Le Zoo académie de Jacinthe Bouchard

Spécialiste en comportement animal, Jacinthe Bouchard a fait... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Spécialiste en comportement animal, Jacinthe Bouchard a fait l'acquisition de l'ancien camp de vacances Notre-Dame-de-la-Joie, à Nicolet, qu'elle a transformé en un Zoo académie.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Légaré
Le Nouvelliste

(Nicolet) Jacinthe Bouchard est un drôle de moineau.

Il y a deux ans, à 50 ans, elle aurait pu prendre sa retraite afin de se la couler douce à bord d'un voilier qu'elle avait les moyens de se payer.

Aujourd'hui, à 52 ans, elle travaille sept jours sur sept, avoue ne plus avoir une cenne dans ses poches, mais est heureuse comme un poisson dans l'eau.

«J'ai un zoo!», annonce la nouvelle propriétaire de l'ancien camp de vacances Notre-Dame-de-la-Joie, à Nicolet.

Connue pour ses nombreuses apparitions à la télévision et ses conférences présentées un peu partout sur la planète, Jacinthe Bouchard est à la tête du Centre canin de Montréal et d'une école où elle enseigne son expertise en comportement animal et en entraînement spécialisée.

Du chihuahua au tigre en passant par dix moutons, neuf moineaux, huit marmottes, sept lapins, six canards... et une souris verte, les bêtes domestiques, sauvages, méconnues, chouchoutées ou mal aimées sont les meilleures amies de Mme Bouchard.

Ces dernières années, elle a multiplié, seule ou avec ses élèves, les stages d'entraînement dans les parcs zoologiques du Québec et de partout dans le monde: Thaïlande, Afrique, Argentine, etc. On l'invite pour son savoir-faire dont elle partage, ravie, tous ses secrets.

Native de Montréal, Jacinthe Bouchard habite la Mauricie depuis une trentaine d'années. En apprenant, au printemps 2012, la mise en vente du camp Notre-Dame-de-la-Joie, elle n'a fait ni un ni deux. C'est ici que prendrait forme son rêve le plus fou.

Deux ans après avoir franchi tous les dédales administratifs entourant l'acquisition du domaine évalué à un million $, Jacinthe Bouchard est aujourd'hui l'heureuse propriétaire, avec son fils Vincent, du Zoo académie.

Ouvert depuis septembre aux stages et formations, l'endroit est en pleine transformation. Les animaux continuent d'y faire leur entrée en même temps que des employés réparent les toitures des bâtiments et réaménagent l'intérieur pour répondre à la nouvelle vocation des lieux.

L'emploi du terme passionné est souvent galvaudé, mais dans le cas de Jacinthe Bouchard, il est encore trop faible pour décrire son enthousiasme délirant lors de la tournée du proprio. La suivre d'un enclos à l'autre, c'est la voir gambader comme tous ces lapins qui s'y promènent en liberté.

Jacinthe Bouchard a commencé à y donner de la formation pratique à quiconque souhaite devenir un intervenant en comportement animal. Les zoologistes d'un jour sont également les bienvenus pour donner le biberon à un bébé raton laveur, passer la nuit avec un renardeau, voir à l'oeuvre des corbeaux entraînés pour la recherche d'enfants disparus en forêt et ainsi de suite.

On dit zoo, mais oubliez la girafe qui vous regarderait passer en voiture, sur la route 132. «Je veux des animaux qui puissent vivre dehors en hiver», précise Mme Bouchard avant de mentionner que deux lynx lui seront livrés au printemps 2015.

Docteur Dolittle peut aller se rhabiller. Jacinthe Bouchard arrive à comprendre, à communiquer et à aimer tous les animaux, sans exception.

Pour elle, entraîner un chien, un tigre ou un rat, c'est du pareil au même. Suffit de croire en leur plein potentiel, les trouver attachants et avoir quelques friandises en main.

«Les rats domestiques sont des amours! Ils sont extrêmement intelligents et ils ont un odorat exceptionnel! En ce moment, on travaille avec eux sur un programme de détection de cellules cancéreuses», dit-elle avant de mentionner que les poules ne sont pas en reste.

En échange de l'indispensable nanane, les cocottes arrivent à sélectionner des cartes de différentes couleurs et à faire mentir l'expression «Courir comme une poule pas de tête». Vous en doutez? Allez voir sur Youtube.

Au Zoo académie, Jacinthe Bouchard forme également des poneys et des chevaux miniatures à jouer un rôle d'une grande importance auprès d'enfants handicapés, autistes, etc. Par l'entremise de sa Fondation calèche, Mme Bouchard aimerait accueillir les familles de ces enfants dans l'un ou l'autre des chalets disponibles. Celles-ci pourraient bénéficier d'un moment de répit en découvrant la force tranquille des animaux, de grands thérapeutes qui peuvent s'avérer de véritables clowns aussi.

Jacinthe Bouchard est en feu. À l'entendre, son Zoo académie deviendra un site touristique majeur pour la région. Chaque parcelle du domaine est appelée à se développer. À l'approche de l'Halloween, Mme Bouchard rêve du jour où on pourra y circuler à travers des loups hurlant idéalement à la lune, tout en se faisant frôler par des corbeaux de noir vêtus.

Sachant que des Amérindiens ont, jadis, foulé cette plage de Nicolet, Jacinthe Bouchard envisage d'y faire revivre la vie des peuples autochtones avec, en prime, un bison dans le paysage.

Un projet n'attend pas l'autre pour celle qui a des idées pour chaque saison, y compris l'hiver où les patineurs pourraient circuler entre les animaux.

À ce jour par contre, la propriétaire n'a bénéficié d'aucune subvention. Les ouvriers bénévoles sont donc les bienvenus, particulièrement ceux qui ont compris la mission du Zoo académie que Mme Bouchard résume ainsi: «J'y partage mes connaissances et je fais tripper le monde!»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer