Ouragan Irma: «C'est sûr que c'est effrayant»

Les nuages s'assombrissaient mardi au-dessus de l'île de... (PHOTO AFP)

Agrandir

Les nuages s'assombrissaient mardi au-dessus de l'île de Saint-Martin.

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Alors que l'ouragan Irma est sur le point de faire des ravages dans les Antilles, le Trifluvien d'origine et résident de Saint-Martin depuis 12 ans, Guy Mercure, est présentement au Québec et doit suivre la situation à distance.

Guy Mercure... (Archives, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Guy Mercure

Archives, Le Nouvelliste

Étant donné qu'il se trouve à plusieurs milliers de kilomètres de son nouveau chez-lui, M. Mercure ne peut pas participer aux efforts afin de préparer la petite île au passage d'Irma. Il croise donc les doigts afin que l'ouragan de catégorie 5 ne cause pas trop de dégâts et que l'endroit ne soit pas dévasté à son retour. Il soutient d'ailleurs que les habitants de Saint-Martin se souviennent encore très bien du passage d'un ouragan dévastateur qui avait fait plusieurs morts en 1995.

«C'est sûr que c'est effrayant. [...] L'île de Saint-Martin est une montagne grande comme la ville de Trois-Rivières. L'ouragan va passer et va causer des vents et de la pluie, mais ce n'est pas certain que l'oeil va l'accrocher. Mais à Porto Rico et en République dominicaine, il devrait y avoir plus de dommages car ce sont de grandes îles», explique M. Mercure.

Comme c'est généralement le cas depuis qu'il habite sur la petite île où il gère une quinzaine d'unités de logement qu'il loue à des touristes, l'ancien directeur général de l'International de l'art vocal - qui est devenu le FestiVoix - a profité de la fin de la saison estivale et du début de la saison des ouragans pour revenir au pays quelques jours.

Par un heureux hasard, il a décidé de fermer l'ensemble de ses installations pour la première fois en 10 ans pendant son séjour au Québec. Aucune de ses unités n'était en effet louée pendant cette période et ses collaborateurs avaient eux aussi décidé de prendre quelques jours de congé à l'étranger.

De plus, le fait qu'Irma arrive tôt dans la saison permettra selon lui aux tenanciers d'établissements situés sur le bord de la mer qui seront touchés de réagir rapidement afin de réparer les dégâts et d'être prêts pour la haute saison touristique.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer