Yves Lévesque montre ses «petits pectoraux préélectoraux»

Le maire de Québec, Régis Labeaume.... (Le Soleil)

Agrandir

Le maire de Québec, Régis Labeaume.

Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Le maire Régis Labeaume est revenu sur sa «blague» de lundi, alors qu'il invitait les «casseurs» à manifester à Lévis et Trois-Rivières plutôt que Québec parce qu'il a «beaucoup d'affection pour les deux maires». Selon lui, le maire de Trois-Rivières en a profité pour montrer ses «petits pectoraux préélectoraux».

On se souviendra qu'en point de presse, lundi, le maire Régis Labeaume réagissait aux manifestations tenues la fin de semaine dernière à Québec et demandait aux casseurs d'aller manifester ailleurs, par exemple à Lévis ou Trois-Rivières parce qu'il avait «beaucoup d'affection pour ces deux maires». 

Ses propos de lundi étaient une pointe évidente contre des politiciens avec qui il a un différend, l'un pour avoir abandonné le projet de service rapide par bus (SRB) et l'autre, Yves Lévesque, pour l'avoir contredit sur la question des régimes de retraite. D'ailleurs, Yves Lévesque n'a pas manqué de qualifier ces propos comme n'étant «pas dignes d'un maire», indiquant que Régis Labeaume aurait tout simplement dû condamner la casse, point à la ligne, et ne pas l'encourager à se faire ailleurs que dans sa ville.

«Visiblement, mon humour sarcastique n'a pas été compris par tout le monde. Ça a permis à certains politiciens de montrer leurs petits pectoraux préélectoraux», a-t-il lancé mercredi pour avoir le dernier mot. Étant donné que le maire de Lévis n'avait pas souhaité répliquer à ses propos tenus lundi, il devenait évident que cette flèche était décochée à l'endroit d'Yves Lévesque.

Le principal intéressé a bien ri, au bout du fil, lorsqu'il a su que Régis Labeaume venait d'ajouter une couche à cette escalade verbale. «C'est Régis Labeaume, ça lui ressemble. S'il fallait que je réagisse à chaque fois, je passerais mon temps à réagir», lance Yves Lévesque.

Le maire de Trois-Rivières fait d'ailleurs remarquer que s'il a, comme le maire Labeaume le prétend, montré ses «pectoraux préélectoraux», il n'a pas été le seul au Québec à le faire. 

«J'ai donné mon opinion sur ses propos qu'il n'aurait jamais dû tenir. Et nous sommes plusieurs à l'avoir fait. D'autres maires et même des ministres ont qualifié ses propos d'inacceptables. On ne peut pas être en faveur des propos qu'il a tenus», ajoute Yves Lévesque.

Ce dernier a ajouté avoir reçu de nombreux courriels depuis mardi, adressés par des citoyens de la ville de Québec, qui ont pris la peine de lui écrire pour le féliciter de sa réaction, et même dans un cas pour s'excuser au nom des gens de Québec. 

«On m'a dit qu'une station de radio évoquait que je ferais une sacrée bonne opposition à Régis Labeaume», a-t-il lancé en éclatant de rire.

Avec la collaboration du Soleil




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer