L'OMHTR poursuit un consultant pour 73 000 $

L'Office municipal d'habitation de Trois-Rivières (OMHTR) aurait intenté... (Olivier Croteau)

Agrandir

L'Office municipal d'habitation de Trois-Rivières (OMHTR) aurait intenté une poursuite contre le Groupe RV&A, et son vice-président Paul Roy.

Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Lamy
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Selon des documents obtenus par Radio-Canada, l'Office municipal d'habitation de Trois-Rivières (OMHTR) aurait intenté une poursuite contre le Groupe RV&A, et son vice-président Paul Roy. L'OMHTR avait engagé l'entreprise pour réaliser des travaux de décontamination des sols sur le site de son nouveau siège social. Or, le gouvernement du Québec n'est pas satisfait des travaux effectués, et a retiré à l'OMHTR une subvention de 73 000 $.

En 2015, l'OMHTR a fait l'acquisition d'un terrain à l'angle des rues Hertel et du Collège, afin d'y construire son nouveau siège social. Toutefois, l'organisme devait procéder à la décontamination du terrain avant d'y construire quoi que ce soit. En fait, «environ 750 tonnes métriques de sols contaminés et de matières résiduelles devaient être excavées et disposées hors du site», peut-on lire dans le document de la poursuite. Si les travaux ont bel et bien été effectués, le ministère de l'Environnement a jugé que ceux-ci n'avaient pas été réalisés selon ses exigences. Il a ainsi décidé de retirer une subvention de 73 000 $ à l'OMHTR, qui avait été obtenue dans le cadre du programme ClimatSol.  

Il est mentionné dans la poursuite que l'entreprise responsable de la décontamination «n'aurait pas démontré au ministère que les sols avaient été gérés adéquatement et que la réhabilitation avait été faite selon la réglementation et la politique en vigueur». L'OMHTR avait pourtant chargé le Groupe RV&A de s'assurer que les exigences du ministère étaient satisfaites. Le 15 août dernier, l'organisme a officiellement intenté une poursuite contre le consultant en environnement. L'OMHTR estime que Paul Roy, qui était responsable des travaux, a commis des fautes dommageables à son endroit. Aussi, l'organisme réclame au Groupe RV&A le montant de la subvention.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer