Justin Trudeau accueilli en rock star à Saint-Tite

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, était... (Sylvain Mayer)

Agrandir

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, était le cow-boy le plus populaire vendredi à Saint-Tite.

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Saint-Tite) Le cow-boy le plus populaire au Festival western de Saint-Tite vendredi était sans aucun doute Justin Trudeau. Le premier ministre du Canada a serré des tonnes de mains et pris plusieurs photos avec les festivaliers heureux de le rencontrer. Alors qu'un débat sur le bien-être des animaux de rodéo fait rage au Québec, Justin Trudeau a déclaré que la majorité de la population sait que les animaux sont bien traités.

Si ses visites de 2010 et de 2015 n'étaient pas passées inaperçues, celle de vendredi était dans une classe à part. Les festivaliers se sont précipités sur le premier ministre, créant même des embouteillages. Justin Trudeau était accompagné de François-Philippe Champagne, le député de Saint-Maurice - Champlain et ministre du Commerce international.

«C'est un plaisir d'être ici pour le 50e anniversaire du Festival western», a déclaré d'emblée le premier ministre du Canada. «Chaque fois que je viens ici, je suis heureux de célébrer la culture western et de voir les gens s'amuser.»

Malgré une sécurité importante, le premier ministre n'était pas nerveux de prendre un bain de foule dans un événement aussi populaire. «Ça fait trois fois que je viens ici depuis cinq ou six ans et c'est toujours aussi agréable. On rencontre des gens de tous les coins du Québec. Et l'énorme majorité, si ce n'est la totalité, sont contents de voir leurs représentants ici. S'il y en a qui sont moins contents, et bien d'habitude, ils ne viennent pas me voir», a ajouté Justin Trudeau. «C'est important pour tout le monde qui veut bien servir les gens de les écouter et de les rencontrer. C'est plus difficile comme premier ministre, mais c'est important.»

Alors que plusieurs festivaliers étaient très contents de serrer la main du premier ministre, certains préféraient passer leur chemin en le disant à voix haute. Des politiques du gouvernement libéral, comme la légalisation de la marijuana, ou la gestion de la crise des migrants à la frontière canadienne, ne semblent pas passer auprès de certains électeurs.

Questionné sur l'actuel débat entourant le bien-être des animaux de rodéo, le premier ministre du Canada a affirmé que ces bêtes sont bien traitées. «Il faut que ça soit fait de la bonne façon. Je comprends que certaines personnes ont des préoccupations, mais je pense que la grande majorité des gens comprennent que c'est fait dans le respect et avec attention pour la santé et la sécurité des animaux», estime Justin Trudeau.

Conscient que la Loi sur le bien-être et la sécurité des animaux est de compétence provinciale, le directeur général du Festival western de Saint-Tite estime que l'appui du premier ministre est important. «C'est sûr que ça ne nuira jamais qu'un premier ministre prenne position pour nous», soutient-il.

Rappelons que des représentants du ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation sont présents à Saint-Tite ce week-end pour évaluer les pratiques entourant le bien-être animal lors des rodéos. Des opposants aux rodéos sont aussi sur place. Les opposants et le Festival western avaient conclu une entente afin de donner un libre accès au site. Cela fait suite à l'injonction demandée par un groupe d'opposants voulant interdire le rodéo urbain de Montréal tenu il y a quelques semaines.

Les organisateurs ont d'ailleurs convié les médias samedi matin pour expliquer les pratiques entourant les rodéos.

Un départ canon

Déjà vendredi midi, les rues de Saint-Tite étaient bondées de festivaliers. 

Les terrains de camping étaient déjà forts occupés et les commerces roulaient à fond de train. 

La 50e édition s'annonce très populaire et Saint-Tite est en voie d'accueillir plus que 600 000 visiteurs. «J'ai déjà chaud», lance à la blague le directeur général du Festival western, Pascal Lafrenière. «De vivre ça, c'est toujours spécial. De voir autant de personnes dans les rues, ça me fait dresser le poil sur les bras. C'est une fête populaire tellement rassembleuse. Les festivaliers sont à la fois acteurs et spectateurs en portant les chapeaux et les bottes de cow-boy. Le monde embarque dans l'événement et, cette année, tout le monde s'est donné rendez-vous.»

Signe que les festivaliers promettent d'être plus nombreux qu'à l'habitude, les ventes de billets vont très bien. «Les ventes de billets sont en avance comme elles ne l'ont jamais été», ajoute Pascal Lafrenière.

Le grand défilé reste l'événement majeur du premier week-end du festival. Toutefois plusieurs spectacles devraient retenir l'attention, comme celui de Robby Jonhson présenté vendredi soir. Samedi, le Cirque Éloize propose deux représentations du spectacle Saloon, cavale au coeur du far west, alors que l'Open country de Mountain Daisy regroupera sur scène des artistes comme Sylvain Cossette, Michel Pagliaro, Vincent Vallières, Kevin Parent, Luce Dufault, Marie-Ève Janvier, Jean-François Breau et Yoan.

Des rodéos de la Coupe Canada sont aussi présentés tout le week-end aux grandes estrades. 

En terminant, l'ancien boxeur Patrice L'Heureux et sa conjointe Marie-Claude Laframboise s'uniront lors du mariage de la 50e édition du Festival western. La cérémonie doit débuter à 15 h à l'église samedi.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer