Un ophtalmologiste de Shawinigan radié pour 5 mois

Le Dr Mazen Sultan avait été déclaré coupable,... (Archives, Le Soleil)

Agrandir

Le Dr Mazen Sultan avait été déclaré coupable, le 6 septembre 2016, de ne pas avoir assumé sa responsabilité de garde en négligeant d'évaluer la condition d'un patient et d'apprécier son état de santé.

Archives, Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Shawinigan) Un ophtalmologiste pratiquant au Centre hospitalier du Centre-de-la-Mauricie à Shawinigan vient d'être radié temporairement par le conseil de discipline du Collège des médecins pour une période de cinq mois. Le Dr Mazen Sultan avait été déclaré coupable, le 6 septembre 2016, de ne pas avoir assumé sa responsabilité de garde en négligeant d'évaluer la condition d'un patient et d'apprécier son état de santé.

Les faits reprochés à l'ophtalmologiste remontent à septembre 2013, alors qu'il assumait la garde régionale en ophtalmologie à raison d'une disponibilité de 24 heures sur 24 entre le 16 et le 22 septembre. Un patient qui avait subi une chirurgie de la cataracte quelques jours avant par un autre médecin s'est présenté à l'urgence de l'hôpital de Trois-Rivières le 20 septembre, après qu'il eut perdu à deux reprises la vision de son oeil droit pour quelques secondes.

L'urgentiste de garde a alors contacté le Dr Sultan, qui a discuté du cas avec ce dernier, mais n'a posé aucune question quant à la pression de l'oeil ou aux instruments utilisés. L'urgentiste a proposé au patient une consultation en neurologie le lendemain.

La neurologue a reçu le patient le lendemain, lui qui comptait alors dix épisodes de perte visuelle de quelques secondes. La neurologue a contacté une nouvelle fois Dr Sultan, mais ce dernier a réitéré qu'il ne voyait aucun lien entre la perte visuelle et la chirurgie de la cataracte, et aucune indication nécessitant qu'il rencontre ce patient. Le conseil de discipline a noté une nouvelle fois qu'il n'a posé aucune question quant à la pression de l'oeil.

Ce n'est que deux jours plus tard, lors d'un rendez-vous chez son optométriste, que le patient sera envoyé au nouvel ophtalmologiste de garde, un collègue de M. Sultan, qui diagnostiquera un glaucome, pour lequel il a immédiatement été traité.

Le conseil de discipline, dans sa décision, qualifie l'infraction reprochée comme un «manquement grave, puisque l'intimé a abandonné sa responsabilité de garde à l'égard du patient. Il n'a pas élaboré de diagnostic avec la plus grande attention. Il s'agit là des fautes parmi les plus graves qui puissent être commises par un médecin», peut-on lire dans la décision.

Le conseil de discipline a noté que des conséquences sérieuses auraient pu se développer pour le patient, mais qu'il s'agit en revanche d'un acte isolé. Le conseil de discipline a retenu le facteur atténuant de l'absence d'antécédents disciplinaires de l'intimé, notant toutefois qu'il n'a pas indiqué de remords ou de regrets à l'égard du patient. Le conseil est en outre d'avis que le risque de récidive demeure présent.

Le Collège des médecins a donc tranché pour une radiation temporaire de cinq mois pour le Dr Mazen Sultan.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer