Le graphineige: une nouvelle activité offerte au parc national de la Mauricie

René Filion est à l'origine d'une nouvelle activité... (Photo: Sylvain Mayer)

Agrandir

René Filion est à l'origine d'une nouvelle activité maintenant offerte dans le parc national de la Mauricie: le graphineige.

Photo: Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Isabelle Légaré
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La nature nous réserve parfois de drôles de surprises. À l'hiver 2014, au détour d'un sentier de raquette, René Filion en a eu toute une.

Ce flocon de neige géant a été tracé... (Photo: René Filion) - image 1.0

Agrandir

Ce flocon de neige géant a été tracé sur le lac Solitaire. 

Photo: René Filion

Le castor est le logo officiel de Parcs... (Photo: René Filion) - image 1.1

Agrandir

Le castor est le logo officiel de Parcs Canada. 

Photo: René Filion

Arrivé au belvédère du lac Solitaire, dans le parc national de la Mauricie, le Shawiniganais a aperçu au loin une forme tracée dans la neige par des randonneurs. Le temps de se trouver un meilleur angle de vision que notre homme a reconnu l'oeuvre des p'tits comiques passés avant lui: un phallus dans toute sa splendeur.

René Filion aurait pu s'en offusquer, rebrousser chemin et porter plainte au ministère du Patrimoine canadien. C'est une blague, bien entendu. Le raquetteur d'expérience a préféré en rire, récupérer l'idée et lui redonner ses lettres de noblesse.

Cet hiver, les amants du plein air et artistes dans l'âme sont invités à sortir leurs pinceaux... ou plutôt leurs raquettes. Ils ont un lac pour dessiner.

Âgé de 57 ans, René Filion connaît le parc national comme le fond de sa poche. C'est son terrain de jeu depuis qu'il est enfant. Le Grandmérois d'origine peut même se vanter d'avoir visité à plusieurs reprises l'arrière-pays de ce vaste territoire.

Retraité d'Hydro-Québec, cet ancien opérateur à la Baie-James a l'habitude des grands espaces. Autodidacte, M. Filion aime les défis. Le graphineige est né après des heures à travailler sur sa table de travail et à se répéter que le parc national a un potentiel artistique incroyable pour quiconque se sent inspiré par un lac glacé.

À partir du logiciel Google Earth, M. Filion a tout calculé, point par point et à la décimale près. Équipé de papier, crayon et d'une règle à mesurer, René Filion a reproduit différents dessins à l'échelle. Les coordonnées géographiques n'ont pas de secret pour celui qui est également doté d'un excellent sens de l'orientation.

Le graphineige tel que pratiqué par René Filion est maintenant offert - et en exclusivité - à tous les visiteurs du parc national. L'activité se veut familiale, mais les enfants doivent être des raquetteurs aguerris. ll faut savoir qu'avant de commencer votre tableau sur neige, vous devez atteindre le lac Solitaire ou le lac aux Chevaux. Pour l'aller seulement, prévoyez une à deux heures de randonnée ponctuée de montées.

L'inscription est obligatoire puisqu'il faut réserver son lac avant de quitter le pavillon de la Rivière-à-la-pêche où sont également prêtés le GPS et la boussole.

Vous pouvez apporter votre propre dessin (on vous confirmera sa faisabilité avant le départ) ou choisir parmi les trois illustrations qui ont été réalisées par René Filion, à la demande du parc. Il y a le fameux logo de Parcs Canada (le castor), un flocon de neige et une tortue des bois.

Qu'on se rassure, personne ne s'aventure sur l'étendue d'eau glacée sans avoir préalablement obtenu l'aval de l'équipe de conservation. Prenez note aussi qu'il n'y a pas de halte à proximité des lacs ciblés par l'activité. Les vêtements chauds sont incontournables, tout comme la bouteille d'eau et les collations.

Il faut être un minimum de deux participants pour faire du graphineige. Il y a celui qui donne la latitude et la longitude inscrites sur le plan de marche et l'autre qui ouvre le chemin en se référant au GPS et, ou à la boussole.

René Filion conseille de ne pas faire son dessin trop loin du bord du lac, ni trop près du cap. Ce serait dommage que les raquetteurs passent à côté de votre toile sans la voir. L'avantage du lac Solitaire et du lac aux Chevaux, c'est qu'on y trouve un promontoire d'où on peut admirer l'ensemble de l'oeuvre.

Une fois complété, le dessin (celui du castor par exemple) est d'une superficie de 400 mètres carrés, l'équivalent de 2 kilomètres de pas en raquette. La durée de l'activité varie selon le rythme de chacun. René Filion parle de 5 à 6 heures, incluant la randonnée du départ et celle pour retourner au pavillon de la Rivière-à-la-pêche.

Le Shawiniganais a raison d'être heureux. À ses yeux, le graphineige, un nom qu'il aimerait voir apparaître dans le dictionnaire Robert, est appelé à démocratiser l'hiver et le parc national.

René Filion montre l'esquisse de son prochain tableau, un château à cinq tourelles, et donne ce dernier conseil à ceux et celles qui se laisseront tenter par le graphineige...

«N'oubliez pas de signer votre dessin et de le photographier!», dit-il avant de mentionner que vous aurez alors une preuve tangible de vos efforts qui risquent de s'effacer avant d'avoir eu le temps de retirer vos raquettes. Une bordée de neige est si vite arrivée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer