Vente d'équipements de Gentilly-2: Robert Fer et Métaux obtient le contrat

L'entreprise shawiniganaise Robert Fer et Métaux a remporté... (Photo: Émilie O'Connor)

Agrandir

L'entreprise shawiniganaise Robert Fer et Métaux a remporté le contrat de valorisation de pièces d'équipements en provenance de Gentilly-2.

Photo: Émilie O'Connor

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Bécancour) C'est finalement une entreprise de Shawinigan, Robert Fer et Métaux, qui a remporté le fameux contrat de valorisation de pièces d'équipements en provenance de Gentilly-2.

Le député caquiste de Nicolet-Bécancour, Donald Martel, a... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Le député caquiste de Nicolet-Bécancour, Donald Martel, a fait adopter une motion exigeant qu'Hydro-Québec fasse preuve de la plus grande transparence dans tout le processus de vente.

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Hydro-Québec a levé le voile, jeudi après-midi, sur cette transaction après qu'une motion eut été adoptée en matinée par l'Assemblée nationale pour lui demander de faire preuve de plus de transparence dans cette affaire.

Rappelons qu'Hydro-Québec s'était retranchée derrière le mutisme le plus complet lorsque les médias ont révélé, vers le 21 novembre dernier, que des pièces en provenance de Gentilly-2 seraient vendues à des ferrailleurs.

Comme l'explique la responsable des communications chez Hydro-Québec, Isabelle Thellen, le processus d'appel d'offres se terminait justement jeudi, permettant du même coup de lever le voile sur la transaction.

Comme ce processus était validé par la firme indépendante PriceWaterhouseCooper, il était impossible pour Hydro-Québec d'en discuter publiquement «par souci de bonne pratique», explique Mme Thellen.

Toutefois, le manque de transparence de société d'État, dans ce dossier, a suscité le dépôt d'une motion par le député caquiste Donald Martel qui a été adoptée à l'unanimité en matinée. Cette motion indique que l'Assemblée nationale «exige qu'Hydro-Québec fasse preuve de la plus grande transparence dans tout ce processus de vente et fasse état du bilan de l'opération devant l'ensemble des députés de l'Assemblée nationale».

M. Martel, en apprenant par les médias qu'Hydro-Québec vendait les équipements de la centrale dans le plus grand secret, avait vivement déploré le manque de transparence de la Société d'État dans cette affaire et avait promis d'aller au fond de l'histoire.

Jeudi après-midi, donc, Hydro-Québec a finalement dévoilé que le contrat se chiffrait à 68 480 $ et que Robert Fer et Métaux devra prendre possession des équipements avant le 18 décembre.

Hydro-Québec indique qu'elle avait d'abord procédé à un appel d'intérêt auprès de plusieurs entreprises nucléaires oeuvrant au Canada et à l'étranger, mais qu'aucune n'avait alors manifesté d'intérêt pour les équipements.

Par la suite, Hydro raconte avoir placé des annonces générales dans des magazines spécialisés de l'industrie nucléaire internationale. Encore une fois, elle n'avait pas trouvé preneur.

C'est à la suite de ces démarches qu'Hydro a décidé de faire appel à des ferrailleurs et a lancé un appel de propositions qui se terminait justement jeudi.

Sept entreprises, dont deux provenant de la Mauricie et du Centre-du-Québec, ont été invitées à participer au processus, affirme le communiqué d'Hydro-Québec.

Le communiqué précise que les équipements en question avaient été conçus selon des paramètres particuliers pour la centrale Gentilly-2 et seulement pour cette centrale, précise Mme Thellen, «même pas pour les CANDU» en général, dit-elle, d'où l'impossibilité de les vendre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer