Festival western: le 50e arrive au galop... et sous le signe de la sécurité

Le 50e Festival western de Saint-Tite est sur... (Courtoisie, Olivier Croteau)

Agrandir

Le 50e Festival western de Saint-Tite est sur le point de se mettre en branle.

Courtoisie, Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Albert Brunelle
Le Nouvelliste

(Saint-Tite) À l'aube du 50e anniversaire du Festival western de Saint-Tite, les organisateurs en sont à leurs derniers préparatifs. Du 7 au 17 septembre, si on ne réinvente pas la roue, on y insuffle assurément une bonne bouffée d'air frais.  Avec une programmation comprenant de nombreux rodéos, une ambiance dynamisée et la présentation de plusieurs spectacles country, la table est mise pour un demi-siècle d'histoire.

Bien que le volet festif est assuré par une programmation 2017 enrichie, les responsabilités du comité organisateur requièrent de lui que la sécurité des participants soit assurée. À cet égard, les tristes événements de Barcelone ont rappelé à quel point un site touristique peut s'avérer vulnérable à une attaque. 

Accueillant plusieurs centaines de milliers de festivaliers, le Festival western de Saint-Tite est conscient de son ampleur et déploie, année après année, un dispositif de sécurité conséquent. «On investit plus d'argent chaque année dans la sécurité. C'est important pour nous, mais il faut se rappeler que c'est un festival à ciel ouvert, on ne peut pas installer des portes dans les rues», explique le directeur général du Festival, Pascal Lafrenière.

Ainsi, à défaut d'avoir installé des blocs de béton pour empêcher des véhicules dangereux de pénétrer sur le site, des véhicules seront positionnés à des endroits stratégiques. «L'année dernière, c'était des camions de pompier qui bloquaient l'accès», rappelle le directeur général.

Même si des mesures seront ajoutées, M. Lafrenière a refusé d'en dévoiler la substance afin d'en préserver l'efficacité.

Encore une fois cette année,  les amateurs de rodéos et de musique country revêtiront leurs bottes de cowboy et prendront d'assaut la municipalité d'à peine 4000 âmes. 

«Habituellement, c'est 600 000 personnes qui viennent chaque année au Festival. On en a pourtant eu plus de 700 000 à l'occasion du 40e anniversaire. Alors, pour le 50e, on s'attend à 600 000, 700 000 ou même 800 000 personnes, pourquoi pas? C'est difficile à prévoir, mais on est prêt à recevoir tout le monde», souligne Pascal Lafrenière.

Le jeudi 7 septembre, un spectacle d'envergure doit lancer les festivités. Pour l'occasion, la vedette canadienne du new country Dean Brody précédera la formation américaine Alabama aux Grandes Estrades Coors Banquet.

Encore cette année, les amateurs de rodéo seront servis avec 11 représentations. On revisite toutefois la formule avec l'avènement d'un rodéo nocturne. En effet, le 16 septembre à minuit, le rodéo Xtrême spécial 50e Coors Banquet battra son plein. Avec des épreuves inédites, l'organisation compte sur la présence de DJ Prince Lambert afin de tenir les festivaliers éveillés.

Autre nouveauté à l'occasion du 50e, un chapiteau exclusivement dédié à la danse country voit le jour. On pousse d'ailleurs encore plus loin le samedi 16 septembre à 16h alors que le comité organisateur entend être l'hôte du plus grand rassemblement d'adeptes de la danse country sur le site des écuries-camping.

Les festivaliers pourront également compter sur le retour du spectacle du Cirque Éloize «Saloon - Cavale au coeur du Far West» . Au total, cinq représentations du cirque sont à l'horaire. L'organisation du Festival s'est aussi assurée de bonifier l'expérience des festivaliers qui fréquentent les chapiteaux alors qu'une terrasse offrant le Wi-Fi sera installée à chacun d'eux.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer