Irma: soupir de soulagement pour Jean-Guy Dubois

Les Îles Vierges britanniques ont été frappées par Irma.... (PHOTO AP)

Agrandir

Les Îles Vierges britanniques ont été frappées par Irma.

PHOTO AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Le maire de Bécancour, Jean-Guy Dubois, a poussé un soupir de soulagement, jeudi après-midi, après s'être entretenu avec sa fille qui vit dans les Îles Vierges britanniques, qui ont été lourdement touchées par le passage de l'ouragan Irma.

Le maire de Bécancour, Jean-Guy Dubois.... (François Gervais) - image 1.0

Agrandir

Le maire de Bécancour, Jean-Guy Dubois.

François Gervais

La Bécancouroise d'origine qui habite dans la capitale Tortola depuis 16 ans a finalement été en mesure de contacter son père afin de le rassurer. Elle lui a indiqué que tous les membres de sa famille - elle est mère de trois enfants - étaient sains et saufs et que leur maison n'avait pas été endommagée à la suite du passage de l'ouragan de catégorie 5.

Le fils du premier magistrat de Bécancour, qui vit également à cet endroit depuis six ans, avait quant à lui donné signe de vie plus tôt. Ce dernier n'a cependant pas été aussi chanceux que sa soeur. Le toit de sa résidence a en effet été endommagé par les forts vents, qui ont frôlé les 300 km/h dans cette région lors du passage de l'ouragan.

Selon ce que la fille de M. Dubois a raconté lors de leur conversation, les dommages causés par Irma dans ce coin du monde sont considérables.

«Les arbres et les poteaux sont cassés, les routes sont brisées et des maisons sont endommagées. C'est l'apocalypse là-bas», indique le maire.

Pour ce qui est de son fils, il devra vraisemblablement se trouver un endroit pour se loger en attendant que la situation rentre dans l'ordre et que le toit de sa résidence soit réparé.

Heureusement, il n'a pas encore d'enfant. Ça sera donc plus facile pour lui de traverser les prochains jours, contrairement à sa soeur, qui doit s'occuper de trois enfants, dont deux jumeaux de trois ans. De plus, un autre ouragan est censé frapper les Antilles au cours du week-end.

M. Dubois n'est pas la seule personne au Centre-du-Québec qui a suivi la situation dans les Antilles de près au cours des dernières heures. Des élèves originaires de Saint-Barthélémy et des Îles Vierges fréquentant le Collège Notre-Dame-de-l'Assomption de Nicolet avaient également hâte d'avoir des nouvelles de leurs proches. À l'aide de téléphones satellites, les 26 pensionnaires ont finalement pu parler avec les membres de leur famille et apprendre que tout le monde était sain et sauf.

Maureen Jacob... (Facebook) - image 2.0

Agrandir

Maureen Jacob

Facebook

L'hystérie floridienne

Alors que les Antilles tentent tant bien que mal de se relever du passage de cet ouragan, c'est présentement le branle-bas de combat en Floride alors que les habitants de cet État américain se préparent au pire.

Maureen Jacob, une Trifluvienne expatriée au pays de l'oncle Sam depuis une trentaine d'années et qui vit à Coral Springs, une ville située à l'ouest de Fort Lauderdale, soutient que l'ambiance qui règne actuellement frôle l'hystérie par moment.

Les gens font notamment la file dans les épiceries et dans les stations-service afin de faire le plein d'essence avec leur voiture. Selon elle, les Floridiens ne prennent pas à la légère les alertes et s'attendent à ce que l'ouragan cause des dommages importants lorsqu'il passera chez eux ce week-end. Les commerces devraient d'ailleurs commencer à fermer leurs portes au cours de la journée de vendredi.

Même si son lieu de résidence se situe assez loin des côtes, Mme Jacob a fait des provisions au cours des derniers jours afin de ne pas se faire prendre par surprise. Sa maison est de plus équipée de volets anti-ouragan. Néanmoins, elle espère que l'ouragan aura perdu de son intensité lorsqu'il traversera la Floride. Elle rappelle d'ailleurs que les analystes n'hésitent pas à qualifier Irma comme un des pires ouragans de l'histoire. 

«On va tous y goûter. Ça ira jusqu'en Géorgie. Même si on est plus dans les terres, on va être affecté. Il n'y aura peut-être pas de grosses inondations comme sur les côtes, mais les vents vont nous affecter», prévoit-elle.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer