Le dernier «merveilleux mercredi» d'Anne-Sophie

Anne-Sophie Bois était la fierté de ses parents,...

Agrandir

Anne-Sophie Bois était la fierté de ses parents, Guylaine Janvier et Jean Bois, de même que la grande soeur aimée et aimante de son frère Jean-Xavier

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Légaré
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Anne-Sophie Bois a toujours aimé le mercredi, la journée de congé de sa mère qui en profitait pour y donner une touche spéciale.

Enfants, Anne-Sophie et son frère Jean-Xavier avaient baptisé ce jour de la semaine «les merveilleux mercredis». Exceptionnellement, on brisait la routine. Au retour de l'école, maman pouvait avoir allumé des chandelles et préparé une fondue. Il n'y avait rien à célébrer, sauf le plaisir d'être ensemble.

Le mercredi 25 mars 2015, Guylaine Janvier était en congé. Sa fille aussi.

À 23 ans, Anne-Sophie Bois était sur le point de partir au Nicaragua. Pendant ce voyage de quelques mois, la jeune journaliste souhaitait notamment partager le quotidien d'enfants du pays. Elle comptait leur montrer des photos de notre hiver québécois.

C'est d'ailleurs pour cette raison qu'Anne-Sophie voulait se rendre à Notre-Dame-du-Portage, près de Rivière-du-Loup. L'endroit est reconnu pour ses glaces scintillantes en bordure du fleuve. La Trifluvienne avait donné rendez-vous à sa grande amie Josie Simard, une journaliste originaire du Bas-Saint-Laurent.

Guylaine Janvier connaît bien cette région. Chaque semaine, son travail l'amène à parcourir la province. Attendue à Rimouski, elle a proposé à Anne-Sophie de covoiturer. L'occasion était parfaite pour joindre l'utile à l'agréable.

Mère et fille ont quitté Trois-Rivières et chemin faisant, elles se sont arrêtées à Québec pour magasiner, sortir au resto et dormir à l'hôtel.

«C'est un merveilleux mercredi maman!», a souligné Anne-Sophie avec gratitude.

Sa mère se souvient parfaitement du sourire de sa fille à ce moment précis. Cette journée-là, Guylaine ne se lassait pas de répéter à Anne-Sophie à quel point elle la trouvait belle et combien elle était fière d'elle et de ce qu'elle devenait.

Le lendemain matin, Mme Janvier a déposé sa fille dans le doux pays du Kamouraska. Pendant qu'elle poursuivrait sa route pour vaquer à ses occupations professionnelles, Anne-Sophie irait fixer en images les berges du fleuve glacé en compagnie de sa bonne amie. Josie partait, elle aussi, pour l'Amérique centrale.

«J'ai pris Josie et Anne-So dans mes bras et je leur ai souhaité une belle journée. Je les ai quittées comme ça... Je ne savais pas que c'était la dernière fois que je les voyais», pleure doucement Guylaine Janvier qui voudrait pouvoir changer le cours du destin.

Anne-Sophie Bois est décédée tragiquement le jeudi 26 mars 2015, à Notre-Dame-du-Portage. Elle a perdu la vie lorsque l'énorme bloc de glace que la jeune femme était en train de photographier avec son amie s'est détaché pour leur tomber dessus.

Josie a succombé à ses blessures vingt jours après l'accident, soit pratiquement au même moment où les deux inséparables auraient dû entreprendre le voyage dont elles rêvaient depuis des années.

La Bourse Anne-Sophie-Bois voit le jour

«Anne-Sophie est née avec la bonté en elle. C'était une fille juste, dont l'une des grandes valeurs était le respect», décrit Guylaine Janvier avec admiration.

La Bourse Anne-Sophie-Bois vient de voir le jour à l'Université du Québec à Trois-Rivières où son père Jean, un ancien joueur des Patriotes (hockey), agit à titre de coordonnateur au bureau du registraire.

Anne-Sophie avait de qui tenir pour son leadership, sa détermination et son ardeur au jeu. Ce sont les qualités que devra également faire valoir une athlète féminine des équipes sportives de l'UQTR.

Cette bourse, créée en partenariat avec la famille d'Anne-Sophie, sera remise annuellement et accompagnée d'un chèque de 500 $.

«Le nom et les valeurs intrinsèques d'Anne-Sophie ne seront pas oubliés. Bien souvent, dans le milieu sportif, ce sont les athlètes les plus performants qui obtiennent les premiers prix. Nous, ce qu'on veut mettre en valeur, c'est la motivation et la persévérance qu'Anne-Sophie savait démontrer», explique Jean Bois avant de préciser que la gagnante sera choisie par le comité de sélection du gala du mérite sportif de l'UQTR.

|||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||

Autre texte: Survivre à l'insoutenable absence

Partager

À lire aussi

  • Survivre à l'insoutenable absence d'Anne-Sophie

    La vie...

    Survivre à l'insoutenable absence d'Anne-Sophie

    C'était impossible de ne pas être ébloui par la beauté du glacier déposé tout doucement par la marée haute. Régnant en maître à travers les autres... »

  • La Bourse Anne-Sophie-Bois voit le jour

    UQTR

    La Bourse Anne-Sophie-Bois voit le jour

    «Anne-Sophie est née avec la bonté en elle. C'était une fille juste, dont l'une des grandes valeurs était le respect», décrit Guylaine Janvier avec... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer