Gaspé-Montréal en fauteuil roulant électrique: 1200 km pour une bonne cause

Julien Racicot espère compléter son périple entre Gaspé... (François Gervais)

Agrandir

Julien Racicot espère compléter son périple entre Gaspé et Montréal en fauteuil roulant électrique le 7 septembre.

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Il n'y a pas que les athlètes de haut niveau et les adeptes de sports d'endurance qui peuvent entreprendre des défis de taille pour amasser des fonds destinés à soutenir une cause qui leur est chère.

Paralysé des épaules aux orteils, Julien Racicot s'est lancé dans l'aventure de parcourir les 1200 kilomètres entre Gaspé et Montréal afin d'amasser des fonds pour aider les personnes qui, comme lui, souffrent de lésions de la moelle épinière. Assis dans son fauteuil roulant électrique qu'il contrôle avec sa tête, il a entrepris son périple le 15 août et espère arriver à destination le 7 septembre prochain. En plus de compléter la distance, il veut amasser 375 000 $, un clin d'oeil à l'anniversaire que célèbre la métropole cette année.

Il était de passage à Trois-Rivières en fin de journée vendredi alors qu'il venait de parcourir la vingtaine de kilomètres entre Champlain et le centre commercial Les Rivières. M. Racicot a indiqué qu'il avait amassé jusqu'à maintenant 135 000 $ grâce à des dons recueillis sur la route et des commanditaires. Il a précisé que cet argent permettra d'améliorer la qualité de vie de personnes se retrouvant dans la même situation que lui. Ayant perdu l'usage de la quasi-totalité de son corps à la suite d'un accident de la route en 1999, il a eu droit à une indemnisation provenant de la Société d'assurance automobile du Québec (SAAQ). Il est donc bien au fait de l'impact qu'une aide financière significative peut avoir sur la vie d'une personne paralysée. C'est pour cette raison qu'il a créé la Fondation Adapte-toit, qui vient en aide aux lésés médullaires.

«J'ai fondé la Fondation en 2015 après avoir observé pendant plusieurs années que l'aide financière [de la SAAQ] que j'ai eue a joué un rôle déterminant dans la redéfinition de ma vie. Plus de 63 % des personnes qui se retrouvent paralysées n'ont pas d'agent payeur. Ils n'ont à peu près aucune aide pour équiper leur domicile et se payer du personnel. J'ai eu cette chance-là alors nous voulons l'offrir à d'autres personnes qui ne l'ont pas eue», explique-t-il.

Même s'il a parcouru beaucoup moins de kilomètres qu'il l'a fait en moyenne depuis le début de son aventure - il fait généralement entre 40 et 70 kilomètres par jour -, la journée de vendredi a été quelque peu difficile en raison du vent et du froid. Néanmoins, M. Racicot et ses accompagnateurs avaient le sourire aux lèvres à leur arrivée à Trois-Rivières. Après une bonne nuit de repos, ils devaient reprendre la route en direction de Berthierville samedi matin.

Il est possible de participer à la campagne de financement en se rendant au http://fondationadaptetoit.org.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer