Les agriculteurs tiennent à un pesticide qui tuerait des abeilles

Les agriculteurs sont en lutte contre le gouvernement Couillard afin de garder... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patrice Bergeon
La Presse Canadienne
Québec

Les agriculteurs sont en lutte contre le gouvernement Couillard afin de garder dans leur arsenal un pesticide controversé, réputé tueur d'abeilles.

Ils pourraient réclamer des compensations se chiffrant à des dizaines de millions de dollars.

Les producteurs de grains s'opposent à un projet de règlement du ministère de l'Environnement, qui bannirait l'usage des néonicotinoïdes.

Cette catégorie de pesticides a défrayé la manchette au cours des dernières années parce qu'elle a été associée à la forte baisse de population des colonies d'abeilles. L'Union européenne a déjà donné le feu vert à l'interdiction de trois substances néonicotinoïdes.

Le projet de règlement du ministère de l'Environnement a été publié le 19 juillet dernier pour une période de consultation, en vue d'une entrée en vigueur ultérieure.

Or la Fédération des producteurs de grains du Québec (FPGQ) soutient que les bases scientifiques de cette réglementation projetée sont trop faibles.

Selon le directeur général de la FPGQ, Benoit Legault, le gouvernement «s'est senti obligé de bouger» parce que des groupes de pression comme Équiterre et la Fondation David Suzuki ont brandi une étude sur l'usage des néonicotinoïdes et la mort des abeilles.

Un large pan d'études soutient plutôt que le lien de causalité n'est pas si clair et que les causes sont plutôt multiples, de l'avis des producteurs de grains.

Leur fédération réclame plutôt un cadre pour améliorer les pratiques en matière d'usage de pesticides, un meilleur partage des connaissances, un soutien technique ainsi qu'un soutien financier.

En effet, Benoit Legault prédit qu'il y aura des pertes à la ferme dans l'application des mesures que le gouvernement voudra absolument mettre en oeuvre et que les indemnisations demandées pourraient s'élever à des dizaines de millions de dollars.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer