Monsieur Tupperware

Marc-André Houde, 24 ans, conseiller Tupperware.... (Photo: Stéphane Lessard Le Nouvelliste)

Agrandir

Marc-André Houde, 24 ans, conseiller Tupperware.

Photo: Stéphane Lessard Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Légaré
Le Nouvelliste

Vendredi soir, dans un appartement de la rue Chapais. Il n'est pas 20 h, mais le party est déjà pris. Au nombre des invités: la mère et la grand-mère, une ancienne voisine, une dame enceinte de son troisième, une connaissance Facebook, deux copines du secondaire et le meilleur ami qui répond toujours présent.La soirée débute à peine, mais ça jase et ça rit déjà beaucoup entre un verre de sangria, une main dans le bol de croustilles et... l'achat d'un plat de plastique garanti à vie. Bienvenue chez Marc-André Houde, conseiller Tupperware.

Pour les membres de la génération Ziploc qui ne savent pas de quoi il en retourne ici, sachezque les premiers contenants hermétiques sont apparus aux États-Unis en 1946. Rapidement, «les Tupperware» ont traversé les frontières et sont entrés dans les chaumières du Québec où, 69 ans plus tard, ils font encore l'unanimité, du moins, dans cet appartement de la rue Chapais.

Ne les cherchez pas dans les magasins à grande surface cependant. Tupperware s'est toujours fait une fierté de se présenter à domicile, question de vous démontrer à quel point ses produits peuvent transformer votre quotidien.

Pour beaucoup d'entre nous, une démonstration Tupperware évoque le lointain souvenir de femmes au foyer réunies autour d'une tasse de thé Red Rose. Pendant que les enfants sont à l'école, elles se laissent tenter par cet ensemble de boîtes ovales ou rectangulaires qui s'empileront comme par enchantement dans le garde-manger.

Partant du principe qu'on a tous au fond d'une armoire un Tupperware inusable hérité de notre mère, pas étonnant qu'il s'en trouve toujours parmi nous pour en acheter et d'autres, pour en vendre.

Marc-André Houde a 24 ans, l'âge où le vendredi soir, il devrait être partout, sauf dans son salon, en train de vanter les mérites des contenants Garde-gèle, ceux-là mêmes qui «emprisonnent les saveurs fraîches de saison pour de futures préparations»... C'est écrit dans le catalogue 2015.

Shawiniganais d'origine nouvellement établi à Trois-Rivières, Marc-André est bachelier en littérature à l'Université du Québec à Trois-Rivières où il poursuit ses études à la maîtrise. C'est en mai 2013 qu'il est tombé dans les plats.

Ce boulot, qui devait lui permettre au départ de boucler ses fins de mois d'étudiant, constitue aujourd'hui son revenu principal. Au début de sa carrière, un conseiller reçoit un profit de 25 % sur ses ventes personnelles. Des plats, Marc-André en vend beaucoup. Pour environ 550 $ à chacune de ses démonstrations. Il en fait deux fois par semaine.

Sa mentor est Marie-Josée Arel, une auteure et conférencière dont la quête spirituelle a déjà fait l'objet d'une chronique ici.Mme Arel est également une pro de la vente Tupperware. C'est elle qui a donné l'idée à Marc-André de tenter sa chance dans un monde traditionnellement féminin, mais où les hommes, comme dans les cuisines, prennent graduellement leur place.

Extraverti, Marc-André Houde donne littéralement un spectacle. Les blagues sont omniprésentes durant sa présentation où il faut une bonne dose d'assurance pour convaincre son auditoire que le Cuit-pâtes est la plus belle invention après le bouton à quatre trous, ou que votre irremplaçable mijoteuse n'arrivera jamais à la cheville du nouvel Auto-cuiseur micro-ondes.

Petite précision ici. Les soirées Tupperware ne sont plus ce qu'elles étaient. Pas totalement en tout cas. L'idée de base consiste toujours à nous vendre des contenants de plastique, mais en 2015, le concept va plus loin.

Marc-André en donne plus que le client en demande en faisant cuire des biscuits Pillsbury sur la nouvelle feuille de cuisson en silicone au prix de 43,50 $ chacune. Comme ça, entre deux bouchées, tout le monde est à même de constater à quel point ce produit se nettoie facilement après usage.

Comme sa marraine Marie-Josée Arel, Marc-André a un petit côté «Vas-y, t'es capable» qu'il exploite durant ses présentations. Si on lui en donne la chance, l'auteur du livre Quittez la vie ordinaire se fera une joie de partager ses réflexions sur le succès et le bonheur.

Doué pour mettre les gens à l'aise, le conseiller Tupperware partage sa recette. «C'est important pour moi de prendre soin des clients, de créer avec eux un lien de confiance. Pour moi, ce ne sont pas uniquement des acheteurs de plats. Ils m'accueillent dans leur maison et me présentent aux membres de leur famille», souligne-t-il avec reconnaissance.

Marc-André Houde est persuadé que ses petites et grandes attentions envers sa clientèle peuvent faire une différence à une époque où l'achat en ligne prend du galon.

Quant aux prix jugés élevés des produits Tupperware, le conseiller prêche pour sa paroisse et jure qu'on ne trouvera rien de comparable sur le marché qui déborde de contenants de toutes les grandeurs. Marc-André se dit en «mission». Il ne vend pas juste une marque. Il aide des gens à organiser leur vie et ça commence par le garde-manger.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer