Une année record pour le Festival western?

  • Des milliers de personnes avaient déjà envahi les rues de Saint-Tite, vendredi, pour l'ouverture de la 48e édition du Festival western. (Photo: Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

    Plein écran

    Des milliers de personnes avaient déjà envahi les rues de Saint-Tite, vendredi, pour l'ouverture de la 48e édition du Festival western.

    Photo: Olivier Croteau, Le Nouvelliste

  • 1 / 21
  • Chaque année, Saint-Tite accueille environ 600 000 visiteurs pendant le Festival western. (Photo: Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

    Plein écran

    Chaque année, Saint-Tite accueille environ 600 000 visiteurs pendant le Festival western.

    Photo: Olivier Croteau, Le Nouvelliste

  • 2 / 21
  •  (Photo: Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

    Plein écran

    Photo: Olivier Croteau, Le Nouvelliste

  • 3 / 21
  • Le spectacle <em>C'est mon histoire</em> rendait hommage à Renée Martel à Saint-Tite vendredi. (Photo: Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

    Plein écran

    Le spectacle C'est mon histoire rendait hommage à Renée Martel à Saint-Tite vendredi.

    Photo: Olivier Croteau, Le Nouvelliste

  • 4 / 21
  • Les chevaux sont rois à Saint-Tite. (Photo: Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

    Plein écran

    Les chevaux sont rois à Saint-Tite.

    Photo: Olivier Croteau, Le Nouvelliste

  • 5 / 21
  • À la fin du défilé du Festival western dimanche, Dame Nature s'est mise de la partie, déversant sur des spectateurs bien préparés quelques millimètres de pluie. (Photo: Émilie O'Connor)

    Plein écran

    À la fin du défilé du Festival western dimanche, Dame Nature s'est mise de la partie, déversant sur des spectateurs bien préparés quelques millimètres de pluie.

    Photo: Émilie O'Connor

  • 6 / 21
  • Un peu plus de 300 chevaux ont paradé devant une foule conquise à l'avance lors du plus grand défilé à traction animale au Canada. (Photo: Émilie O'Connor)

    Plein écran

    Un peu plus de 300 chevaux ont paradé devant une foule conquise à l'avance lors du plus grand défilé à traction animale au Canada.

    Photo: Émilie O'Connor

  • 7 / 21
  • Pendant plus d'une heure, les charrettes et les chars ont défilé à la queue leu leu, un spectacle qui a visiblement trouvé le chemin du coeur de la foule. (Photo: Émilie O'Connor)

    Plein écran

    Pendant plus d'une heure, les charrettes et les chars ont défilé à la queue leu leu, un spectacle qui a visiblement trouvé le chemin du coeur de la foule.

    Photo: Émilie O'Connor

  • 8 / 21
  • La mascotte Galop était évidemment du défilé. (Photo: Émilie O'Connor)

    Plein écran

    La mascotte Galop était évidemment du défilé.

    Photo: Émilie O'Connor

  • 9 / 21
  • Le Festival western de Saint-Tite (FWST), c'est du bonbon pour les hommes politiques, d'autant plus lorsqu'ils sont en campagne électorale. L'équipe conservatrice était sur place. De gauche à droite: la candidate dans la circonscription de Berthier-Maskinongé, Marianne Foucrault, le candidat dans Saint-Maurice-Champlain, Jacques Grenier, le ministre Denis Lebel, ainsi que le candidat dans Trois-Rivières, Dominic Therrien. (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

    Plein écran

    Le Festival western de Saint-Tite (FWST), c'est du bonbon pour les hommes politiques, d'autant plus lorsqu'ils sont en campagne électorale. L'équipe conservatrice était sur place. De gauche à droite: la candidate dans la circonscription de Berthier-Maskinongé, Marianne Foucrault, le candidat dans Saint-Maurice-Champlain, Jacques Grenier, le ministre Denis Lebel, ainsi que le candidat dans Trois-Rivières, Dominic Therrien.

    Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

  • 10 / 21
  • Après 48 ans d'existence, le FWST entend faire profiter de son expérience à l'ensemble du milieu du rodéo québécois. (Photo: Émilie O'Connor)

    Plein écran

    Après 48 ans d'existence, le FWST entend faire profiter de son expérience à l'ensemble du milieu du rodéo québécois.

    Photo: Émilie O'Connor

  • 11 / 21
  • Les cowboys devaient se battre à la fois contre des animaux et les affres de Dame Nature dimanche soir. (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

    Plein écran

    Les cowboys devaient se battre à la fois contre des animaux et les affres de Dame Nature dimanche soir.

    Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

  • 12 / 21
  •  (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

    Plein écran

    Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

  • 13 / 21
  •  (Photo: Émilie O'Connor)

    Plein écran

    Photo: Émilie O'Connor

  • 14 / 21
  • Brigitte Bisjoli a lancé son album consacré à la grande Patsy Cline, mercredi, au Festival western. (Photo: Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

    Plein écran

    Brigitte Bisjoli a lancé son album consacré à la grande Patsy Cline, mercredi, au Festival western.

    Photo: Olivier Croteau, Le Nouvelliste

  • 15 / 21
  • Brigitte Boisjoli et David Thibault ont uni leurs voix mercredi soir durant une chanson. (Photo: Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

    Plein écran

    Brigitte Boisjoli et David Thibault ont uni leurs voix mercredi soir durant une chanson.

    Photo: Olivier Croteau, Le Nouvelliste

  • 16 / 21
  • Tant les cowboys que les chevaux en ont mis plein la vue aux 6000 spectateurs réunis aux grandes estrades jeudi soir au Festival western de Saint-Tite. (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

    Plein écran

    Tant les cowboys que les chevaux en ont mis plein la vue aux 6000 spectateurs réunis aux grandes estrades jeudi soir au Festival western de Saint-Tite.

    Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

  • 17 / 21
  • Jean-Marc Parent a présenté un spectacle à Saint-Tite. Il a fait ce qu'il fait le mieux: raconter des anecdotes dans un style qui lui est unique. Peu d'humoristes savent tourner des anecdotes comme lui, sur le ton constant de l'improvisation même si c'en est rarement. (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

    Plein écran

    Jean-Marc Parent a présenté un spectacle à Saint-Tite. Il a fait ce qu'il fait le mieux: raconter des anecdotes dans un style qui lui est unique. Peu d'humoristes savent tourner des anecdotes comme lui, sur le ton constant de l'improvisation même si c'en est rarement.

    Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

  • 18 / 21
  • Quelques centaines de festivaliers ont assisté vendredi soir au spectacle de Yoan, le gagnant 2014 de La Voix. (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste)

    Plein écran

    Quelques centaines de festivaliers ont assisté vendredi soir au spectacle de Yoan, le gagnant 2014 de La Voix.

    Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

  • 19 / 21
  • L'ambiance était électrisante vendredi soir soir aux grandes estrades du Festival western de Saint-Tite. (François Gervais, Le Nouvelliste)

    Plein écran

    L'ambiance était électrisante vendredi soir soir aux grandes estrades du Festival western de Saint-Tite.

    François Gervais, Le Nouvelliste

  • 20 / 21
  • Le Festival de Saint-Tite s'est conclu dimanche par la spectaculaire finale en rodéo devant les grandes estrades. (Photo: Émilie O'Connor)

    Plein écran

    Le Festival de Saint-Tite s'est conclu dimanche par la spectaculaire finale en rodéo devant les grandes estrades.

    Photo: Émilie O'Connor

  • 21 / 21

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Olivier Gamelin
Le Nouvelliste

(Saint-Tite) À vue de nez, la 48e édition du Festival western de Saint-Tite (FWST) pourrait s'inscrire dans les annales de l'événement. En effet, Dame Nature s'étant invitée à la fête, à quelques larmes de pluie près, ils ont été nombreux les cowboys, plus de 600 000, à noircir les rues de Saint-Tite qui, encore cette année, porte fièrement son étoile de capitale du western.

Le directeur général du Festival western de Saint-Tite,... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Le directeur général du Festival western de Saint-Tite, Pascal Lafrenière, dresse un bilan à chaud très positif de cette 48e édition, ce qui augure bien pour les festivités du 50e anniversaire qui avancent à grands pas.

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

À chaud, le directeur général, Pascal Lafrenière, se réjouit de l'achalandage monstre observé sur les différentes artères publiques. Si bien qu'au plus fort de l'animation, les bouteilles d'eau ont manqué. «L'entrepôt de mon fournisseur était vide», note M. Lafrenière. Un peu plus, souligne-t-il, et la bière faisait également défaut. Une catastrophe qui a été évitée de justesse, considérant qu'au FWST, il se consomme certainement autant de bière que d'eau.

«C'est une super année», mentionne M. Lafrenière en surlignant deux fois plutôt qu'une le «travail exceptionnel» des quelque 650 bénévoles et de la dizaine de permanents qui oeuvrent «dans l'ombre». Avec un budget d'un peu plus de 7 millions $, des retombées économiques centrées de 32 millions $, non centrées de 48 millions $, entre8000 et 10 000 motorisés (à 300 $ le terrain), le FWST est sans conteste l'un des événements phares de la Mauricie et du Centre-du-Québec. Cela sans compter la visibilité exceptionnelle du Festival, entre autre via le Gala country de la célèbre émission La poule aux oeufs d'or, enregistrée hier à Saint-Tite.

«Le FWST, c'est un succès de masse populaire. J'aurai mes sondages dans quelques semaines, mais d'une façon non scientifique, on peut affirmer qu'il y avait bien plus de monde que les autres années», laisse entendre M. Lafrenière.

Une 48e édition qui annonce de belles années à venir, d'autant plus que le 50e anniversaire, sur lequel l'équipe de M. Lafrenière travaille depuis un an déjà, arrive à grands pas. «Mais avant le 50e, il y a le 49e, et après le 50e, il y aura le 51e», précise le directeur général. Cela dit, à moins d'un désengagement massif de l'État dans les événements d'envergure. Car aussi géant que puisse paraître le FWST, le géant marche sur des pieds d'argile.

«C'est important que le gouvernement s'implique, tant au niveau provincial qu'au niveau fédéral», note M. Lafrenière. Un message repris en écho par le Regroupement des événements majeurs internationaux (REMI). Son président-directeur général, Martin Roy, est d'avis que derrière la façade titanesque du FWST se cache une réalité financière plus fragile qu'on ne pourrait l'imaginer.

«En quelques années à peine, le financement public des événements majeurs internationaux est passé de 24 % à 16 % du montage financier, ce qui ne s'est pas fait sans heurts», déplore M. Roy. «La popularité croissante des grands événements peut laisser croire que tout va bien, mais il n'en est rien.»

Concrètement, le REMI espère que le gouvernement du Québec placera au coeur de ses décisions le «produit touristique» - dont font partie inhérente les événements - et qu'il décaissera les 17,5 millions $ inscrits dans le Plan de développement de l'industrie touristique, au lieu des 14 millions $ actuellement prévus pour l'année 2015-2016.

:La rue Dumoulin a été fermée pendant plusieurs... (Photo: Audrey Tremblay, Le Nouvelliste) - image 2.0

Agrandir

:La rue Dumoulin a été fermée pendant plusieurs heures, samedi, après qu'un disjoncteur d'Hydro-Québec eut donné du fil à retorde aux pompiers, au grand désarrois des commerçants qui ont vu leur chiffre d'affaires fondre comme neige au soleil. 

Photo: Audrey Tremblay, Le Nouvelliste

Avec 600 000 personnes dans les rues, dix jours d'activité, il va sans dire que le FWST ne peut être exempt de toute anicroche. Outre la violence qui, chaque année, occupe l'avant-scène l'espace de quelques nouvelles, notons en outre un début d'incendie qui aura causé bien des maux de tête aux petits commerçants qui déboursent un prix d'or pour ériger leur kiosque directement sur la rue.

En effet, samedi vers 18 h, une surcharge électrique a fait éclater un disjoncteur d'Hydro-Québec au coin des rues Du Moulin et Saint-Joseph. Résultat: la Sûreté du Québec a évacué les vendeurs ambulants et les manants qui s'y trouvaient jusqu'à 22 h 30. Le hic: samedi soir est la journée la plus achalandée sur les artères commerciales du centre-ville. Une partie de la rue Du Moulin a ainsi été fermée à la circulation. À 22 h 30, la pluie prenait la relève.

Pour les Chapeaux à toto, les pertes sont évaluées à 4000 $, soit à peu près le coût de location d'un kiosque ayant pignon sur rue.

«Ça nous a fait bien mal. Samedi, il y avait beaucoup de monde, donc c'est certain que les ventes auraient été bonnes. En trente ans, c'est la première fois que je vois quelque chose comme ça. Je me prépare toute l'année pour venir vendre ici mes chapeaux faits à la main alors... Ça fait mal», insiste la propriétaire Josée Alarie avec philosophie. «L'important, c'est qu'on soit tous en vie.»

Enfin, Christian Lallemand et Michel Brûlé ne dressent pas un bilan aussi positif de cette 48e édition. Les deux hommes, originaires de Mont-Carmel, repartent complètement désabusés de leurs deux semaines de travail à Saint-Tite. C'est que, par les années passées, ils pouvaient engranger entre 5000 et 6000 $ en ramassant les cannettes de bière dans les poubelles. Cette année? «Pas plus de 1000 $», avoue M. Lallemand.«Je pense qu'on ne reviendra pas l'an prochain», renchérit son collègue.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer
  • Festival western de Saint-Tite
    Des milliers de personnes avaient déjà envahi les rues de Saint-Tite, vendredi, pour l'ouverture de la 48e édition du Festival western. (Photo: Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

    Photo: Olivier Croteau, Le Nouvelliste

    Des milliers de personnes avaient déjà envahi les rues de Saint-Tite, vendredi, pour l'ouverture de la 48e édition du Festival western.

  • Festival western de Saint-Tite
    Chaque année, Saint-Tite accueille environ 600 000 visiteurs pendant le Festival western. (Photo: Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

    Photo: Olivier Croteau, Le Nouvelliste

    Chaque année, Saint-Tite accueille environ 600 000 visiteurs pendant le Festival western.

  • Festival western de Saint-Tite
     (Photo: Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

    Photo: Olivier Croteau, Le Nouvelliste

  • Festival western de Saint-Tite
    Le spectacle <em>C'est mon histoire</em> rendait hommage à Renée Martel à Saint-Tite vendredi. (Photo: Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

    Photo: Olivier Croteau, Le Nouvelliste

    Le spectacle C'est mon histoire rendait hommage à Renée Martel à Saint-Tite vendredi.

  • Festival western de Saint-Tite
    Les chevaux sont rois à Saint-Tite. (Photo: Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

    Photo: Olivier Croteau, Le Nouvelliste

    Les chevaux sont rois à Saint-Tite.

  • Festival western de Saint-Tite
    À la fin du défilé du Festival western dimanche, Dame Nature s'est mise de la partie, déversant sur des spectateurs bien préparés quelques millimètres de pluie. (Photo: Émilie O'Connor)

    Photo: Émilie O'Connor

    À la fin du défilé du Festival western dimanche, Dame Nature s'est mise de la partie, déversant sur des spectateurs bien préparés quelques millimètres de pluie.

  • Festival western de Saint-Tite
    Un peu plus de 300 chevaux ont paradé devant une foule conquise à l'avance lors du plus grand défilé à traction animale au Canada. (Photo: Émilie O'Connor)

    Photo: Émilie O'Connor

    Un peu plus de 300 chevaux ont paradé devant une foule conquise à l'avance lors du plus grand défilé à traction animale au Canada.

  • Festival western de Saint-Tite
    Pendant plus d'une heure, les charrettes et les chars ont défilé à la queue leu leu, un spectacle qui a visiblement trouvé le chemin du coeur de la foule. (Photo: Émilie O'Connor)

    Photo: Émilie O'Connor

    Pendant plus d'une heure, les charrettes et les chars ont défilé à la queue leu leu, un spectacle qui a visiblement trouvé le chemin du coeur de la foule.

  • Festival western de Saint-Tite
    La mascotte Galop était évidemment du défilé. (Photo: Émilie O'Connor)

    Photo: Émilie O'Connor

    La mascotte Galop était évidemment du défilé.

  • Festival western de Saint-Tite
    Le Festival western de Saint-Tite (FWST), c'est du bonbon pour les hommes politiques, d'autant plus lorsqu'ils sont en campagne électorale. L'équipe conservatrice était sur place. De gauche à droite: la candidate dans la circonscription de Berthier-Maskinongé, Marianne Foucrault, le candidat dans Saint-Maurice-Champlain, Jacques Grenier, le ministre Denis Lebel, ainsi que le candidat dans Trois-Rivières, Dominic Therrien. (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

    Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

    Le Festival western de Saint-Tite (FWST), c'est du bonbon pour les hommes politiques, d'autant plus lorsqu'ils sont en campagne électorale. L'équipe conservatrice était sur place. De gauche à droite: la candidate dans la circonscription de Berthier-Maskinongé, Marianne Foucrault, le candidat dans Saint-Maurice-Champlain, Jacques Grenier, le ministre Denis Lebel, ainsi que le candidat dans Trois-Rivières, Dominic Therrien.

  • Festival western de Saint-Tite
    Après 48 ans d'existence, le FWST entend faire profiter de son expérience à l'ensemble du milieu du rodéo québécois. (Photo: Émilie O'Connor)

    Photo: Émilie O'Connor

    Après 48 ans d'existence, le FWST entend faire profiter de son expérience à l'ensemble du milieu du rodéo québécois.

  • Festival western de Saint-Tite
    Les cowboys devaient se battre à la fois contre des animaux et les affres de Dame Nature dimanche soir. (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

    Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

    Les cowboys devaient se battre à la fois contre des animaux et les affres de Dame Nature dimanche soir.

  • Festival western de Saint-Tite
     (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

    Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

  • Festival western de Saint-Tite
     (Photo: Émilie O'Connor)

    Photo: Émilie O'Connor

  • Festival western de Saint-Tite
    Brigitte Bisjoli a lancé son album consacré à la grande Patsy Cline, mercredi, au Festival western. (Photo: Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

    Photo: Olivier Croteau, Le Nouvelliste

    Brigitte Bisjoli a lancé son album consacré à la grande Patsy Cline, mercredi, au Festival western.

  • Festival western de Saint-Tite
    Brigitte Boisjoli et David Thibault ont uni leurs voix mercredi soir durant une chanson. (Photo: Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

    Photo: Olivier Croteau, Le Nouvelliste

    Brigitte Boisjoli et David Thibault ont uni leurs voix mercredi soir durant une chanson.

  • Festival western de Saint-Tite
    Tant les cowboys que les chevaux en ont mis plein la vue aux 6000 spectateurs réunis aux grandes estrades jeudi soir au Festival western de Saint-Tite. (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

    Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

    Tant les cowboys que les chevaux en ont mis plein la vue aux 6000 spectateurs réunis aux grandes estrades jeudi soir au Festival western de Saint-Tite.

  • Festival western de Saint-Tite
    Jean-Marc Parent a présenté un spectacle à Saint-Tite. Il a fait ce qu'il fait le mieux: raconter des anecdotes dans un style qui lui est unique. Peu d'humoristes savent tourner des anecdotes comme lui, sur le ton constant de l'improvisation même si c'en est rarement. (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

    Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

    Jean-Marc Parent a présenté un spectacle à Saint-Tite. Il a fait ce qu'il fait le mieux: raconter des anecdotes dans un style qui lui est unique. Peu d'humoristes savent tourner des anecdotes comme lui, sur le ton constant de l'improvisation même si c'en est rarement.

  • Festival western de Saint-Tite
    Quelques centaines de festivaliers ont assisté vendredi soir au spectacle de Yoan, le gagnant 2014 de La Voix. (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste)

    Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

    Quelques centaines de festivaliers ont assisté vendredi soir au spectacle de Yoan, le gagnant 2014 de La Voix.

  • Festival western de Saint-Tite
    L'ambiance était électrisante vendredi soir soir aux grandes estrades du Festival western de Saint-Tite. (François Gervais, Le Nouvelliste)

    François Gervais, Le Nouvelliste

    L'ambiance était électrisante vendredi soir soir aux grandes estrades du Festival western de Saint-Tite.

  • Festival western de Saint-Tite
    Le Festival de Saint-Tite s'est conclu dimanche par la spectaculaire finale en rodéo devant les grandes estrades. (Photo: Émilie O'Connor)

    Photo: Émilie O'Connor

    Le Festival de Saint-Tite s'est conclu dimanche par la spectaculaire finale en rodéo devant les grandes estrades.