Les conservatoires en région vont survivre

La ministre David refuse de fermer les conservatoires... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

La ministre David refuse de fermer les conservatoires en région.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Le Nouvelliste

La ministre de la Culture, Hélène David, a rejeté, mercredi, les conclusions d'un rapport des administrateurs des conservatoires qui propose de cesser l'enseignement de la musique en région.

Déçue de la seule recommandation qu'elle a reçue... (La Presse Canadienne, Jacques Boissinot) - image 1.0

Agrandir

Déçue de la seule recommandation qu'elle a reçue de la part de la direction du Conservatoire de musique et d'art dramatique du Québec, la ministre de la Culture et des Communications, Hélène David, demandera jeudi des explications.

La Presse Canadienne, Jacques Boissinot

Lors d'un point de presse, Mme David a déclaré que ce rapport est décevant et irrecevable. Elle rencontrera jeudi le directeur général du conservatoire ainsi que le président de son conseil d'administration, pour leur dire qu'elle rejette la seule hypothèse avancée.

«Je vais leur dire ma grande déception, a-t-elle dit. Ils n'ont élaboré qu'une seule hypothèse et cette hypothèse, c'est: "nous allons terminer l'enseignement de la musique en région et nous allons devenir des sortes de superviseurs d'écoles privées de musique''. La réponse de ce matin est donc non. Les conclusions sont irrecevables.»

Avant la période des questions à l'Assemblée nationale, Mme David a affirmé que la mission des conservatoires, qui ont un déficit de 14 millions $, sera préservée en région. «L'enseignement va être donné par les conservatoires, par les professeurs des conservatoires et va être donné dans les locaux du conservatoire», a-t-elle dit.

«On peut réaménager la question des structures, la question de l'administration, la question de la lourdeur administrative, la question des lieux où l'enseignement se passe, et à Montréal et à Québec, a-t-elle dit. Il n'y a pas un mot dans le rapport sur la question de Montréal et de Québec, on ne parle que des régions.»

Les dirigeants du conservatoire, qui regroupe les écoles de musique et d'art dramatique du réseau, n'ont pas voulu faire de commentaire, jeudi.

À Trois-Rivières, Raymond Perrin, représentant des professeurs du Conservatoire, s'est réjoui de cette nouvelle tout en tempérant sa joie. «Il reste des inquiétudes. Oui, la bâtisse trifluvienne va rester ouverte mais il reste 14 millions de dollars de déficit pour le réseau. On sent que la ministre est vraiment au courant du dossier et qu'elle est consciente de l'importance des conservatoires en région.

Trouvera-t-on les solutions rapidement? Je ne sais pas. Rendu là, on tombe dans des décisions de gestion à l'intérieur de l'appareil gouvernemental. De notre côté, on peut toujours faire valoir la pertinence des conservatoires mais le message passe-t-il au plus haut du gouvernement, au-dessus de la ministre?»

«Je ne sais pas le rôle qu'ont joué nos interventions mais l'appui du public est assurément pour quelque chose dans ce retournement. Les gens ont dit haut et fort qu'ils comprennent pourquoi on est là et ça a compté pour énormément dans la position de la ministre. La crise a eu ceci de bon: aujourd'hui, le public connaît mieux que jamais l'institution et l'importance des arts dans la société.»

Représentant les élèves du Conservatoire, Guillaume Veillet, parlait, lui, de célébration. «On est arrivés en grande partie aux objectifs de départ à travers les diverses manifestations. Personnellement, j'y ai cru du début à la fin. Je ne pouvais pas concevoir que nos dirigeants, à tous les échelons, ne comprennent pas l'importance des conservatoires en région.

Ce n'était qu'une question de le leur expliquer, de nous présenter à eux et de leur faire savoir ce qu'on y fait. Je pense que la prestation symphonique à l'Assemblée nationale, que le groupe de Trois-Rivières a d'ailleurs initié, a été un élément charnière dans le dossier. La ministre a été à l'écoute et maintenant, on va essayer de lui proposer des pistes de solution intéressantes.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer