matin, le midi ou encore après l'école. «Les périodes consacrées à la lecture monopolisent une bonne partie du calendrier de la bibliothèque. Plus du tiers des périodes disponibles sont utilisées pour la lecture», observe la technicienne affectée à l'école Jean-Nicolet.

À la Commission scolaire de l'Énergie, la porte-parole Renée Jobin explique que les bibliothèques des écoles secondaires de son territoire sont ouvertes 35 heures par semaine pour le personnel et les élèves et que la plupart d'entre elles sont aussi accessibles à l'heure du dîner.

«Les enseignants ont la possibilité de réserver une période précise pour une période de lecture, pour le choix d'un roman ou pour une recherche dans une autre matière. Les élèves peuvent aussi fréquenter la bibliothèque sur une base individuelle, le matin avant les cours, sur l'heure du dîner, aux pauses et parfois à la fin de la journée», résume Mme Jobin.

À la Commission scolaire du Chemin-du-Roy, la bibliothécaire Sophie Fortin confirme aussi que la plupart des périodes de cours sont occupées par des classes dans les écoles secondaire. Au primaire, des parents bénévoles assurent une présence dans la bibliothèque, et une technicienne en documentation se charge de l'animation.

Même si les élèves peuvent désormais trouver de l'information via Internet, la bibliothèque demeure un lieu de recherche pour les travaux scolaires.

«La majorité des travaux de recherche demandés aux élèves s'effectuent à la bibliothèque. Le personnel enseignant est conscient de la richesse de l'information disponible dans les livres imprimés et exige toujours des références imprimées (livres et revues) en plus des références sur Internet. Les groupes en science, histoire, français, éthique et culture religieuse se présentent à la bibliothèque pour des recherches», témoigne Luce Grenier.

L'importance du renouvellement

Comme ses collègues, Guylaine Deshaies, de l'école les Seigneuries, est convaincue de l'importance du renouvellement des collections dans les bibliothèques scolaires.

«Je suis présentement à faire de l'élagage car oui, c'est beau des rayons bien garnis, mais encore faut-il que ce qu'ils contiennent soit intéressant et lu par les usagers!», constate-t-elle.

«Et je dis souvent aux jeunes: ''Vous êtes mes yeux et mes oreilles pour que notre collection grandisse selon vos goûts et vos intérêts. N'hésitez pas à me faire savoir s'il y a des nouveautés, faites-moi des suggestions de lecture''. J'essaie autant que possible d'avoir les nouveautés rapidement pour satisfaire les élèves dans leurs goûts. Ainsi, les élèves des familles moins fortunées ne sont pas pénalisés car ils ont accès eux aussi et assez rapidement à de beaux livres récents et neufs», ajoute-t-elle.

Les romans sont les plus populaires

À la Commission scolaire du Chemin-du-Roy, les statistiques de prêts pour l'année dernière révèlent qu'au secondaire, la moitié des prêts étaient puisés dans la catégorie des romans, environ 30 % dans le rayon des bandes dessinées et à peu près 15 % pour les ouvrages documentaires.

À la Commission scolaire de l'Énergie, les romans sont également les plus populaires. «Les élèves apprécient particulièrement les séries comme Amos Daragon et Aurélie Laflamme. Leur genre préféré est le fantastique, la science-fiction», observe Renée Jobin.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer