Bébé Elliot, le sourire de Jonathan

Entourée de son grand garçon Kristopher, de bébé... (Sylvain Mayer)

Agrandir

Entourée de son grand garçon Kristopher, de bébé Elliot et de la fidèle Zira, Krystina Bouchard fait preuve de beaucoup de courage depuis le décès de son conjoint, Jonathan Gervais. La jeune femme de Bécancour a reçu l'aide de nombreuses personnes pour rénover sa maison et préparer la chambre du nouveau-né. On lui a notamment fait la surprise d'installer une photo de son amoureux et futur papa au-dessus du petit lit de leur enfant.

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Légaré
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Bébé Elliot a hérité du regard de son père et de sa façon irrésistible d'esquisser un sourire de côté. De son calme apaisant aussi. Quand le poupon de bientôt cinq mois la fixe de ses yeux bleu gris avant d'enfouir son minois au creux de son cou, Krystina sait que Jonathan est là, à travers leur fils qu'elle berce pour lui.

Krystina Bouchard et Jonathan Gervais étaient sur le... - image 1.0

Agrandir

Krystina Bouchard et Jonathan Gervais étaient sur le point d'agrandir leur famille quand est survenu le tragique accident, le 16 juin 2016.

Krystina Bouchard va bien. Elle va mieux. «C'est plein d'étapes...»

À pareille date l'an dernier, la jeune femme de 26 ans se savait enceinte. La bonne nouvelle était tombée en avril. Jonathan Gervais était fou de joie en apprenant qu'il allait être papa pour la première fois. Il en a pleuré en l'annonçant autour de lui. 

«C'est comme si je lui avais donné la lune», se souvient tendrement son amoureuse déjà maman de Kristopher, huit ans. 

Elle m'accueille dans leur maison de Bécancour. Elliot est sur le point de s'endormir dans ses bras pendant que le chien est couché à ses pieds, épiant du coin de l'oeil ses moindres gestes.

Il lui semble qu'hier encore, Jonathan était à ses côtés en train de discuter de leurs projets futurs alors qu'aujourd'hui, elle doit faire face à «un nouveau présent». En disant cela, Krystina avoue fermer souvent les yeux pour s'imaginer les traits de son visage rieur. 

«Il ne faut pas que je les oublie...»

Jonathan Gervais est décédé le 16 juin 2016, victime d'un accident de moto sur l'autoroute 30. Il avait 29 ans. 

«Il aimait vivre à 100 milles à l'heure», raconte Krystina Bouchard qui était déçue ce jour-là de le savoir parti se balader avec un ami alors qu'elle espérait passer du temps avec lui. Mais bon, convient la jeune femme en l'excusant, Jonathan ne pouvait pas deviner que sa blonde reviendrait plus tôt que prévu de sa formation en coiffure et que ce début de grossesse la rendait hypersensible.

Il était 17 h la dernière fois qu'elle lui a parlé. Le motocycliste s'apprêtait à reprendre la route et l'a assurée qu'il serait là à temps pour l'accompagner au service de garde où Kristopher les attendait. À 17 h 45 cependant, Jonathan n'était toujours pas à la maison. Krystina est partie sans lui, frustrée par son retard.

La maman était en direction de l'école lorsqu'elle a aperçu des véhicules de police près de l'intersection menant vers le secteur Sainte-Angèle-de-Laval. Elle a cessé de respirer en constatant qu'un accident venait d'avoir lieu, mais devant l'absence d'une moto, elle a échappé un soupir de soulagement et poursuivi sa route. 

De retour chez elle, Jonathan n'était toujours pas revenu. Krystina a composé le numéro de cellulaire de son chum qui n'avait pas l'habitude de jouer ainsi avec ses nerfs. C'est un ambulancier qui a répondu. Sa conjointe devait se rendre de toute urgence à l'hôpital de Trois-Rivières où le motocycliste venait d'être admis.

Le temps de confier Kristopher au couple voisin et de monter à bord d'une voiture conduite par son amie Karolanne qu'elle était devant le médecin. En voyant son air grave, la jeune femme a compris ce qu'elle ne voulait pas entendre. «On a tout essayé pour le sauver...»

Des détails lui échappent alors que d'autres sont tatoués en elle.

Krystina se revoit, entrant dans la pièce où Jonathan semblait dormir pendant que sa blonde lui caressait les cheveux. Elle s'entend lui répéter tout son amour et sa gratitude infinie pour le bonheur partagé depuis leur première rencontre, en décembre 2012.  

«J'aurai la force de continuer», a murmuré l'amoureuse qui, confrontée à la mort, s'est d'abord interdit de penser à la vie qui prenait forme en elle. 

«Je me suis détachée de ma grossesse...», confie-t-elle doucement, comme pour se justifier d'avoir réagi par instinct de survie. 

Engourdie par le tourbillon qui n'avait pas de sens pour elle, Krystina Bouchard s'occupait l'esprit en s'entourant de ses proches ou, à l'inverse, en prenant un soin jaloux de sa solitude.

Son ventre s'est arrondi, mais la maman évitait de poser ses yeux trop longtemps sur ce qui risquait de lui rappeler la cruelle absence de Jonathan.

Krystina Bouchard a hésité quand, à l'automne dernier, des amis lui ont proposé d'organiser une campagne de sociofinacement pour l'aider à rénover la maison que sa petite famille habitait depuis peu.

Elle a fini par accepter en pensant à Jonathan, «ce bon Jack qui avait l'habitude de donner un coup de main à tout le monde».

Il y avait beaucoup à faire aussi, à commencer par la chambre du bébé à venir. L'homme de la maison n'était plus là pour jouer du marteau, mais surtout, le futur papa ne bénéficiait d'aucune assurance vie depuis qu'il avait combattu un cancer des ganglions, quelques années auparavant.

La résidente de Bécancour n'en revient pas aujourd'hui du soutien reçu, tant de la population que des commerces, organismes et entreprises dont Vittera, où Jonathan travaillait.

«J'ai également reçu beaucoup de messages, même de gens que je ne connais pas. Ça me faisait du bien même si je n'ai pas répondu... Aujourd'hui, je n'ai pas de mots pour dire merci à tout le monde», souligne Krystina Bouchard avant de mentionner que les travaux ont été complétés juste à temps pour l'arrivée de bébé Elliot, le 19 décembre dernier. 

L'accouchement s'est bien déroulé malgré l'énorme sentiment de vide provoqué par la dure réalité.

«C'est bizarre à expliquer... Jo était sensé être là», rappelle Krystina avant d'avouer qu'elle n'osait pas, au début, plonger son regard dans celui de son nouveau-né, craignant y reconnaître celui de son amoureux.

Ce n'est plus le cas aujourd'hui. La maman l'a dit. Elle doit maintenant se fabriquer un nouveau présent.

Dans la chambre du bébé, une photo de Jonathan Gervais a été installée au-dessus de la bassinette. Dès que Krystina y dépose son enfant, on jurerait le voir répondre au sourire que lui envoie le portrait de son père au plafond. 

«Je lui parle souvent de lui. Elliot est beau comme son papa. C'est un mini Jo!», s'émerveille la maman avant d'enfouir à son tour son visage dans le cou de son bébé qui, sans plus attendre, se laisse aimer en gazouillant.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer