L'année de tous les records au Festival western de Saint-Tite

  • Dans cette compétition où l'homme se mesure à la bête, l'animal a souvent l'avantage. (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

    Plein écran

    Dans cette compétition où l'homme se mesure à la bête, l'animal a souvent l'avantage.

    Olivier Croteau, Le Nouvelliste

  • 1 / 18
  • Les rues de Saint-Tite ont été bondées durant les dix jours de l'événement. (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

    Plein écran

    Les rues de Saint-Tite ont été bondées durant les dix jours de l'événement.

    Olivier Croteau, Le Nouvelliste

  • 2 / 18
  • Les spectacles mettant en scène les chevaux et leur cavalier ont attiré des foules considérables. (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

    Plein écran

    Les spectacles mettant en scène les chevaux et leur cavalier ont attiré des foules considérables.

    Olivier Croteau, Le Nouvelliste

  • 3 / 18
  • Adam Hinckley a remporté l'épreuve de la monte du taureau sauvage dimanche. Il a été le seul à tenir pendant huit secondes. (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

    Plein écran

    Adam Hinckley a remporté l'épreuve de la monte du taureau sauvage dimanche. Il a été le seul à tenir pendant huit secondes.

    Olivier Croteau, Le Nouvelliste

  • 4 / 18
  • Ce cheval-là n'avait visiblement pas le goût de s'éterniser sur la piste... (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

    Plein écran

    Ce cheval-là n'avait visiblement pas le goût de s'éterniser sur la piste...

    Olivier Croteau, Le Nouvelliste

  • 5 / 18
  • Le sauvetage du cavalier exige un excellent synchronisme des partenaires. (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

    Plein écran

    Le sauvetage du cavalier exige un excellent synchronisme des partenaires.

    Olivier Croteau, Le Nouvelliste

  • 6 / 18
  •  (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

    Plein écran

    Olivier Croteau, Le Nouvelliste

  • 7 / 18
  •  (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

    Plein écran

    Olivier Croteau, Le Nouvelliste

  • 8 / 18
  •  (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

    Plein écran

    Olivier Croteau, Le Nouvelliste

  • 9 / 18
  •  (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

    Plein écran

    Olivier Croteau, Le Nouvelliste

  • 10 / 18
  •  (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

    Plein écran

    Olivier Croteau, Le Nouvelliste

  • 11 / 18
  • Le terrassement du bouvillon a encore offert un grand spectacle. (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

    Plein écran

    Le terrassement du bouvillon a encore offert un grand spectacle.

    Olivier Croteau, Le Nouvelliste

  • 12 / 18
  • Pas moins de 97 % des billets disponibles pour les rodéos ont trouvé preneur. (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

    Plein écran

    Pas moins de 97 % des billets disponibles pour les rodéos ont trouvé preneur.

    Olivier Croteau, Le Nouvelliste

  • 13 / 18
  •  (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

    Plein écran

    Olivier Croteau, Le Nouvelliste

  • 14 / 18
  • Plusieurs spectacles, autant de musique qu'avec les chevaux, ont fait salle comble pour le 50e Festival western.- (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

    Plein écran

    Plusieurs spectacles, autant de musique qu'avec les chevaux, ont fait salle comble pour le 50e Festival western.-

    Olivier Croteau, Le Nouvelliste

  • 15 / 18
  • Le spectacle de clôture préparé par Renée Martel a rendu hommage à 50 ans de musique country à Saint-Tite. (Gabriel Delisle, Le Nouvelliste)

    Plein écran

    Le spectacle de clôture préparé par Renée Martel a rendu hommage à 50 ans de musique country à Saint-Tite.

    Gabriel Delisle, Le Nouvelliste

  • 16 / 18
  • Cindy Bédard et Manon Bédard, deux filles de Saint-Tite qui ne sont pas de la même famille, participaient à ce grand spectacle. (Gabriel Delisle, Le Nouvelliste)

    Plein écran

    Cindy Bédard et Manon Bédard, deux filles de Saint-Tite qui ne sont pas de la même famille, participaient à ce grand spectacle.

    Gabriel Delisle, Le Nouvelliste

  • 17 / 18
  • Pascal Lafrenière,  directeur général du Festival western et Isabelle Tessier, présidente. (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

    Plein écran

    Pascal Lafrenière,  directeur général du Festival western et Isabelle Tessier, présidente.

    Olivier Croteau, Le Nouvelliste

  • 18 / 18

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Saint-Tite) La 50e édition du Festival western de Saint-Tite aura marqué les esprits. Alors que prenait fin dimanche cette édition anniversaire, ses organisateurs affirment que plusieurs records ont été battus et que tout indique que le Festival western n'a jamais attiré autant de visiteurs.

«Nous avons battu des records à plusieurs niveaux. Nous avons vendu 20 % de billets de plus que l'an dernier, toutes activités confondues. Nous notons particulièrement des achalandages records à la Soirée 100 % cheval, à la tire de chevaux et au concours de chevaux attelés, ainsi qu'à tous nos rodéos et spectacles», affirme Pascal Lafrenière, directeur général du Festival western de Saint-Tite.

Pour une des rares fois de son existence, le Festival western n'a connu aucune journée de pluie. Le temps chaud et le soleil radieux étaient la norme cette année. Cela a contribué grandement à attirer des foules considérables à Saint-Tite. Bien que les statistiques d'achalandage préparées par la firme CROP ne seront connues que dans quelques semaines, il y a fort à parier qu'elles confirmeront que plus de 600 000 visiteurs se sont déplacés à Saint-Tite cette année.

«Les chiffres finaux de CROP nous ne les aurons qu'au mois d'octobre, par contre nos indicateurs, comme la vente de billets, des étoiles (laissez-passer) ainsi que des consommations, nous permettent d'être extrêmement confiants que les chiffres finaux seront extraordinaires», précise Pascal Lafrenière. «Uniquement au niveau des rodéos, pas moins de 97 % des billets disponibles ont trouvé preneur, c'est phénoménal et c'est du jamais-vu.»

Autre indicateur qui ne ment pas, les commerçants rencontrés ces derniers jours par les équipes du Nouvelliste ont avoué avoir fait des affaires d'or cette année. Le beau soleil aidant, les clients étaient au rendez-vous.

Célébrer 50 ans de musique country

Depuis sa création, il y a 50 ans, le Festival western de Saint-Tite a attiré les plus grandes vedettes du country d'ici et d'ailleurs. La musique a toujours fait partie de l'ADN de l'événement. Il était donc tout naturel que le spectacle de clôture de la 50e édition soit tout en musique.

Ce spectacle de clôture présenté deux fois samedi a été conçu par Renée Martel, la reine du country québécois. « Je suis une amoureuse de Saint-Tite. J'ai voulu créer avec ce spectacle un party pour célébrer les 50 ans du Festival western», a lancé en ouverture de spectacle celle qui chante à Saint-Tite depuis les débuts du festival.

Renée Martel n'avait pas tort lorsqu'elle disait vouloir mettre le party au Country Club. Les 1400 spectateurs présents en après-midi, lors de la première représentation de deux, chantaient avec les artistes et battaient le rythme avec leurs mains.

La grande dame du country a su bien s'entourer pour ce spectacle. Chaque chanson était interprétée par un artiste différent. Les spectateurs ont pu entendre les voix de Guylaine Tanguay, Robby Johnson, Annie Blanchard, Isabelle Boulay, Cindy Bédard, Manon Bédard, Irvin Blais, Paul Daraîche, Julie Daraîche, Véronique Labbé ou encore Brigitte Boisjoli. Les artistes proposaient des classiques de la musique country ou encore leurs propres compositions. Cette grande diversité musicale permet de bien voyager dans les 50 années du Festival western.

Les artistes ont notamment rendu hommage à trois grands du country qui ont foulé les planches de Saint-Tite à travers les décennies, soit Kenny Rodgers, Johnny Cash et Jimmy C. Newman (Lâche pas la patate).

Les deux représentations de ce spectacle de clôture ont été tenues à guichet fermé.

Une 50e édition dans le calme

Les organisateurs du Festival western ne rapportent aucun incident majeur lors des dix jours de l'événement. Il faut dire que la sécurité a été beaucoup renforcée ces dernières années.

Plusieurs festivaliers ont d'ailleurs été surpris d'apercevoir de nombreux policiers portant des manteaux de l'Escouade régionale mixte du crime organisé un peu partout dans la ville. Ils étaient très nombreux à s'afficher ainsi.

Cette escouade lutte notamment contre les motards criminalisés. Si plusieurs personnes portaient des chandails où on pouvait lire «support 81», un message pour démontrer son soutien aux Hells Angels, Le Nouvelliste n'a aperçu aucun membre de groupes de motards criminalisés portant ses couleurs à Saint-Tite, comme ils l'ont fait dans d'autres festivals ces derniers mois au Québec.

Le ministre du Commerce international du Canada et... (Gabriel Delisle, Le Nouvelliste) - image 4.0

Agrandir

Le ministre du Commerce international du Canada et député de Saint-Maurice-Champlain, François-Philippe Champagne et Elizabeth Moore Aubin, Chargée d'affaires par intérim des États-Unis à l'ambassade américaine du Canada.

Gabriel Delisle, Le Nouvelliste

De la visite de l'ambassade des États-Unis

Le ministre du Commerce international du Canada et député de Saint-Maurice-Champlain, François-Philippe Champagne, a fait découvrir le Festival western de Saint-Tite à Elizabeth Moore Aubin, la Chargée d'affaires par intérim des États-Unis à l'ambassade américaine du Canada.

Originaire du Texas, la diplomate américaine a avoué se sentir un peu comme chez elle à Saint-Tite. Elle s'est également dite impressionnée par l'ampleur de l'événement et la qualité du rodéo. Mme Moore Aubin est d'ailleurs allée rencontrer des compétiteurs des États-Unis pour les encourager. Le ministre du Commerce international affirme que cette visite permet de tisser des liens avec les États-Unis pour possiblement favoriser le développement du Festival western à l'étranger.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer