Une fenêtre grande ouverte sur soi

Depuis de nombreuses années, Linda Sheehy participe aux... (François Gervais)

Agrandir

Depuis de nombreuses années, Linda Sheehy participe aux différents ateliers offerts par l'organisme La Fenêtre, un centre d'immersion aux arts pour les personnes handicapées.

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Légaré
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La première fois que Linda Sheehy a mis les pieds à La Fenêtre, elle était une jeune femme en perte d'équilibre. Pour rester accrochée au sol, la Trifluvienne avait une marchette qu'elle aurait volontiers lancée à bout de bras. Se tenir debout sans tomber devenait de plus en plus compliqué. Son moral était en chute libre. La dernière chose dont elle avait envie, c'est de chanter. Et pourtant...

Linda Sheehy et Lola Noël, directrice générale de... (François Gervais) - image 1.0

Agrandir

Linda Sheehy et Lola Noël, directrice générale de La Fenêtre qui tiendra, ce dimanche 6 décembre, une vente aux enchères d'oeuvre d'art. 

François Gervais

L'organisme La Fenêtre a beau exister depuis 1998, il est encore trop peu connu pour une majorité de la population de Trois-Rivières.

Nous sommes plusieurs à circuler à l'intersection des rues Royale et Saint-Georges sans vraiment porter attention à ce local qui cache une véritable caverne d'Ali Baba. Il faut oser pousser la porte et descendre quelques marches pour réaliser à quel point la créativité peut être une richesse qui ne demande qu'à se déployer.

La Fenêtre est un centre d'immersion aux arts pour les personnes ayant une déficience motrice, intellectuelle, du langage, visuelle ou auditive. Il peut aussi accueillir des gens qui présentent un trouble envahissant du développement ou une maladie mentale.

On y offre des cours d'art plastique, de verre, chant choral, peinture, théâtre, création de bijoux, etc. Directrice de l'endroit, Lola Noël ajoute à la blague que seules des notions d'architecture n'y sont pas enseignées.

La Fenêtre fait appel à des professeurs qui sont des artistes qualifiés et reconnus. Ces gens de métier s'y présentent quelques heures par semaine pour partager leur savoir-faire à des hommes et des femmes qui s'imaginent souvent - et à tort - sans talent, comme si leur handicap dominait sur tout.

Âgée de 44 ans, Mme Sheehy est atteinte du syndrome d'Arnold-Chiari, une malformation congénitale du cervelet qui entraîne des d'importants vertiges. La dame l'a appris sur le tard, sur le très tard en fait.

Les pertes d'équilibre ont débuté lorsqu'elle avait 11 ans, mais cette situation «allait passer» comme l'adolescence qui s'amorçait, lui ont dit les médecins de l'époque.

Sauf que les mois et années se sont succédé et la situation ne s'est guère améliorée. La jeune femme qui servait des beignes et du café dans un Dunkin Donuts de la rue Saint-Maurice tombait de plus en plus souvent derrière son comptoir, sans raison.

Inquiète, sa patronne lui a donné le nom de son médecin qui n'a pas tardé à la diriger vers un neurologue avec le résultat qu'on connaît. Ça n'allait pas passer. Sa démarche vacillante allait se dégrader encore plus.

La marchette s'est imposée dans la vie de Linda Sheehy qui, il y a six ans, a dû se résigner à prendre place dans un fauteuil roulant. Elle n'avait plus vraiment le choix de s'asseoir, pour sa sécurité et protéger ses genoux écorchés.

C'est à reculons qu'elle s'est pointée à La Fenêtre la première fois. «J'étais tellement déprimée», se souvient Linda Sheehy qui devient émue juste à y penser. C'était à la fin des années 90, l'organisme amorçait ses activités.

La jeune femme a mis trois cours avant de se décider à joindre les participants de l'atelier de théâtre. Au début, elle se contentait de les observer discrètement d'un coin de la salle, paralysée à l'idée de donner la réplique. 

Peu à peu, Mme Sheehy s'est laissée prendre la main par la professeure qui rapprochait doucement sa chaise de l'action. C'est à ce moment-là qu'un premier petit miracle se produisit.

Par le théâtre, Linda arrivait à exprimer sa peine, sa colère et ses déceptions réprimées en elle. À travers des personnages s'est révélée une Linda plus heureuse... qui avait néanmoins encore à apprendre.

La première fois que la prof d'art lui a remis une feuille blanche, Linda Sheehy a éclaté en sanglots. Aspirée par le vide, elle aurait voulu s'effacer plutôt que de prendre un crayon.

Une fois de plus, l'enseignante a su lui prendre la main et l'élève s'est mise à dessiner une salle de justice avec un juge, des jurés et elle, au centre, recroquevillée et écrasée sous les regards pleins de curiosité.

Pendant longtemps, Mme Sheehy a cru que les gens la jugeaient en la voyant marcher en titubant. Ce dessin lui a permis de chasser ces pensées envahissantes. La beauté artistique a fait son oeuvre et aujourd'hui, Linda joue, chante, dessine, s'initie aux techniques des arts du verre... et resplendit.

Pour Lola Noël, un témoignage comme celui-ci confirme la raison d'être de La Fenêtre, un organisme unique au Québec.

Sa directrice pourrait raconter d'autres histoires qui se terminent bien. Des visages lui viennent en tête, des gens qui se mettent à sourire en réalisant que la créativité est sans limites, contrairement à leur quotidien.

Mme Noël rend hommage aux professeurs et à leur ouverture sur la différence. Le respect dont ils font preuve à l'égard des apprentis artistes de La Fenêtre est leur plus beau talent.

Conscients d'être en pleine possession de leurs facultés, ces enseignants acceptent de mettre leurs personnages, leurs notes de musique ou leurs pinceaux au service de personnes handicapées qui, à leur tour, deviennent une source d'inspiration.

Vente aux enchères

Pour une seizième année, La Fenêtre, centre d'immersion aux arts, présente sa vente aux enchères d'oeuvres d'art.

L'événement aura lieu au Centre culturel Pauline-Julien le dimanche 6 décembre, à compter de 12 h 30. Le coût d'entrée pour l'encan est de 20 $ et comprend un cocktail dinatoire ainsi que l'agenda de La Fenêtre illustré par les oeuvres en vente à l'encan.

Une soixantaine de tableaux d'artistes comme Yves Ayotte, Linda Baril, Normand Boisvert, Serge Brunoni, Lorraine Dietrich, Lucie Millette, Marie-Josée Roy et autres seront offerts. Cet encan crié et silencieux est l'activité annuelle de financement de La Fenêtre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer