Rentrée collégiale à l'heure des compressions

Raymond-Robert Tremblay, directeur du Cégep de Trois-Rivières.... (Photo: Stéphane Lessard)

Agrandir

Raymond-Robert Tremblay, directeur du Cégep de Trois-Rivières.

Photo: Stéphane Lessard

Partager

Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) À l'instar des universités, les collèges du Québec seront confrontés à des compressions budgétaires importantes imposées par le ministère de l'Enseignement supérieur d'ici le mois de mai, soit en plein exercice financier.

Le directeur du Cégep de Trois-Rivières, Raymond-Robert Tremblay, ne cache pas sa vive inquiétude face au casse-tête qui l'attend en ce début de session d'hiver.

Bien qu'on ne connaisse pas encore de manière officielle de quelle façon les compressions seront appliquées et de quel ordre elles seront, M. Tremblay sait déjà que dans son collège, elles se chiffreront à 500 000 $.

«Ce ne sont pas les 5 millions $ de compressions auxquelles l'UQTR doit faire face, mais pour nous, c'est un dur coup», dit-il.

C'est que le Cégep de Trois-Rivières, qui gère ses finances de manière très serrée, raconte M. Tremblay, réussit à amasser des surplus «par des initiatives locales, par des sacrifices, par des efforts, notamment dans le secteur de la formation continue, par des efforts de notre personnel», dit-il. «Les gens font ça pour qu'on puisse développer, qu'on puisse contribuer davantage au développement de la région.»

Or, voici «qu'on se fait enlever cet argent-là pour boucler le budget», déplore-t-il.

Certes, les collèges seront indexés de 1,28 % en 2013-14, mais ils ont besoin d'une indexation de 2,1 % pour faire face à l'augmentation du coût de la vie tout en restant en équilibre, dit-il. «Le gouvernement a consenti des augmentations de salaire d'environ 1,5 %, mais il ne nous le consent pas. Il ne consent pas l'équivalent de ce qu'il a promis», déplore le directeur.

«L'année prochaine, on a calculé qu'il va nous manquer entre 300 000 $ et 350 000 $ pour boucler le budget tout simplement parce que l'indexation n'est pas là», prévoit-il.

Le directeur du Collège Shawinigan, André Gingras, n'a pas voulu dévoiler le montant des compressions qui affecteront son établissement, les chiffres n'étant pas encore officiels, mais il déplore vivement que ces compressions doivent être exécutées en plein exercice financier.

«Pour nous, c'est un manque de planification flagrant», dit-il. «C'est notre troisième compression en deux ans, dont deux en cours d'année. Ce qui m'inquiète le plus, c'est quand est-ce que ça va arrêter? J'ai l'impression que les collèges paient actuellement pour un manque de planification en plus haut lieu», analyseM. Gingras.

Ce qui questionne Raymond-Robert Tremblay, c'est que les collèges ne semblent pas faire partie des préoccupations du ministère de l'Enseignement supérieur.

Au cours de la rencontre préparatoire au Sommet sur l'éducation supérieure qui a eu lieu à Trois-Rivières les 13 et14 décembre derniers, alors que le ministre confirmait le réinvestissement qu'il ferait dans les universités, il a été abondamment question des cégeps et de l'importance de la formation continue qui est sous-financée.

«Tout le monde parlait favorablement des cégeps, du rôle des cégeps dans la qualification de la main-d'oeuvre. Malgré cela, tant dans le discours de Léo Bureau-Blouin que dans le discours du ministre Duchesne, pas un mot sur les collèges», a pu constater avec découragementM. Tremblay qui était présent à titre de représentant de la Fédération des Cégeps.

Les collèges n'ont actuellement aucune idée des actions qu'ils pourront poser pour respecter les compressions d'ici le mois de mai.

«C'est impossible de dire, à ce moment-ci, qu'on n'affectera pas le service aux étudiants», reconnaît M. Tremblay. Les compressions pourraient aussi toucher à l'emploi, mais surtout aux projets qui tenaient à coeur à l'institution.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer