Les professeurs aussi bénéficient du mentorat

Johanne Thibeault, qui a développé le projet MIROIR... (Photo: François Gervais)

Agrandir

Johanne Thibeault, qui a développé le projet MIROIR et le professeur François Guillemette de l'UQTR.

Photo: François Gervais

Partager

Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

On voit souvent le mentorat comme quelque chose qui se vit entre un vieux routier du monde des affaires et un jeune entrepreneur qui veut apprendre les astuces de son métier. Mais le mentorat, c'est bon aussi pour les enseignants collégiaux et même pour les professeurs d'universités.

C'est pour cette raison que le Cégep de Trois-Rivières, qui a développé une expertise en mentorat grâce à l'implication de son enseignante Johanne Thibeault, vient d'amorcer un vaste projet de collaboration avec l'UQTR afin d'y transférer son expertise et de mettre ainsi sur pied le Centre interdisciplinaire de perfectionnement pédagogique et de recherche en enseignement supérieur, le CIPPRES. Ce centre logera au Cégep.

Détentrice d'un doctorat sur le mentorat, Mme Thibeault a développé en 2010, au Cégep, le programme MIROIR (Mentorat individualisé recadrant nos observations pour inspirer notre réflexion).

La formule intéresse actuellement plusieurs établissements d'enseignement.

Depuis 2012, Mme Thibeault collabore avec le professeur François Guillemette, du département des Sciences de l'éducation de l'UQTR, en vue d'implanter ce programme à l'Université. Le recrutement et la formation des mentors s'y fera au cours des prochains mois.

Le ministère de l'Enseignement supérieur accorde d'ailleurs une subvention de 302 010 $ à ce projet sur trois ans pour le transfert de l'expertise.

«Ce projet de partenariat de transfert et d'échanges rejoint certaines de nos orientations stratégiques en vue de favoriser l'excellence en pédagogie universitaire», se réjouit Sylvain Delisle, vive-recteur aux études de premier cycle et au soutien académique à l'UQTR.

«Les professeurs se posent la question du comment» quand il est question de leur enseignement, fait valoir le professeur François Guillemette. Or, le CIPPRES sera là pour les aider à y répondre.

Outre l'implantation du projet MIROIR, «il y a d'autres projets», signale-t-il, «dont un projet d'accompagnement des superviseurs de stages. Il y a aussi des collaborations avec d'autres institutions avec entre autres la faculté de médecine en Mauricie de l'Université de Montréal, avec le Cégep de Shawinigan, le Collège Laflèche et une université française, l'Université de Rennes», ajoute-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer