Festival western: du bonbon pour les politiciens

L'équipe conservatrice au Festival western de Saint-Tite. De... (Photo: Émilie O'Connor)

Agrandir

L'équipe conservatrice au Festival western de Saint-Tite. De gauche à droite: la candidate dans la circonscription de Berthier-Maskinongé, Marianne Foucrault, le candidat dans Saint-Maurice-Champlain, Jacques Grenier, le ministre Denis Lebel, ainsi que le candidat dans Trois-Rivières, Dominic Therrien.

Photo: Émilie O'Connor

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Olivier Gamelin
Le Nouvelliste

(Saint-Tite) Le Festival western de Saint-Tite (FWST), c'est du bonbon pour les hommes politiques, d'autant plus lorsqu'ils sont en campagne électorale. Ils ont été nombreux, samedi, et ils le seront d'autant plus durant les prochains jours, à chausser leurs bottes à talon de bois et leur chapeau de cuir pour empoigner le plus de mains possibles dans les rues de cette petite municipalité transformée momentanément en capitale mondiale du western.

Samedi, donc, l'équipe conservatrice a envahi le plancher de danse avec, en tête de piste, le député sortant de Roberval, également ministre de l'Infrastructure, des Collectivités et des Affaires intergouvernementales, ministre de l'Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec et lieutenant de Stephen Harper au Québec, Denis Lebel. 

Pour l'occasion, M. Lebel était accompagné de Dominic Therrien, candidat dans Trois-Rivières, de l'aspirant député dans Saint-Maurice-Champlain, Jacques Grenier, et de la plus jeune candidate de l'écurie conservatrice, Marianne Foucrault, 19 ans, dans la circonscription de Berthier-Maskinongé.

«On n'est pas ici aujourd'hui parce qu'il y a une campagne électorale», lance d'emblée le ministre Lebel avant de plonger tête première dans un bain de foule, petite baignade préalable au rodéo Coupe Canada SAQ auquel il a assisté. Avec 600 000 personnes attendues sur une plage de dix jours, le ministre ne cache toutefois pas que la popularité du FWST en fait un passage incontournable, d'autant plus à mi-chemin de la plus longue campagne électorale de l'histoire moderne canadienne.

«Bien sûr, lorsque tu as une masse de monde comme ici qui est réunie grâce au travail des bénévoles, ça ne peut pas faire autrement... Tous les politiciens ont intérêt à y venir. Mais je ne suis pas venu uniquement pour faire campagne. Les gens savent que je suis de coeur avec eux», souligne M. Lebel. «Oui, c'est un beau moment, et ça nous sert bien dans la campagne», ajoute-t-il.

Hier, le coprésident de la campagne du NPD au Québec et député sortant dans Rosemont-La Petite-Patrie, Alexandre Boulerice, était accompagné de quelques candidats néodémocrates, dont le député sortant de Trois-Rivières, Robert Aubin, et sa collègue dans Berthier-Maskinongé, Ruth Ellen Brosseau. M. Boulerice a profité de son passage à Saint-Tite pour mentionner que le ministre Denis Lebel a «laissé dormir des millions dans les caisses de l'Agence de développement économique pour les régions du Québec, au lieu d'investir dans les régions comme la Mauricie». 

Dans les officines du NPD, on n'exclut pas la possibilité que le chef Thomas Mulcair fasse un saut de puce à Saint-Tite d'ici le 20 septembre.

Toujours hier, ce fut au tour du candidat libéral dans Saint-Maurice-Champlain, François-Philippe Champagne, d'admirer le plus grand défilé à traction animale au Canada. Son chef, Justin Trudeau, sera quant à lui en transit à Saint-Tite vendredi.

Enfin, le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe, doit faire acte de présence au cours des prochains jours. 

«Il est fort probable qu'il y sera», confirme le député sortant de Bécancour-Nicolet-Saurel, Louis Plamondon, après avoir échangé quelques mots au téléphone avec M. Duceppe. Pour sa part, le candidat bloquiste dans Trois-Rivières, André Valois, était présent à la parade hier.

Autant de visites officielles qui réjouissent le directeur général du FWST, Pascal Lafrenière. «Nous sommes toujours fiers de la production de notre événement. Nous sommes fiers également de rendre hommage à ceux qui nous ont aidés, peu importe le parti, car comme on dit, le Festival c'est plus gros que tout, c'est plus gros qu'un directeur général, c'est plus gros qu'un président, c'est plus gros qu'un politicien et qu'un parti politique. L'aide des différents ministères nous permet d'aller toujours un peu plus loin», note le directeur général. Du palier fédéral, le FWST reçoit du financement via l'Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec et Patrimoine Canada.

«Saint-Tite, c'est très important pour la région. On parle d'appartenance. Les gens de Saint-Tite, ça travaille beaucoup pour la réalisation du Festival à tous les ans. Tout le monde met la main à la pâte», conclut le candidat Jacques Grenier. 

«C'est plaisant de rencontrer des gens pour dire qu'on est là», renchérit la jeune Marianne Foucrault.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer