Kathleen, la voix des chiens

Il arrive que Kathleen Marcotte adopte un chien,... (Isabelle Légaré)

Agrandir

Il arrive que Kathleen Marcotte adopte un chien, comme ce cher Bill, un carlin qui a été retrouvé à l'hiver, complètement gelé. Le froid a eu raison de quelques coussinets sous ses pattes et d'un oeil. Will nous regarde comme un pirate et ronfle quand il dort. Adorable.

Isabelle Légaré

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Légaré
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Kathleen Marcotte a pleuré sa propre vie lorsque le vétérinaire lui a montré les radiographies. Mario avait été tiré. Impossible de compter le nombre de plombs en lui. Il y en avait trop.

«La balle est entrée au niveau de la mâchoire et est sortie par le cou. Elle a dévié pour passer à quelques millimètres de l'aorte», décrit-elle avant d'ajouter que la rétine de l'oeil gauche a cependant été touchée. 

De retour chez elle, Mme Marcotte a publié sur la page Facebook de son refuge une photo du chien et les informations qu'elle détenait. Peu à peu, des langues se sont déliées et la femme a pu, avec l'aide des policiers, démêler le casse-tête et porter plainte.

Kathleen Marcotte espère que justice sera rendue, que le cas de Mario ne tombera pas entre deux chaises. Le chien pourrait devenir le symbole du changement.

En décembre 2015, Québec a adopté une nouvelle loi. Les animaux ne sont plus considérés comme des biens meubles, mais comme des êtres dotés de sensibilité. Les propriétaires doivent s'assurer que leurs animaux reçoivent des soins «correspondant à leurs besoins biologiques». Les amendes sont plus élevées et un récidiviste peut se retrouver derrière les barreaux.

Des accusations de cruauté animale ont été déposées contre les deux individus impliqués dans l'histoire de Mario. La cause n'a pas encore été entendue.

Comme en fait foi cette photo, le corps... - image 2.0

Agrandir

Comme en fait foi cette photo, le corps de Mario a été criblé de plombs.

***

Certains jours, Kathleen Marcotte est découragée. «J'ai honte...», laisse tomber la femme alors que nous nous trouvons dans sa maison annexée au refuge. Sept chiens s'y trouvent en ce moment. Ils ont été retrouvés, errants et affamés.

«Je vois beaucoup de gens qui n'ont pas d'argent pour eux, mais qui veulent quand même un animal de compagnie», déplore-t-elle avant d'ajouter que ces personnes réalisent malheureusement sur le tard qu'un chien, ça mange et ça a besoin de soins.

La grande majorité des chiens qui aboutissent chez elle ont été abandonnés dans le fin fond d'un rang ou carrément devant sa porte pour éviter de devoir payer les frais d'abandon (60$). Ces personnes n'en ont rien à cirer que Kathleen Marcotte pige ensuite dans les maigres finances de son organisme à but non lucratif pour amener l'animal chez le vétérinaire où il sera vacciné et stérilisé. Ils s'en balancent qu'elle lui donne à manger et l'héberge à ses frais jusqu'à ce que le chien soit confié à l'adoption. Pathétique.

Mme Marcotte est fatiguée. Ça fait quatorze ans que son refuge canin assure des services animaliers dans le comté de Portneuf. Certaines municipalités ne veulent pas l'aider, ne veulent pas payer en fait. Il faudrait que le refuge réponde à tous les appels de citoyens pour chiens errants, agressifs, en détresse, blessés sur la route, etc., et ce, sans rien assumer en retour.

«Le refuge ne peut plus acquitter les frais dont la responsabilité incombe aux villes», soutient Kathleen Marcotte qui a récemment décidé d'intervenir uniquement dans les municipalités qui acceptent de rembourser la facture des assurances que doit inévitablement rembourser le refuge. «Une intervention qui tournerait mal pourrait, sans assurances, engendrer de graves répercussions», rappelle Mme Marcotte dont l'arche n'est pas celle de Noé. 

Elle a pris cette décision à contrecoeur, mais c'est ça où tout arrêter. La femme n'ose pas y penser.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer