Un troisième candidat à la mairie de Saint-Boniface

Pierre Desaulniers, candidat a la mairie de Saint-Boniface.... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Pierre Desaulniers, candidat a la mairie de Saint-Boniface.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Saint-Boniface) Les résidents de Saint-Boniface ne risquent pas de revivre la soporifique campagne électorale de 2013 cet automne. En effet, Pierre Desaulniers confirme qu'il proposera sa candidature à la mairie en prévision du vote du 5 novembre. Il s'agit de la troisième personne à se lancer dans cette course, après les conseillers Marie-Paule Caron et Jean St-Louis.

En 2013, les sept membres du conseil municipal avaient été élus sans la moindre opposition. Cette fois, la décision du maire Claude Caron de céder la mairie a ouvert les appétits.

Le nom de M. Desaulniers, un habitué des séances publiques, circulait depuis plusieurs mois. Il trouve un peu ironique que Mme Caron et M. St-Louis fassent du projet d'assainissement des eaux usées une priorité pour le prochain mandat, puisque les deux siègent autour de la table depuis au moins quatre ans sans que ce dossier ait abouti.

«Si je suis élu, ce sera mon premier champ de bataille», lance M. Desaulniers. «Il y a huit ans, avec le maire Gilles Bellemare, le dossier était réglé à 85 %. Depuis, il ne s'est rien passé. Il faut que ça se fasse, ça a déjà assez traîné en longueur. On entend que le ministère de l'Environnement a relevé certains manques, mais si on n'a pas été capable de les régler depuis huit ans, il faut présumer que quelque chose ne fonctionne pas.»

L'homme de 67 ans a travaillé pour la Municipalité pendant 22 ans, jusqu'à sa retraite en 2005. Cette année-là, il s'était présenté à la mairie contre M. Bellemare, mais il n'avait récolté que 35 % des suffrages exprimés. Depuis ce moment, il avait progressivement abandonné les assemblées publiques, jusqu'à ce qu'une histoire de cônes orange rallume sa flamme. Il mentionne qu'après les festivités entourant la Fête nationale en 2016, la Municipalité avait tardé à remiser ces objets, de sorte que des jeunes les avaient dispersés sur des terrains privés.

«J'ai alors recommencé à aller au conseil municipal et j'ai vu des anomalies», explique-t-il simplement.

Outre l'assainissement des eaux usées, M. Desaulniers voudrait collaborer avec les jeunes familles pour ajouter des parcs dans la municipalité et être à l'écoute des parents pour l'offre des loisirs. Constatant le retard dans les travaux d'agrandissement de l'école Sainte-Marie, il entendrait également faire les représentations nécessaires pour le maintien de cette priorité, surtout dans le contexte où Saint-Boniface changera de comté lors des prochaines élections provinciales, l'an prochain. Le candidat désire aussi se mettre à l'écoute des bénévoles des organismes communautaires.

M. Desaulniers croit qu'il faudrait déménager la caserne, présentement située dans un secteur beaucoup trop achalandé avec la présence d'une école, d'une épicerie et d'un restaurant. Les sorties rapides des pompiers lui font craindre le pire. «Faut-il attendre un accident avant de bouger?», questionne-t-il. 

Enfin, l'amélioration du climat de travail à l'hôtel de ville entre les cadres et les employés syndiqués représente un autre enjeu important pour le prochain conseil municipal, selon lui.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer