Dean Brody: la star du new country canadien

Dean Brody sera en spectacle au Festival western... (Courtoisie)

Agrandir

Dean Brody sera en spectacle au Festival western de Saint-Tite le 7 septembre, en première partie du groupe Alabama.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Houde
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Dean Brody est certainement une figure majeure de la musique country canadienne actuelle avec ses deux prix Juno du meilleur album country de l'année en 2013 (Crop Circles) et 2015 (Gipsy Road). Pourtant, au bout du fil depuis Toronto, l'auteur compositeur et interprète se montre aussi simple, gentil et disponible qu'un débutant en quête de visibilité. Rien d'une star si ce ne sont les accomplissements.

Dean Brody est au milieu d'une tournée pancanadienne qui le mènera au Festival western de Saint-Tite le 7 septembre pour le grand spectacle d'ouverture en première partie du groupe Alabama. 

L'artiste a, par ailleurs, été choisi par CP Rail pour être d'une grande traversée ferroviaire du pays dans le cadre des 150 ans du Canada. Il a assuré, avec la chanteuse Kelly Preston et le danseur amérindien Dallas Arcand, le volet culturel lors de chacune des douze escales de ce train emblématique. «Je suis présentement en pause de ce voyage mais je peux vous dire que c'était une expérience extraordinaire. J'ai traversé le pays plusieurs fois en auto ou en autobus mais jamais en train et j'ai adoré ça. Quel confort! On a été vraiment gâtés par la réception reçue dans chaque ville où on s'est arrêté.» 

Au moment de l'entrevue, Brody était en préparation du spectacle qu'il a présenté au Budweiser Stage de Toronto, amphithéâtre extérieur pouvant accueillir 16 000 personnes, le 24 août. «C'est un gros événement. J'avoue que dans l'ensemble, ma carrière va super bien. Jamais je n'aurais imaginé, quand j'ai commencé, que je connaîtrais le succès que j'ai présentement. Je me croise les doigts pour que ça se poursuive mais en autant que je puisse continuer à chanter, donner des spectacles et écrire des chansons, je serai comblé.»

Les spectacles qu'il offre d'un océan à l'autre ces jours-ci font suite à la sortie de son plus récent album, le sixième de sa carrière, intitulé Beautiful Freakshow. Ce titre quelque peu étrange réfère à la nature même de l'album. En effet, ce fier  représentant de la tendance new country puise très distinctement son inspiration dans quelques autres genres musicaux. Au-delà de la musique pop, qui se retrouve très fréquemment dans ce style, Brody emprunte tout aussi volontiers au reggae ou au rap pour donner à l'album des couleurs inédites. 

«Ce n'est pas vraiment nouveau pour moi de m'inspirer d'autres genres musicaux. Quand j'étais jeune, à la maison, j'écoutais beaucoup la radio dont une station qui ne diffusait pas du tout de musique country et ça a eu un impact important sur moi. C'est devenu une tendance naturelle que de toucher à toutes sortes de styles musicaux même si c'est le country que j'aime par-dessus tout.»

«Vous savez, ce n'est rien de planifié: je m'installe et j'écris la musique comme elle me vient en tête. J'essaie de rester au plus près de ma nature profonde. Ce dernier album est un amalgame de bizarreries, de sons différents qui me plaisent bien. Je suis content parce que les fans ont très bien réagi. Mais il faut bien dire que ç'a été plus difficile du côté de plusieurs radios commerciales qui ont refusé de tourner la chanson Beautiful Freakshow parce que le rap ne fait pas partie de leur son. Pourtant, d'un autre côté, c'est une des chansons parmi les plus en demande sur les sites de musique en continu.»

L'industrie est ainsi faite qu'elle obéit parfois à ses propres règles. Brody n'en est que trop conscient, lui qui a vu bien des transformations s'opérer depuis ses débuts en 2004. «L'industrie est en profond changement et ce n'est pas simple de s'adapter, soutient-il fataliste. Ce qui importe, c'est de travailler fort et en ce qui me concerne, c'est de rester fidèle à moi-même, à mon propre style et à ma personnalité. J'ai besoin d'avoir un lien avec le public, de lui raconter des histoires qui le touchent et la meilleure façon de le faire, c'est encore de raconter des choses qui me sont intimes.»

Sincère au point d'en être candide, Brody avoue ne rien connaître de Saint-Tite. «La vérité, c'est que je ne connais rien du tout de l'endroit ni de son festival. J'ai hâte de voir ce qu'il en est. On me dit que c'est vraiment quelque chose d'assez exceptionnel. Ce que je connais du Québec, c'est surtout Montréal et c'est une ville particulièrement cool. L'attitude des gens est relax et ça me plaît beaucoup.»

«Par ailleurs, avec les spectacles que j'ai présentés et les autres que j'ai vus au Québec, j'ai pu constater que le public de la musique country est le même d'un océan à l'autre: les gens sont extrêmement enthousiastes et passionnés alors, on est fait pour s'entendre!»




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer